AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 Et l'espace d'un instant oublier qui je suis (Johnny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Elisabeth Winster
7ème année Serpentard


Féminin
Nombre de messages : 1955
Age : 36
Maison : Serpy un jour serpy toujours
Emploi : Elisa de jour...Bella de nuit
Humeur : En manque...='(

Feuille de personnage
Côté coeur: Il est mon âme, ma vie, mon tout...Scorp'
Camp: Les deux
Niveau magique:
73/100  (73/100)

MessageSujet: Et l'espace d'un instant oublier qui je suis (Johnny)   Mer 1 Juil - 1:13

Il y a des jours comme ça où rien ne va. Vous vous levez le matin et, avant même d’avoir ouvert les yeux, vous savez que ce sera une journée désagréable et déjà, vous n’attendez qu’une chose, qu’elle se termine.
Aujourd’hui était une journée de celle-là. Bien que ce fût le weekend, rien ne me donnait envie si ce n’était retourné sous la couette. Tout avait commencé dans les douches lorsque, bien lavée, je m’’étais rendu compte qu’à mes affaires manquait des sous-vêtements. Non pas qu’un petit chenapan les eu subtilisés, mais simplement que mon esprit perturbés les avaient oubliés sur le lit. Puis, au petit déjeuné, le grand duc de mon père qui renversait sur ma robe mon jus de citrouille tout frais. Sans compter que les nouvelles ne donnaient rien de quoi se réjouir ou retrouver un peu de bonne humeur. Mon père m’annonçait en effet que mes 17 ans étaient à présent bien révolus, et qu’il était fort temps que je revienne à la raison et accomplisse ce qu’il appelait « ton devoir ». Si me faire tatouer sur le bras une tête de mort immonde devait être considéré comme mon devoir, alors c’est que je devais avoir raté plus d’un chapitre à l’histoire de ma vie. Il s’acharnait, le vieux bougre, à croire que sa fille faisait un petit caprice d’enfant gâté ! Il se noyait dans ses propres illusions s’il pensait que j’allais venir vers lui, sourire aux lèvres pour devenir a mon tour l’esclave d’un fou avide de pouvoir. Il était hors de question que je devienne mangemorts ! Je le lui avais déjà répété moult fois, mais mon père n’est pas né Winster pour rien, il est têtu et sait faire preuve de persuasion lorsqu’il le faut.


Il avait mit sur le compte de la crise d’adolescence mon comportement indigne a celui d’une sang pur, il avait fait en sorte de noyé le poisson auprès de la haute société. Mon père jamais ne laisserait quiconque dire « votre fille fréquente des nés moldus ? » Même si c’était vrai, c’était pour lui totalement hors de propos. Et pour comble de mon malheur, il avait largement de quoi me faire plier. Je le savais capable de s’en prendre à William, ou même de faire payer à Lina, les erreurs de sa grande sœur. La pauvre avait déjà eut plus que son compte, elle n’avait pas besoin de ça en plus.

De plus, cela faisait plusieurs semaines que je recevais plus de lettres de mon frère dont j’étais très proche. Or, en dix sept ans, jamais un tel silence de sa part n’avait été. Je ne comprenait pas les choix de Matt’ bien que je les respectais. Il avait choisit de suivre la voie qui lui était offerte et de devenir mangemorts, comme père. Matt’ avait toujours été très différent de moi, un véritable serpentard. Autant moi je pouvais défendre un moldu, autant lui aurait trouvé son plaisir a jeté des endoloris a ces pauvres gens. Nous ne nous battions pas pour la même cause mais cela ne nous empêchait pas de trembler l’un pour l’autre.

Et la journée ne faisait que commencée. A dix heures, il paraissait en être 20h. Et je tournais en rond. Depuis plusieurs semaines, depuis la fameuse soirée anti vert, organiser par les gryffondor en fait, je n’avais pût sortir or de l’enceinte de Poudlard, sans compter que les conversations de couloir tournaient toutes pratiquement autour du même sujet, l’arrivé fracassante de toute une bande de serpentard à la fête et le remue ménage qui s’en était suivi. Les regards devenaient inquisiteurs, surtout depuis que les ragots avaient fait leur chemin et que tout le monde avait appris comment la préfète des serpentards avait retrouvé son ex petit ami en fâcheuse position avec Rose Weasley. Le climat tendu m énervait, mes nerfs étaient mis à rude épreuve et je devais mettre tout mon sang froid et mon calme pour réussir à les contrôler. Aller savoir si ce n’était pas pire, au lieu d’exploser, j’implosais.


Assise dans ma salle commune, j’essayais tant bien que mal de se concentrer sur mon devoir de métamorphose que je devais rendre pour le lundi, mais mon esprit n’arrivait pas à se concentrer et, alors que mes derniers jours la technique de « je travail à fond pour ne penser à rien » marchait plutôt bien, il semblait qu’aujourd’hui il en soit autrement. Mon état d’énervement était tel que je n’arrivais pas à rester assis sur ma chaise et changeait toutes les trente secondes de position. Et puis Jedusor et Malfoy assis un peu plus loin me déconcentrait totalement. Ils étaient en train de tester jusqu’ou pouvait tenir mes nerfs en se racontant a voix haute ce que Jedusor appelait « l’explosion Winster »…Parce qu’évidement il avait été témoin en directe de la façon dont j’avais traité William après l’avoir trouvé en train de folâtrer avec une autre. Le fait qu’il soit mon « ex » n’avait pas vraiment compté, et j’avais réagie telle une petite amie trahie –c'est-à-dire très violemment-.

D’un geste énervé je leur lançai un regard noir, je rangeai vivement mes affaires, je n’arriverais à rien aujourd’hui, du moins si je restais enfermée là. Jamais je n’avais ressenti un tel besoin d’évasion, de grand large, d’espace, de nouveaux paysages. Pour la jeune fille élevée selon les concepts même de la bourgeoisie que je suis, rester enfermer ainsi représentait un vrai handicap. Heureusement qu’il me restait le Quidditch pour décompresser de temps en temps.

Je marchais bon train, la démarche déterminée et légèrement énervée. Rien n’allait aujourd’hui, même mes cheveux que pourtant j’affectionnais, semblaient décidés à m’en faire voir de toutes les couleurs.

Il était midi lorsque je franchie de nouveau les portes de la grande salle. Durant ces deux dernières heures j’avais eut le temps de faire une fois le tour du parc et de trainer un peu sur le terrain de Quidditch ainsi que de m’aventurer un peu à la lisière de la forêt interdite et regarder avec une furieuse envie de tempête les eaux trop calmes du lac avant de reprendre le chemin du château.
Malgré l’heure, je n’avais pas faim, et montai directement dans les étages parcourant les couloirs sans but réel croisant deux trois fantômes sans les regarder. Mon visage avait retrouvé son calme habituel même si je bouillonnais encore, mes traits décontractés ne parvenaient cependant pas à masquer totalement le léger pli sur mon front qui trahissait mon mal être.

Soudain, je pris une décision sans appel. Je dévalai les escaliers presque en courant, traversai le hall sans même me retournai en entendant une vois crier mon nom et franchie les grandes portes. Je courus tout le long du chemin menant à Prés au lard. J’avais besoin de sortir, besoin de m’évader. D’aller là ou personne ne viendrait me demander toute les deux seconde si j’allais bien, ou personne ne me regarderait avec ces yeux soit emplie de pitié soit de cette expression pire que toute qui conduisait vers un « bien fait pour toi » ! J’avais besoin de voir le monde extérieur, de me chercher une autre occupation, de quoi me faire oublier cette image persistante de Will et Rose enlacés.



Ce ne fût qu’une fois dans la fraîcheur mordante de l’air des rues de Pré-Au-Lard que je commençai à me décontracter un peu, ici pas de concierge pour vous traquer, pas de Potter pour surgir sur votre chemin et vous mettre encore plus de mauvaise humeur, pas de professeurs qui se regardent avec des regards affolés avant de vous sourire de manière qui se veut rassurante. Rien que des sorciers graves ou non, des discutions de « grands », et surtout, pas de règles.
Mais alors que je marchais vers le bar des Trois balais une désagréable impression dans la nuque me fit tourner la tête. Je me sentais observer et n’aimais vraiment pas ça…Pourtant, je ne connaissais personne dans les petits groupes de sorciers qui parcouraient les rues peu remplies.

Je poussai finalement la porte du bar et choisie une table près du mur, une table solitaire d’où je pouvais voir les gens sans pour autant être gêné par leur présence. Après avoir commandé une vodka citron avec glaçon, je m’installai confortablement, beaucoup plus calme qu’avant. J’étais habituée à boire sans pour autant être bonne pour aller pointer aux alcooliques anonymes. Je ne voulais pas me saouler, simplement plonger mon cerveau dans une sorte de brouillard. Lui faire oublier pour quelques heures tous mes problèmes.


La clochette de la porte tinta, un homme entra. Je levai la tête vers lui avec cette impression de l’avoir déjà vu alors que visiblement je ne le connaissais pas du tout. Je l’observai un instant tandis qu’il prenait place à la table a coté de la mienne. Je décidai de faire abstraction de sa présence, après tout le bar était à tout le monde. Je vidai mon verre et me levai pour en commander un autre.

Et c’est là que la malchance de la journée qui avait si mal commencé me rattrapa. En voulant passer entre nos deux tables, je bousculai malencontreusement celle de mon inconnu faisant se renverser du même cou le contenu de son verre que l’on venait de lui porter. J’étais confuse et bien embêté. Je me confondis en excuse

-Je vous pris de m’excusez, permettez moi de rachetez ma maladresse en vous offrant un autre verre. C’est le moins que je puisse faire après avoir renversé le votre.

Tout en lui parlant je le regardais. Il était plutôt bel homme, mais je préférais ne pas me fier aux apparences. Après tout, tout les psychopathes n’ont pas forcement une sale tête n’est il pas ? =D Je me tournai pour récrier le serveur

-S’il vous plait, vous pourrez remettre la même chose à monsieur ? Et un autre verre pour moi aussi.

Je reportai mon regard sur le bel inconnu

-Excusez ma curiosité probablement impolie et mal placée, mais n’auriez vous pas été élève à Poudlard ?

Sa tête me disait vraiment quelque chose alors c’était au choix : soit j’avais eut l’occasion de la voir dans un de ces vieux albums d’ancien élèves de l’école, soit c’était un des hommes de main de mon père. Et dans ce second cas, j’avais beaucoup de soucies à me faire.
_________________

bats toi avec les meilleurs, ou creves avec les autres

Tu connais le jeu du chat et de la souris ?
Un jour t'es le chat... Un jour t'es la souris...
Et un jour t'es le traitre et là tout le monde est contre toi
(Credit Sandy)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johnny T. Walker
F*ck me I'm famous ~ Sex symbol


Féminin
Nombre de messages : 611
Age : 24
Maison : Un carton jamais au même endroit ! =)
Emploi : Glandeur à plein temps
Humeur : Aléatoire

Feuille de personnage
Côté coeur: Jade Patterson, ma presque femme!
Camp:
Niveau magique:
89/100  (89/100)

MessageSujet: Re: Et l'espace d'un instant oublier qui je suis (Johnny)   Lun 6 Juil - 21:14

Le soleil se lève, les oiseaux chantent. Et pourtant moi, je ne suis pas heureux. Tout est vraiment fait pour me pourir la vie c'est ça ? Rien ne marchera en mon avantage hein ? Bon en même temps, tant pis pour moi. Je n'avais qu'à ne pas être un idiot pareil. Je n'avais qu'à ne pas être un C*****d comme ça. Je suis un salaud, un pauvre type. Et pourtant j'en suis fier. Sauf que la je ne me rappelles encore pas de ce que j'ai fait hier. Pourquoi est-ce qu'à chaque fois que je me réveilles j'ai mal à la tête et des black out ? Ouais je sais, c'est parce que je bois. Mais en même temps, je croise toujours une fille dans la rue que je vois par la suite entrer dans un bar. Et la plupart du temps, dans les bars, les filles sont célibataires. Voilà pourquoi j'aime bien aller dans les bars quand il y a des femmes. Ouais parce que je suis un coureur de jupons, j'ai besoin de me tapper un nombre certain de femmes en une semaine. Parfois c'est comme pour les repas : Une le matin, une le midi, une le soir. Et des fois même, j'ai le droit à un goûter *-* Sauf que je suis répugnant à toujours faire la même chose. Enfin bon, ce n'est pas de cela que je voulais parler. Je voulais mentionner la cause de mon malheur : un cauchemard. Et oui, encore un cauchemar. Heureusement que cette nuit je ne me suis pas tappé de femme, vu que je me suis réveillé en hurlant. Je l'aurais réveillée la catin, donc je n'aurais pas pu m'enfuir discrètement .. Enfin, revenons-en à ce cauchemard. Peut-être faut-il que je raconte ce qu'il se passait dedans ?

Le vent soufflait dans mes cheveux -normal la fenêtre était ouverte en plus de cela- et il faisait très froid. J'avais l'impression d'être en Russie ou dans n'importe quel pays scandinave. Un pays très au nord, et très froid au passage. J'étais bien habillé, j'avais un manteau, un pull, un gros pantalon, des gants, une écharpe et des bottes. Mais j'avais encore froid. Je marchais dans la neige, et à chaque inspiration, mes poumons se glaçaient un peu. Et c'est là que je l'ai vue, assise dans un coin de la rue, recroquevillée sur elle même. Jennifer .. Elle ne portait que des sous-vêtements et était bleue de froid. Du coup j'ai retiré tout ce que j'avais sur moi pour le lui donner. Je lui ai mis tous mes vêtements et me suis retrouvé en caleçon, chaussettes et t-shirt. J'avais froid, mais je faisais tout pour garder ma soeur auprès de moi. Je la portais dans mes brais. Les rues étaient désertes, toutes les portes verrouillées. Je hurlais, pour qu'on nous aide. Sauf qu'un homme est venu, ce mangemort .. Il a arraché Jennifer de mes bras, lui a enlevé tous les vêtements que je lui avais enfilé pour la tenir au chaud et les a jeté par terre. Elle hurlait, son cri était perçant. L'homme a sorti un couteau de boucher et s'est mis à lui ouvrir le corps à plusieurs endroits. Je hurlais, j'essayais de me ruer à son secours, sauf que je ne pouvais pas bouger. Des larmes coulaient de mes yeux et du sang sortait de son corps. L'homme la tenait par les cheveux, et lui coupait le visage à plusieurs endroits tandis que je hurlais, je hurlais si fort que j'en avais mal à la gorge. Je hurlai jusqu'à ce que je ne puisse plus hurler. Le froid avait atteint ma gorge, et ma soeur .. Je vis la lueur dans ses yeux s'éteindre. Et à ce moment là, je me réveillai en hurlant.

Dans tous mes cauchemards je hurle. Quoi qu'il se passe .. Je ne sais même plus comment cela se fait. Chaque cauchemard que je fais tourne autour d'elle, de ma soeur, de Jennifer. C'était la seule personne que j'ai réellement aimée de tout mon coeur. Je n'ai jamais aimé quelqu'un autant que je ne l'aimais elle. Et j'ai juré de la venger d'ailleurs. Je ne laisserais pas cela s'oublier. Si je retrouve cet homme, je jure de lui découper le corps en commençant par lui couper ses tendons d'Achille, puis je lui couperais les doigts, je lui ouvrirais le corps et donnerais ses boyaux aux lions du Zoo puis lui couperais la tête que je garderais en trophée. Ainsi que sa main, celle sur laquelle il a ce tatouage .. Mais je découperais aussi son bras, j'enlèverais sa marque des ténèbres au couteau. Je le détruirais en le faisant souffrir un maximum. Il a détruit ma famille, il a fait souffrir les Walker, il m'a fait souffrir, il le regrettera. Il ne s'en ira pas comme ça, fier de ce qu'il a fait, fier d'avoir détruit une famille, fier d'être ce genre d'homme. Non, je le tuerais s'il le faut, je l'exterminerais. En attendant, il faut peut-être que je le trouves. Je ne connais pas son nom, je ne sais pas où il vit, je ne sais pas ce qu'il fait. Enfin si, je sais ce qu'il fait; il détruit des vies.

Mais en dehors de cette revanche que je m'étais juré, il y avait d'autres choses à faire, j'avais d'autres préoccupations qui étaient peut-être même plus importantes. Il fallait que je vive ma vie. Il fallait que je boive pour oublier. Mais je ne voulais pas commencer à boire à huit heures du matin. Oh que non, ce serait trop .. Trop irresponsable. Si je me mettais à boire à huit heures du matin, je ne sais pas ce que cela donnerait à vingt heures du soir. Je ferais un coma éthylique. Or j'en ai déjà fait un, je n'ai pas besoin d'en faire un second. C'est horrible n'empêche, de voir que l'alcool a failli me tuer une fois mais que je continue de boire comme un deumeuré. Enfin, je ne bois pas beaucoup trop, et je ne suis pas alcoolique, la preuve ! J'arrive à ne pas commencer dès le réveil. Si j'étais alcoolique, je serais mort depuis longtemps d'une intoxication du sang. Oui, ça arrive avec l'alcool. L'alcool est un poison qui agit lentement, comme le tabac et la drogue. Sauf que si on prend les trois on a plus de chances de mourir plus tôt. Et bien il se trouve que je bois, je fumes et en plus je me drogues. Enfin, la drogue ce n'est que rarement, quand vraiment ça ne va pas.

Bref, je me lèves donc et marches vers ma cuisine. J'ai vraiment la classe comme ça, une main dans le caleçon, l'autre pendouillant le long de mon corps, les cheveux en bataille, la trace de mon oreiller sur la joue, les yeux tout petits et des grosses cernes sur le visage. Non, il vaut mieux que je fasse un saut à la douche avant, ce serait peut-être plus .. Comment dire ? Plus intelligent. Voilà.

Je vais donc dans ma salle de bains et me mets immédiatement sous la douche. Waah, voilà qui réveille ! C'est drôlement efficace le premier jet d'eau gelée *-* Après cette douche, je ressors avec une bonne odeur autour de moi. J'ai utilisé mon shampoing et mon gel douche qui sentent le chocolat *-* Je m'habilles d'un pantalon en jean noir, d'une chemise blanche dont je déboutonnes une grande partie du haut et mets des chaussures blanches drôlement classes. Des lunettes de soleil dans la poche de ma chemise, des Ray Ban aviateur. Trop la classe ça. J'aime bien, ça fait rock star un peu. Enfin, même sans je suis une star. Enfin, je sors ma baguette et me coiffe les cheveux dans ce désordre ordonné habituel. Je m'observe dans le miroir et constate que le résultat est divin. On voit une partie de mon torse qui est bien musclé et pas trop poilu. Sauf que j'ai oublié un petit quelque chose .. Mon pendentif en "J" ! Oui, celui qui est en argent que ma grand mère m'avait offert pour je ne sais quelle occasion. Enfin, ce n'est pas important. J'ajoute une ceinture à mon pantalon, la boucle c'est une bouche, celle des Rolling Stones. Fini pour les préparations.

Je descends les escaliers et retournes à la cuisine, je sors des céréales -CHOCAPIIIIIIIIIIIIIIIC C'est fort en chocolat !- et du lait. Ouais, le petit déjeuner trop French. Je sors une casserole, du beurre, deux oeufs et du lard et je mets tout au feu. Miam ça va être bon. D'un coup de baguette, je laisse tout se faire tout seul pendant que je mange mes céréales au chocolat et que je bois mon verre de jus d'orange. Lorsque mon oeuf au lard est prêt, je l'engloutis encore brûlant. Il faut bien manger le matin ! C'est d'ailleurs cette phrase que mémé Walker me répétait sans arrêt ! C'était légèrement insupportable, mais je m'y faisais. J'étais bien obligé en même temps. J'avais mis une demi-heure à me préparer, une autre demie-heure à manger, il était donc neuf heures du matin lorsque je me brossais les dents. Après cela, je suis allé faire des courses, ouais me fallait des provisions dans ma maison ! Une demie-heure de route à pied à l'aller, une demie-heure dans le magasin et trois quarts d'heure à rentrer avec les quatre sacs plein de courses. 2h45 de passées, il était donc 11h45. Sur la route, j'entendais des Gling gling *-* Les bouteilles qui s'entre choquaient. Oui, j'ai acheté de l'alcool, non je n'en avais pas besoin. Mais il y avait une promotion ! Une énorme réduction sur les bouteilles de Vodka ! Pourquoi je n'ai pas usé de magie pour aller faire les courses ? Pas envie. Pourquoi je ne suis pas allé en moto ? Pas de place pour les courses. Pourquoi je ne suis pas allé en voiture ? Il fallait que je fasse du sport, que j'entretienne mes muscles, mon corps de rêve.

Après cela, il a bien fallu que je mange quelque chose .. Sauf que je n'avais vraiment pas envie de préparer à manger seul .. Une flemme me venait. Et je n'avais pas faim en plus. Je transplanai donc dans un endroit calme, juste au dehors de Pré-au-Lard pour aller aux Trois Balais. Non, je ne fréquentais pas tellement ce bar, mais bon, qui sait ? Je pouvais y rencontrer les élèves de mon meilleur ami et leur raconter tout plein de conneries ! Après tout, j'ai bien réussi à faire croire à son frère que Sand est gay ! Oh, en parlant de Nathan *-* Vraiment je me rappellerais toujours du temps qu'on a passé ensemble lui et moi. Dieu que c'était bien ! Enfin, je marchais dans la rue, juste derrière une jeune fille. Lorsque je remarquai que je n'étais pas loin d'elle et qu'en plus on marchait à la même allure, je ralentis ma démarche et attendis de voir où elle allait. J'attendis quelque minutes avant d'entrer à mon tour dans les Trois Balais. Lorsque j'entrai, la porte sonna et j'étais là, la démarche rassurée, la tête haute, les lunettes de soleil sur la tête -mais pas devant les yeux è__é'- et le sourire en coin habituel. En pur charmeur. La jeune fille était seule assise à une table contre le mur. Elle pouvait voir tout le monde ..

Je m'assieds non loin d'elle en attendant que le serveur vienne m'apporter ce que j'ai commandé. La même boisson que d'habitude : Whisky Pur feu pour commencer la tournée. Lorsque le serveur me pose mon verre sur ma table, la jeune fille se lève, le serveur part. Elle va sûrement commander un autre verre. Sauf que malencontreusement, en voulant passer entre nos deux tables, elle bouscule la mienne ce qui renverse mon verre dont le contenu se vide sur mes genoux .. Arhem. Tant pis pour mes vêtements. Je sors discrètement ma baguette et jete un sortilège sur mes vêtements. Hop', plus aucun problème. Mon verre roule de la table et juste avant qu'il ne touche le sol, je parviens à le rattrapper.

-Je vous pris de m’excusez, permettez moi de rachetez ma maladresse en vous offrant un autre verre. C’est le moins que je puisse faire après avoir renversé le votre.

Au moins, je ne peux pas dire qu'elle est malpolie ! Elle me propose donc de m'offrir un autre verre, ce qui est bien aimable de sa part. Mais elle est plus jeune que moi, et puis moi, je suis sacrément riche. Après tout, un verre de plus un verre de moins, je ne saurais la différence !

- Ce n'est pas grave, c'était au patron de ne pas coller autant les tables ! C'est très gentil de ta part ! J'apprécie ce geste. Il n'y a plus beaucoup de gens comme ça de nos jours ..

Bon okay, je fais un peu le vieux crouton qui regrette le bon vieux temps.. Aujourd'hui, la plupart des gens dirait une chose du genre :
"Vous n'aviez qu'à tenir votre verre" ou "Ce n'est pas à moi mais à vous de vous excuser"
Enfin, il y a énormément d'excuses que l'être humain est capable d'inventer.

-S’il vous plait, vous pourrez remettre la même chose à monsieur ? Et un autre verre pour moi aussi.

Elle demande donc au serveur de me remettre un verre. Et elle aussi elle en veut un. Alors elle veut donc s'installer avec moi c'est ça ? Je sais je sais, ne dis plus rien. Je le sais que je suis vraiment magnifique. Je sais que tu m'aimes ! *S'baf*

- Installes-toi donc là, tiens moi compagnie.

Ouais, un peu de compagnie ne me ferait pas de mal. Parce que j'ai un peu l'air d'un con assis là tout seul en plus. Oh et puis tant pis, ce n'est pas un très gros problème ça.

-Excusez ma curiosité probablement impolie et mal placée, mais n’auriez vous pas été élève à Poudlard ?

Comment qu'elle a deviné ? Oo'
Comment qu'elle sait ?
Waaaaaaaaaaaaaaaah ! Elle est devin *-*

- En effet, j'ai été élève à Poudlard. D'ailleurs, je me présente : Johnny Walker. J'étais élève à Poudlard il y a 12 ans encore .. Oh, le bon vieux temps !

Je lui dis ou je lui dis pas ? Naaaan à elle de faire son calcul mental, j'ai donc 29 ans, il y a 12 ans c'était ma dernière année. Et si j'ai 29 ans j'ai forcément été à Poudlard en même temps que son directeur actuel. Sand Unless, mon meilleur ami !

- Et moi, a qui ai-je affaire ? Es-tu élève à Poudlard actuellement ?

Petit sourire, elle m'a l'air charmante cette jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Winster
7ème année Serpentard


Féminin
Nombre de messages : 1955
Age : 36
Maison : Serpy un jour serpy toujours
Emploi : Elisa de jour...Bella de nuit
Humeur : En manque...='(

Feuille de personnage
Côté coeur: Il est mon âme, ma vie, mon tout...Scorp'
Camp: Les deux
Niveau magique:
73/100  (73/100)

MessageSujet: Re: Et l'espace d'un instant oublier qui je suis (Johnny)   Jeu 9 Juil - 0:58

A première vue, je dirais que je suis en présence d’un homme civilisé. Il n’a pas hurlé devant ma maladresse, ce qui veut bien dire qu’il a un minimum de savoir vivre. Je n’aime pas cette impression de déjà vue qui me suie depuis que mon regard à accroché le sien, mais je dois bien convenir que s’il avait été là sur ordre de mon père, il n’aurait surement pas prie de détour. Les hommes de mains de ma famille sont assez connu pour leur coté musclé. Si Charles Henry Winster avait voulu ramener sa fille au bercaille, il ne lui aurait surement pas envoyé un bellâtre pour la charmer. Je ne pense pas que ce soit du style de mon paternel de m’envoyer un homme pour me draguer et me faire ensuite rentrer dans le droit chemin. Ce serait quelque peu déshonorant une telle pratique et je crois que niveau déshonneur mon père a largement eut plus que sa dose avec moi.

En résumé, qui que soit cet inconnu, il n’est là que par hasard. Oui, voilà, je vais arrêter de me la jouer parano et laisser les gens un peu vivre autours de moi. Peut être bien que ça me ferait du bien tien, de respirer. Faudrait que j’essaie pour voir, juste une fois.

Je viens d’inonder son pantalon avec ma maladresse, et le voilà qui trouve le moyen de me trouver des excuses. J’admire le geste qu’il vient de faire pour rattraper le verre. Quelle souplesse et surtout quelle adresse ! Si je ne me trompe pas, cet homme a dut un jour être attrapeur. S’il ne l’a jamais été, alors il est a l’évidence passé a coté de quelque chose qui aurait put le projette sur le devant de la scène. Remarque je dis ça, mais peut être bien qu’il y a été sur ce devant de la scène et sans avoir besoin de jouer au quidditch pour ça. Enfin bref, là je pense pour ne rien dire, et je ferais bien mieux de revenir sur mon inconnu qui à présent est en train de me regarder.

Ce n'est pas grave, c'était au patron de ne pas coller autant les tables ! C'est très gentil de ta part ! J'apprécie ce geste. Il n'y a plus beaucoup de gens comme ça de nos jours ..

Alors ça, c’est très gentil. Mais je crois bien que ce monsieur doit avoir l’habitude de fréquenté des endroits beaucoup plus mal famé qu’ici. Non, je pense ça juste parce qu’il a l’air de trouver surprenant que je me montre polie. La politesse, c’est une règle de base chez n’importe quel noble sang pur. On nous apprend ça avant même qu’on ne sache parler, c’est tout dire. Bon, j’admets que chez les nobles, si on nous apprend à être polis, on nous apprend aussi qu’il ne faut jamais s’excuser. Ça c’est une règle à laquelle je n’arrive pas et ne veux pas me plier. C’est encore ma fichue volonté de vouloir me démarquer des autres serpentards qui ressort là. Lindsay par exemple, ne s’excuse jamais…Léonard non plus…Scorpius non plus…bref, tout les vrai serpy obéisse a la même loi « même quant les autres ont raisons, ils ont forcément tord ». Et moi dans tout ça ? Ha bah moi ça dépend avec qui je suis..Non parce que des fois ça m’arrive de vouloir avoir raison lorsque j’ai tord..Surtout avec William…Mais bon, quant je bouscule quelqu’un, a plus forte raison lorsque c’est un adulte, ce n’est pas mon style de lui dire « nan mais qu’est ce que tu faisais devant moi ? Tu ne pouvais pas te mettre ailleurs ? » Non, pas mon style du tout. Moi je dis « pardon » et puis voilà.

-Ho, et bien je dirais que soit vous n’avez pas pour habitude de côtoyer des gens bien élevés, à savoir des personnes avec une certaine noblesse ou soit vous n’avez pas de chance et tombez que sur des rustres. C’est aux choix. En tout cas, des gens bien élevés ça existe toujours. J’admets qu’il y a d’avantage de gens polis que de personne reconnaissant leur tords. Moi je suis les deux…Enfin du moins, j’essaie de l’être..Après ça dépend avec qui. Quant au patron, je ne vais pas lui en vouloir de ne pas avoir un sens de l’organisation élevé. Après tout, s’il avait été une personne intelligente il ne serait pas barman vous ne pensez pas ?

Je n’ai pas put m’empêcher de montrer ma double facette. C’est un peu ma marque de fabrique. D’un coté je m’abaisse à m’excuser comme le ferait un gryffondors et de l’autre je suis odieuse dans mes propos envers le barman comme le serait un serpentards. C’est ça que j’aime avec moi..Laissez planer le doute. Je suis imprévisible, sauf pour ceux qui me connaissent réellement.

Je commande une autre tournée afin de racheter ma faute. Mon bel inconnu me propose alors de me joindre à lui

- Installes-toi donc là, tiens-moi compagnie.

Le tutoiement ne me dérange aucunement, je ne suis pas quelqu’un qui se formalise pour ces choses là. J’hésite un peu, pour la forme, à m’asseoir a sa table. Je ne veux pas qu’il pense que je suis ce genre de fille qui se laisse accoster par n’importe quel type, aussi séduisant soit il. Je n’ai pas non plus envie qu’il pense que je suis une pauvre petite fille seule, sans amis. Rien de pire que la pitié chez un homme. Finalement, je finis tout de même par prendre place en face de lui.

-Si c’est pour vous tenir compagnie, alors je m’installe avec plaisir. Nous considérerons cela comme un service mutuel qui nous évitera ainsi de nous retrouvez seul chacun de notre coté. Ce qui serait sommes toute un peu idiot.

Voilà c’est dit. Je reste avec lui pour pas qu’il soit seul, il reste avec moi pour ne pas que je sois seule. Et puis regardons les choses de plus prés, finalement dans l’histoire c’est moi qui y gagne. Hey oui, parce que maintenant grâce a lui, j’aurai plus aucun boulet qui viendra s’inviter a ma table. Le barman nous apporte nos boissons, je le remercie d’un simple signe de tête. Un geste informel, froid, distant. Je sais que ce barman connaît ma famille, je sais aussi qu’il la redoute. En faites ça m’éclate même de le voir me faire une courbette avec son regard effrayé et de faire en sorte de se fondre dans le paysage. Pauvre homme va, il a raté un épisode, sinon il saurait que je m’appel sans nul doute Winster mais que je ne vais pas lui balancer un doloris pour autant. Tandis qu’il s’éloigne, j’adresse un sourire a mon charmant vis-à-vis qui n’a rien perdu du spectacle que vient de nous livrer notre serveur. Il doit se demander sur qui il est tombé. Je me sens obligé de commenter.

-Ne faites pas attention, j’ai tendance à déclencher sur mon passage beaucoup plus de crainte que nécessaire. Enfin, ce sont des choses auxquelles on s’habitue.

Je porte mon verre a mes lèvres tandis qu’il m’éclaire enfin sur son identité. Il a l’air surpris de voir que j’ai put savoir au premier cou d’œil qu’il avait été dans la même école que moi.

En effet, j'ai été élève à Poudlard. D'ailleurs, je me présente : Johnny Walker. J'étais élève à Poudlard il y a 12 ans encore. Oh, le bon vieux temps

Je lui adresse un sourire tandis que mon cerveau effectue une gymnastique à laquelle il n’est plus très habitué. Le calcul mental. 12 ans…En admettant qu’il ait quitté le château a l’âge moyen de 17 ans..Il a donc…29 ans…29 ans…tient ça me rappel quelqu’un ça..Je reste songeuse un instant avant de me souvenir que c’est exactement l’âge de mon directeur actuel. Il faut dire que je côtoie très peu Unless, non pas que je ne l’aime pas, non, au contraire c’est plutôt un chouette directeur. Donc, mon inconnu, qui n’en est plus un, à fait ses études en même temps que Sand Unless. Voilà qui est intéressant.

-Je suis enchantée de faire votre connaissance monsieur Walker. Je vois a votre air que vous semblez étonné que j’aie put deviner que vous aviez été a Poudlard. Je vous rassure, vous n’avez pas en face de vous une futur Trelowney en culotte courte. Non, j’ai eut simplement l’occasion de regarder dernièrement de vieux albums de l’école et vous étiez dessus. Aussi lorsque vous êtes entré, j’ai eut l’impression de vous avoir déjà vue. Le seul problème était que je ne me souvenais plus ou, j’ai donc à tout hasard tenté Poudlard. Et apparemment, le hasard c’est révélé clément avec moi. Et a vous entendre, on penserait presque que vous êtes nostalgique de cette époque. Ha et…29 ans, c’est tout sauf vieux !

Je ne vais pas lui dire « oui, parce que si ça avait pas été a Poudlard, ça aurait été terriblement inquiétant pour moi ». Non, je ne vais pas lui dire ça, même si dans le fond je suis soulagée. Je remercie Salazar d’avoir donné à ses élèves le pouvoir de garder un visage neutre en toute circonstance. C’est terriblement utile, surtout lorsqu’on n’a pas envie de dévoiler aux autres ce que l’on ressent vraiment. Ainsi, que je sois gênée, apeuré, joyeuse, contente, triste, perturbé…ou que sais je encore, je suis capable de garder un visage totalement hermétique. Je bois encore un peu de mon verre, tandis que Johnny m’interroge à son tour.

- Et moi, a qui ai-je affaire ? Es-tu élève à Poudlard actuellement ?

Diantre, ma politesse a des failles ! Je ne me suis pas présentée ! Alors ça ce n’est vraiment pas bien. Il faut que je me rattrape. Cela dit, je ne peux m’empêcher d’avoir un léger rire devant son « a qui ai-je affaire »…j’ai presque envie de lui dire qu’il n’existe pas une, mais plusieurs réponse a cette question. Tout dépend a qui elle est posé. Ainsi, je pourrais lui dire qu’il a affaire a quelqu’un qui va forcement lui attirer des ennuies, ou bien lui dire qu’il a affaire a la plus anti vert des vert, ou encore qu’il a affaire a une enfant de mangemorts, ou bien a une suicidaire..ou..ou…Oui, enfin vous avez compris l’idée. Ceci étant, je me vois mal lui déballer ma vie comme ça, ici, un peu comme un marchant de poisson fait étalage de ses morues. J’opte donc pour la réponse standard

-Oui, je suis élève à Poudlard, en 7eme année. A serpentards.

J’ai précisé parce que de toute façon, il m’aurait fatalement posé la question. Je sais que ma façon de dire « serpentards » n’a absolument rien de la fille fière de ce qu’elle est. Je le sais, et à vrai dire je m’en fiche. Je lui tends une main par-dessus la table, bien décidé à faire des présentations dans les règles de l’art.

-Et pour le reste, je m’appel Elisabeth. Elisabeth Winster.

Mon regard accroche le sien. Il a de très jolis yeux d’ailleurs. J’espère qu’il ne connaît pas trop les Winster…Remarquez, s’il est de sang pur, c’est fatal qu’il est entendu mon nom quelque part. Merci papa..A l’occasion il faudra que je pense à te dire combien je te déteste pour m’avoir refilé un nom qui sent le mangemorts à des kilomètres à la ronde ! Je secoue la tête

-Si je ne m’abuse, vous avez dut connaître notre directeur actuel, Sand Unless. Et dite moi Johnny, que fait un homme tel que vous dans la vie, lorsqu’il ne se ballade pas dans les bars si tôt dans la journée ?

Sourire ironique, je suis bien mal placée pour lui dire ça.
_________________

bats toi avec les meilleurs, ou creves avec les autres

Tu connais le jeu du chat et de la souris ?
Un jour t'es le chat... Un jour t'es la souris...
Et un jour t'es le traitre et là tout le monde est contre toi
(Credit Sandy)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johnny T. Walker
F*ck me I'm famous ~ Sex symbol


Féminin
Nombre de messages : 611
Age : 24
Maison : Un carton jamais au même endroit ! =)
Emploi : Glandeur à plein temps
Humeur : Aléatoire

Feuille de personnage
Côté coeur: Jade Patterson, ma presque femme!
Camp:
Niveau magique:
89/100  (89/100)

MessageSujet: Re: Et l'espace d'un instant oublier qui je suis (Johnny)   Dim 30 Aoû - 14:05

-Ho, et bien je dirais que soit vous n’avez pas pour habitude de côtoyer des gens bien élevés, à savoir des personnes avec une certaine noblesse ou soit vous n’avez pas de chance et tombez que sur des rustres. C’est aux choix. En tout cas, des gens bien élevés ça existe toujours. J’admets qu’il y a d’avantage de gens polis que de personne reconnaissant leur tords. Moi je suis les deux…Enfin du moins, j’essaie de l’être..Après ça dépend avec qui. Quant au patron, je ne vais pas lui en vouloir de ne pas avoir un sens de l’organisation élevé. Après tout, s’il avait été une personne intelligente il ne serait pas barman vous ne pensez pas ?


Elle a raison et en plus elle a tort. En fait, je n'ai pas l'habitude que les gens s'excusent auprès de moi. La plupart du temps c'est plutôt l'inverse qui devrait se faire.
Ouais, je brise des coeurs mais je ne m'excuse pas pour autant.
Ouais je suis une espèce de C*****d en voie de disparition. Il n'y en a pas trente six mille des hommes comme moi. Enfin, peut-on dire de moi que je suis un homme ? Je me qualifierais plus de monstre moi ... Sauf que je ne fais rien pour changer ça, malheureusement pour mon entourage ... Moi ça ne me dérange pas du tout ! Mais bon, les autres ont une opinion différente la dessus.
J'aime bien sa façon de voir les choses, mais en même temps elle me perturbe là ... D'abord elle a un comportement quelque peut Gryffondor, ensuite elle s'attaque au barman d'une manière très Serpillienne. Je suis perdu là, il faut que je sache !
Déjà il faudrait que ce soit une élève à Poudlard, sinon et bien euh .. Voilà quoi. J'aurais l'air de quoi à chercher dans quelle maison elle se trouve alors qu'elle n'est même pas à Poudlard ? En tout cas, c'est une sorcière ! Forcément, dans ce village il n'y a pas de moldus.

- Je dois avouer que tu as raison ! Une personne intelligente ne ferait pas ce métier, ou alors il organiserait mieux son lieu de travail ! Figures-toi que tous les gens intelligents n'ont pas de métier valorisant ...

C'est vrai, mois je suis au chômage ! J'hésite à aller postuler pour un métier à Poudlard ... Hum ...

-Si c’est pour vous tenir compagnie, alors je m’installe avec plaisir. Nous considérerons cela comme un service mutuel qui nous évitera ainsi de nous retrouvez seul chacun de notre coté. Ce qui serait sommes toute un peu idiot.

Elle est vraiment très observatrice, c'est pas con ce qu'elle vient de dire ! Je dirais même que c'est assez intelligent.
Sauf que je sais très bien qu'elle dit ça pour ne pas avouer qu'elle mourrait d'envie de passer un moments à mes côtés, je le sais bien, elle n'a pas besoin de le dire !
Le barman vient nous apporter nos boissons, il regarde bizarrement mon interlocutrice, comme s'il avait peur qu'elle allait sortir ses griffes et les porter à son cou.
Mon regard vadu barman à mon interlocutrice, je me demande vraiment ce que c'est que ce bordel. Pourquoi a-t-il peur ?

-Ne faites pas attention, j’ai tendance à déclencher sur mon passage beaucoup plus de crainte que nécessaire. Enfin, ce sont des choses auxquelles on s’habitue.
- J'allais justement demander des explications au sujet de ce spectacle bien étrange. Et puis, ne t'inquiètes pas, moi aussi j'y ai le droit parfois, et j'ai parfois même des gens qui me regardent d'une tpute autre manière.

Ouais j'ai le droit aux gens qui ont peur. Mais ça c'est surtout quand je croise le père d'une des filles que je me suis tappée auquel j'ai mis un coup de pression.
Sinon j'ai les hommes qui me regardent comme s'ils ont envie de prendre une batte de Quidditch et me frapper sur la tête avec.
Sinon il y a les dealeurs de drogue qui m'invitent du regard.
Il y a aussi les filles qui me regardent avec envie, elles veulent toutes profiter de mon beau corps.
Parfois il y a même des petites jeunes qui me regardent amoureusement.
Sinon, mes préférées ... Les filles que je me suis tappé et qui me regardent avec peur, elles croient que je ne les reconnaîtrais pas...

-Je suis enchantée de faire votre connaissance monsieur Walker. Je vois a votre air que vous semblez étonné que j’aie put deviner que vous aviez été a Poudlard. Je vous rassure, vous n’avez pas en face de vous une futur Trelowney en culotte courte. Non, j’ai eut simplement l’occasion de regarder dernièrement de vieux albums de l’école et vous étiez dessus. Aussi lorsque vous êtes entré, j’ai eut l’impression de vous avoir déjà vue. Le seul problème était que je ne me souvenais plus ou, j’ai donc à tout hasard tenté Poudlard. Et apparemment, le hasard c’est révélé clément avec moi. Et a vous entendre, on penserait presque que vous êtes nostalgique de cette époque. Ha et…29 ans, c’est tout sauf vieux !
- Je suis enchanté aussi ! En effet oui, j'ai eu peur que l'enfant caché de Trelawney se trouvait en face de moi, je n'ai jamais aimé cette harpie... Ah les albums de l'école, ce que j'ai pu m'amuser avec cet album ! Tout sauf vieux 29 ans ? A mon prochain anniversaire je fête tout de même ma mort ...

Ouais j'aurais peut-être du supprimer une partie de ma phrase ... En même temps, à mon époque notre album était parsemé de jolies filles. Et sur leur photo, elles avaient un peu cet air de .. Deee .. Je peux me permettre de dire pétasse ?
Bon disons que les filles font des gestes un peu étranges et puis, ça m'est arrivé une fois de le faire. Sinon non, je me les tappais directement !
Mais j'ai aussi fait des listes de filles que je voulais me faire par rapport à cet album. Nan vraiment, c'était super les année Poudlard !

-Oui, je suis élève à Poudlard, en 7eme année. A serpentards
- Ah ! J'étais moi même à Serpentard aussi.

Oh .. Mais elle ne semble pas très fière de sa maison la jeunette !

-Et pour le reste, je m’appel Elisabeth. Elisabeth Winster

Crotte ! Shit ! Fais chier.
Ce nom ...
Ce nom je l'ai entendu quelque part !
Je l'ai entendu .. Mais je ne sais plus où. Soit ... Soit c'est une famille de mangemorts très réputés et là je risque d'aller tout de suite faire une petite visite à la famille, histoire de tous les assassiner. Sauf qu'Elisabeth semble différente ... Soit ils ont été dans le journal. Je vais faire des recherches à ce sujet.

- Est-il possible que ce nom me semble familier ?
-Si je ne m’abuse, vous avez dut connaître notre directeur actuel, Sand Unless. Et dite moi Johnny, que fait un homme tel que vous dans la vie, lorsqu’il ne se ballade pas dans les bars si tôt dans la journée ?

Ohoh ! Sand Unless ! Et ouais je le connais !

- Bien sûr que je le connais ! Sand Unless et moi avons fait tout notre parcours de Poudlard ensemble. Figures toi que c'est un très bon ami ! Nous sommes encore en contact. Oh, aujourd'hui n'est pas une journée bien différente des autres, je suis très difficile niveau boulot moi. Sauf que là j'hésite à postuler à Poudlard pour un poste en tant que professeur ...

Ouais, je veux faire prof de vol. Parce que je suis un voleur né @___@ *S'pend*


[HRP: Désolée du temps de réponse et de la qualité de mon rp, il est nul >__<]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Winster
7ème année Serpentard


Féminin
Nombre de messages : 1955
Age : 36
Maison : Serpy un jour serpy toujours
Emploi : Elisa de jour...Bella de nuit
Humeur : En manque...='(

Feuille de personnage
Côté coeur: Il est mon âme, ma vie, mon tout...Scorp'
Camp: Les deux
Niveau magique:
73/100  (73/100)

MessageSujet: Re: Et l'espace d'un instant oublier qui je suis (Johnny)   Dim 6 Sep - 22:24

- Je dois avouer que tu as raison ! Une personne intelligente ne ferait pas ce métier, ou alors il organiserait mieux son lieu de travail ! Figures-toi que tous les gens intelligents n'ont pas de métier valorisant ...

Que faut il que je comprenne par là ? Que malgré ses aires intelligentes, il a un boulot merdique ? Peut être bien…Ou alors, il fait allusion à tous ces boulots de bas étages, mal payé, ou les gens se font exploités. Des boulots dont personne ne veut mais qui pourtant doivent être fait. Je suppose que dans ces boulots là, on trouve des gens intelligents. A l’inverse, on trouve bien des imbéciles à des postes valorisants ! La preuve en image, le ministre de la magie ! Cet homme là, j’ai jamais put le voir en peinture. Pas plus que son prédécesseur, ou encore celui d’avant…Enfin bref, je considère que tous les ministres de la magie sont corrompus jusqu'à la moelle. Ils n’accèdent pas a ce rang pour leur intelligence, ils y accèdent parce qu’on sait que grâce a eux, tous le monde fera sa petite soupe de son coté.

Pour moi, une personne intelligente ce n’est pas quelqu’un qui bosse juste pour le fric, c’est quelqu’un qui bosse dans l’espoir de faire bouger les choses. On est intelligent quant on s’investie dans quelque chose, pas quant on est incapable de prendre l’initiative de ranger des tables d’une autre façon.

-Une personne intelligente aurait de l’ambition. A la place de ce troquet minable, on aurait un bar huppé, avec de la musique, des danseurs, de l’espace et surtout avec des tables bien rangé. Je ne pense pas en effet que toutes les personnes intelligentes occupent des postes à la hauteur de leur capacité. Tueur par exemple, c’est un taff qui demande un certain savoir faire. Pourtant, lorsqu’ils se font prendre, ils sont jugés comme s’ils étaient fous. On reconnait un idiot au premier regard, il faut bien plus d’expérience pour reconnaitre une personne intelligente. Car..Qui est le plus intelligent ? L’idiot qui essaie de se faire passer pour un intelligent ou bien l’intelligent qui se laisse prendre pour un idiot ?

Je prends finalement place a ses cotés. Un peu de compagnie avec une touche de philosophie, voilà qui peut s’avérer intéressent. De toute façon, je n’aime être seule que si je suis mal accompagnée. Or là, il faut bien reconnaitre que ce jeune homme est tout à fait charmant.

Le barman nous serre un verre, me jetant un long regard craintif totalement inutile. Je n’ai pas dans l’intension de le massacrer sur place. Les gens m’exaspèrent a trembler comme ça, juste a cause de mon nom. Je suis une Winster, ok, d’accord ! M’enfin derrière ce nom, il y a une femme ! J’aurais préféré que l’on évite ce genre de spectacle. Mais le mal est fait. Je me mets à la place de mon compagnon d’apéro. Difficile de voir quelqu’un prés à se jeter dans un trou de souris sans se demander se qu’il se passe.

Je tente de lui expliquer qu’il n’y a pas lieux de s’affoler. Que c’est une réaction normale. Enfin normal pour un idiot comme notre barman.

J'allais justement demander des explications au sujet de ce spectacle bien étrange. Et puis, ne t'inquiètes pas, moi aussi j'y ai le droit parfois, et j'ai parfois même des gens qui me regardent d'une toute autre manière.

Les yeux revolvers, le regard qui tue, le regard envieux, les yeux emplis de jalousie, ceux emplie de haine…Je compte plus le nombre de regard différent que j’encaisse en une seule journée. Je les compte plus, simplement parce que je m’en fiche. Et puis, pendant qu’on me matte, au moins je suis certaine de pas être invisible.

-Bof, les gens vous savez, ils peuvent pas s’empêcher de laisser parler leur regard. On dit souvent que les yeux c’est le miroir de l’âme. Bhin, je crois bien que c’est pas faux. La preuve..Quant un mec vous ment, ça se voit dans son regard. Enfin, sauf s’il est malin et qu’il sait le cacher. Enfin bref, moi avant quant on me fixait, je demandais toujours si on voulait ma photo. Maintenant, je distribue des lunettes de soleil en leur disant « mets ça, tu pourrais finir par être éblouie ». Ça m’éclate de me foutre de la tronche de ceux qu’on rien d’autre à fiche que de vous fixer. De toute manière, même s’ils ont peur de vous…ce n’est pas en vous reluquant qu’ils vont moins crever de trouille hein…Les gens pensent trop qu’en vous surveillant ils pourront anticiper vos réactions. Grave erreur…Plus on a le nez sur une chose et moins on la voit.

Ça c’est un truc vrai. La preuve, quant on cherche quelque chose, on peut passer des heures à hurler parce qu’on ne trouve pas. Puis, au final, on se rend compte que c’était là, juste sous notre nez.

Les regards des autres, maintenant je m’en fiche. Si ma tête leur revient pas ou si au contraire elle leur revient trop, ils ont cas regardé ailleurs. A Poudlard, c’est tous les jours qu’on a des filles qui nous regardent avec leur regard qui tue. A la grande salle, avec Lindsay, on adore les surprendre en train de nous faire leurs yeux noirs. Après, on se met à les fixer. Et là, bam, elles baissent la tête. C’est trop délirant ! Il faut dire qu’avec Lin’ c’est dur de passer inaperçu. Dés qu’on croise un beau gosse, c’est radical, il se retourne sur son passage. Lindsay est à l’ origine des biens des scènes de ménage. Mais bon, je les plains pas. Ils sont stupides de pas comprendre que y’a un truc de louche.

- Je suis enchanté aussi ! En effet oui, j'ai eu peur que l'enfant caché de Trelawney se trouvait en face de moi, je n'ai jamais aimé cette harpie... Ah les albums de l'école, ce que j'ai pu m'amuser avec cet album ! Tout sauf vieux 29 ans ? A mon prochain anniversaire je fête tout de même ma mort ...

J’ai pas connu Trelowney en personne. J’en ai juste entendu parler. Pis bien sur, son nom est apparu dans nos livres d’histoire. Bah oui, la grande devin, elle a fait la guerre ! Cela dit, si vraiment elle avait été devin, elle aurait dut savoir que Potter allait gagner non ? Je la trouve trippante en photo Trelawney.

Je souris à Johnny lorsqu’il parle des albums. Nous aussi on c’est trop éclaté avec ça. Dans l’album de notre génération, y’a plein de photo délirante d’Elynn, Jordy Lindsay et moi. En faite, on a immortalisé chaque moment fort. Du cou, on peut par exemple admirer Jordy couvert de miel et de plume, ou bien Elynn dans un joli pyjama Snoopy ou encore Lindsay et moi en train de faire des guirlandes avec nos soutiens gorge après une nuit passé à boire. Je vous dis…cet album, c’est l’album de la honte. Sauf que nous, on en est fier. Pour nous, c’est celui de l’amitié.

-Haha, nan, j’espère bien être un peu plus sexy qu’elle tout de même. Et puis Trelowney avait été à Serdaigle. Je n’ai pas cette fausse modestie qui caractérise les aigles. Les albums, quant on les fait, on imagine jamais que des générations plus tard quelqu’un va tomber dessus. Nous aussi, nous en avons fait un totalement hilarant. Si un jour quelqu’un tombe dessus, il va surement croire qu’on était fous. Votre mort ? Pourquoi votre mort ? Ne me dites pas que vous avez une malédiction familiale collé à vous et qui dit que tout être masculin né dans cette famille mourra avant ses 30 ans ? Vous savez, un jour quelqu’un m’a dit « chaque minute qui s’écoule peut être celle de ta mort »…

Et bien oui. Techniquement personne ne sait quant il va mourir. Parfois, on peut avoir des doutes mais jamais de certitude. Moi, par exemple, je ne pense pas vivre vieille. Pas avec la vie que je mène, ni avec les ennemis que je me fais. Enfin, quoi qu’il en soit, nous mourrons tous un jour.

Il m’avoue avec une certaine fierté être également allé à Serpentard. Je me permets un léger rire devant le contraste qu’il existe entre nous. Il est heureux d’être un ancien vert, je me maudis d’être une verte.

-Nous voilà donc avec un point commun, bien que vous semblez avoir aimé votre maison bien plus que je ne l’aime.

Les présentations s’établissent. Lorsque je lui donne mon nom, je détecte aussitôt une réaction chez lui. Mon nom ne lui est pas inconnu. Je plisse un peu le nez, j’ai horreur de me retrouver dans ces situations. Je ne connais pas les positions de Johnny. Je ne me vois guère lui déclarer tout go que je suis une enfant de mangemort. Je n’ai pas le souvenir que mes parents m’aient un jour parlé de lui. Cela exclue donc d’office une connaissance familiale. Mon père ayant trempé dans des trucs louches, il est possible qu’il ait eut vent de ce nom au ministère.

- Est-il possible que ce nom me semble familier ?

-Rien n’est impossible. Les Winster sont une noble famille de grande lignée. Mes parents font pas mal de démarche auprès du ministère. L’argent, que voulez vous, c’est ce qui fait tourner le monde. Je suppose que vous avez put voir notre nom dans un de ces journaux qui font leur choux gras avec les potins … Ensuite c’est possible que vous connaissiez ce nom pour une autre raison, mais cela dépend on va dire, de la cause que vous défendez. Nous vivons dans un monde ou chacun possède un camp, n’est ce pas ? J’imagine que vous en avez un, que mes parents en ont un, que j’ai moi-même le mien…bref, vous auriez put croiser un Winster pour des raisons…professionnels, dirons nous.

Il ne me semble pas que j’en dise trop. Juste assez. Il est impossible avec les informations que je viens de lui délivrer d’établir si mes parents sont des adeptes ou bien des ennemis du ministère. Je ne me suis pas trop mouillé sur la chose. Enfin, c’est ce qu’il me semble.

Lorsqu’il commence à me parler de ses relations avec notre directeur, je me mets à sourire. Je sais pas pourquoi, j’ai aucun mal à les imaginer les deux, en train de faire des cous foireux. Unless et Walker, les Dupont et Dupond du Poudlard de leur génération.

-Pourquoi hésiter ? Je suis certaine que monsieur Unless ne vous refuserait pas ce privilège. Vous avez dut en faire, les deux a votre époque. Quant on voit ce qu’Unless est capable de faire en tant qu’adulte, on imagine sans mal comment ça devait être lorsqu’il était ado. Vous savez, nous avons a Poudlard un tat de prof dont on se demande toujours comment ils sont arrivés là. Par exemple, Miller, notre prof d’Astronomie. Une vrai sadique cette prof ! A cause d’elle, j’ai été obligé de cohabiter pendant une semaine à serpentard avec mon ex petit ami qui, lui est à gryffondor ! Enfin bref…tout ça pour dire que si vous avez peur de pas être a la hauteur…bah, dites vous que y’a toujours pire. Pis, c’est en essayant que vous saurez. Au pire, vous aurez des envies de meurtres sur vos élèves.

J’éclate de rire. Je vois bien la scène ou Johnny rencontrera Potter, cet arrogant de Potter qui fiche toujours la pagaille en cours.

-Vous aimeriez enseigner quoi ? Dommage, il n’y a pas de cours de séduction. Je suis certaine que vous auriez eut le poste sans aucun problème.

Il commence à faire chaud dans ce bar. M’excusant d’un sourire, je me lève pour auter ma veste que je pose sur le dossier de ma chaise. Au préalable, je récupère ma baguette qui se trouve dans ma poche, et la coince dans l’élastique de ma jupe. Je suis à présent bras nu. Reprenant ma place, je lève mon verre, exposant ainsi a sa vue le minuscule scorpion tatoué au creux de mon poignet droit.

J’ai deux tatouages. Celui là, et un cœur sur mon avant bras gauche. Le cœur de l’amitié qui me lie a Anna.

-Levons nos verres à l’ambition !
_________________

bats toi avec les meilleurs, ou creves avec les autres

Tu connais le jeu du chat et de la souris ?
Un jour t'es le chat... Un jour t'es la souris...
Et un jour t'es le traitre et là tout le monde est contre toi
(Credit Sandy)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et l'espace d'un instant oublier qui je suis (Johnny)   Aujourd'hui à 11:05

Revenir en haut Aller en bas
 

Et l'espace d'un instant oublier qui je suis (Johnny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
19 ans après :: Hors Poudlard * :: Pré-au-lard * :: Les Trois Balais -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit