AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 Une journée qui commence mal. -Jagged S. Harrington-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Une journée qui commence mal. -Jagged S. Harrington-   Dim 7 Nov - 1:05

Je clignai plusieurs fois des yeux, me réveiller dans mon lit dans cette salle commune, voilà quelque chose qui ne m'avait pas manquer et qui redevenait dangereusement une habitude. Je tirai un peu plus les couverture malgré la chaleur étouffante. Sentir ces couvertures pesante sur mon corps n'a jamais été aussi agréable qu'un samedi, ce jour saint où nous pouvons rester des heures dans notre lit sans rendre de compte à personne, sans se cacher d'un prof ou d'un directeur de maison en rogne car on loupe un énième cours. Non, là, personne pour gueule. Je laissait mon esprit se vider petit à petit, exercice reposant et paisible lorsqu'une pensée vint fiche en l'air tous mes efforts. Quidditch, quidditch, voilà maintenant la deuxième année que je suis la grande prêtresse de l'équipe de Gryffondor, le grand manitou, celle qui ordonne aux autres de se lever et qui se donne le courage de sauter du lit dés l'aurore dés que le temps le permet et même lorsqu'il n'est pas clément.
Or, comment louper une si belle matinée, fraiche, froide même, mais ensoleillée. Je fermai les yeux avec plus d'intensité comme pour revenir quelques instants auparavant et ne m'être jamais réveillée. Je pouvais passer des nuits blanches, je pouvais me lever aux aurores et même avant pour voler, oui, je pouvais faire tout ça, oui, mais pas ce matin.
De plus, voler seule est un plaisir personnel par définition or pour progresser, il faudrait que je réveille tous les membres de l'équipe qui doivent être gazés après la soirée d'hier qui a eu lieu sous le signe de l'alcool pour certains, sous celui des devoirs et des révisions pour d'autre mais une chose était sur, aucun membre de l'équipe ne me pardonnera si je les lève pour que l'on se retrouve devant un terrain de quidditch déjà occupé par une autre équipe.
C'est avec cette pensée quelque peu coupable que je laissai le soleil me caresser le visage et tentai d'oublier mes problèmes et mes responsabilités. Responsabilités... comme si j'étais faite pour ce mot. Je souris franchement en imaginant la tête de Jagged si je l'avais réveillé d'ailleurs où était-il ces derniers temps voilà plusieurs jours que je ne lui ai pas parlé. Je fronçai les sourcils, me demandant même si je l'avais vu depuis mercredi. Oh Jagged est grand, il arrive même à ressuscité tout seul et à oublier ses meilleurs amis et sa famille pendant plusieurs mois pour ensuite revenir à sa vie normale sans le moindre problème.
Quoi que... en y réfléchissant peut-être qu'il s'était repointer dans la soirée d'hier... La fatigue commença à revenir et je me calait plus confortablement sur l'un des moelleux oreillers de mon lit. Il faudrait que je songe à en piquer un avant de partir. Si... confortable.
Un série d'image défilèrent dans mon esprits, celles-ci devenant de plus en plus floues et illogiques. Et c'est avec cette sensation de chute vers un océan de vodka et une mort assurée que je me réveillait en sueur.

Plus question de rester dans ce lit de malheur. Je me levais d'un bond et m'aperçut que la plupart des filles de gryffondor était déjà levée, il devait être déjà tard. Heureuse que les autres pouffs ne soient pas là, je me levais tout de même sans bruit. J'ai toujours eu beaucoup plus d'amis de la gente masculine. J'enfilais un de ses grand pullover gris que j'avais trouvé en faisant du tri chez moi récemment et qui me tombait jusque mi-cuisses.
Un regard par la fenêtre m'apprit qu'il faisait gris dehors, mon réveil aux aurores avait donc fait parti de ce cauchemar hasardeux et bien voilà qui était rassurant.

Dans la salle de bain, je me jetait un peu d'eau sur le visage et me jetait un rapide coup d'oeil, le manque de sommeil se lisait sur mon visage bien qu'il soit dix heures passées et que j'avais vraisemblablement dormi plus de six heures, du moins j’espérais. J'essayais de me souvenir de la soirée passée, sans succès, je l'ai commencé dans la salle commune alors que les plus âgés des Gryffondor tentaient de virer les plus jeunes, ceux-ci étant quelques peu récalcitrant. Ensuite, nourriture et boisson furent sortis, il y avait un anniversaire, un triple anniversaire si je me souviens, pas grand monde que je connaissais mais assez pour que j'apporte des bouteilles. Je me mordillait la lèvre en me demandant combien de bouteilles de mes réserves personnelles avait pu être liquider ce soir-là. Je finis par hausser les épaules, ce soucier de cela maintenant n'y changerait rien. Savoir si nous avions passer la nuit entière dans la salle commune de Gryffondors était encore autre chose. Perdre la mémoire était vraiment l'une des choses les plus énervantes que j'aurais pu connaitre de ma courte vie. Se souvenir des choses, aussi horribles fussent-elles est toujours plus rassurant. Le regard gris de la fille qui me regardait dans le miroir en face de moi me fit comprendre mon erreur ; il était parfois préférable d'oublier certaines choses. Espérons seulement que la soirée d'hier ne soit pas de ces évènements dont on aimerait oublier l'existence.
Un coup de baguette magique démêla mes cheveux et les raccourci. Voilà qui était mieux, on croirait presque que j'ai passer la nuit à dormir. Je me lançai un sourire peu convainquant avant de tourner le dos à mon reflet pour redescendre en sautillant.

Ici bas dans la salle commune, on voyait un tas de monde, beaucoup avait l'air endormi et je regardait tout un chacun comme si je cherchais quelqu'un mais il n'était pas là... Jag, le seul à qui j'aurais pu demander ce qui s'était passé la veille, celui aussi sur lequel j'aurais pu passer mes nerfs ou passer la journée plus simplement. Il devait traîner à Londres ou autre part ou dormir tiens... voilà qui ne serait pas plus étonnant.
Une chouette atterrit sur mon épaule me faisant bondir, je regardai autour de moi, cherchant un idiot de premier année qui aurait ouvert une fenêtre, je ne le vis pas... Serrant les points, je calmai les battements de mon coeur. Voilà une chose que je hais par-dessus tout : sursauter ou être surprise, à l'usure mes sens ne me font pas défaut et je repaire le danger avant qu'il ne se pointe de trop près. Je déglutis, cette chouette n'était pas un danger notoire. J’attrapai la lettre qui devait sans doute m'être adresser, me passait la main dans les cheveux -tic que j'avais attraper telle une maladie en présence de Sébastien- et chassait la chouette qui trouva la sortie par elle-même, pas con ces bestioles là.

Une lettre pour moi, super ça faisait des lustres qu'on ne m'en avait pas envoyer une et la dernière me rappelait le loyer que je n'avais pas payé. Celle-ci me sembla bien moins formelle. J’attrapais le parchemin qui me sembla bien long et entreprit de le lire.

    "Salut Silice.
    C'est Jude. Tu te souviens de moi ? Etudiant à Londres, tu es partie bien vite... je me demandais quand tu serais libre pour que l'on puisse se revoir.[...]"


Je lis la lettre de bien quarante centimètre de long plusieurs fois en cherchant à quelle moment j'avais pu dire à moldu-Jude que j'étais une sorcière et quand il avait pu me dire qu'il était un sorcier et pire quand est-ce que j'avais pu lui dire que j'étais à Poudlard. Je fronçai les sourcils, j'avais sans doute du dire que j'avais 20 ans lors de cette soirée qui me semble bien lointaine. Je serrai les dents, visiblement aujourd'hui, tout m'échappait.
Je respirai calmement, enroulait le parchemin et m’allongeai sur le canapé, MON canapé, celui sur lequel j'ai passé toute ma scolarité. Presque prête à me rendormir, mais en tout cas pas à m'habillée ou à descendre déjeuner. Mais quelle torture pour nous, sept étage avant de pouvoir petit-déjeuner, si je croise un jour les fondateur de Poudlard va falloir que je leur dise qu'il y a quelques défauts comme l'absence systématique d'escalator, même les moldus y ont pensé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jagged Harrington
Un lion mort ne vaut pas un moucheron qui respire.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 32
Age : 25

Feuille de personnage
Côté coeur:
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal. -Jagged S. Harrington-   Dim 7 Nov - 1:57

BABAMBABAMBABAM !

Les coups de marteaux fracassant ma boîte crânienne ne cessaient pas. Pire ! Il ne faisait que s’accentuer. Les coups de marteau, le tournis plus rapide que la rotation d’une toupie, la bouche pâteuse : la gueule de bois quoi ! Pas une petite gueule de bois mais un grosse, une bien sévère. Généralement quand je me réveillais dans un tel état il me fallait quelques secondes pour que je découvre où j’avais bien pu atterrir. J’ouvris donc les yeux, non sans grand mal, pour apercevoir les lits à baldaquins rouge et or. J’étais dans ce bon vieux dortoir de Poudlard, celui de Gryffondor. Puis une fois que je savais où j’étais j’essayais de me rappeler de la soirée d’hier soir, où du moins pourquoi j’avais fini dans cet état. BLACK OUT !

Impossible de me souvenir de la soirée. Mon dernier souvenir de la journée d’hier était que j’avais passé la journée à Londres, j’y avais fais un saut depuis mercredi dernier, et soudainement l’envi de revenir à Poudlard m’avait saisi. Et puis je me doutais qu’une soirée se préparait. J’avais donc transplané depuis ma belle demeure londonienne jusqu’au château. J’étais arrivé le soir, il faisait déjà nuit noire sur le domaine des sorcier quand j’atteignis enfin le septième étage et ainsi la salle commune des rouges. J’y avais retrouvé quelques connaissances, généralement des dernières années. Aucun ami… Je n’avais plus beaucoup d’amis depuis ma « disparition ». Certes j’en avais gardés mais mon comportement n’aidait pas. Même pour Silice, ma meilleure amie à Poudlard, du moins elle l’était avant que je ne « meure ». Et même si elle l’était surement encore je ne donnais presque plus de nouvelles, je disparaissais régulièrement. Je ne prêtais plus grande attention au gens qui m’entouraient. Poudlard avait énormément changé sans moi et dans un certains sens je ne m’y retrouvais plus. Comme si ma place avait disparue, comme si j’avais fais mon époque tel la cassette vidéo fut remplacé par les DVD ! D’ailleurs je l’avais aperçue hier soir, mais je n’étais pas aller lui parler. Je ne sais pas pourquoi, visiblement j’avais préféré boire car je ne me souvenais plus de rien après ça.

Il fallait que je me bouge, je ne pouvais pas rester dans mon lit dans cet état, ça me faisait plus de mal que de bien. Dans un énorme effort je bougeai ma carcasse du doux et confortable lit que nous offrait Poudlard. J’enfilai vite fait le premier pantalon qui me passait sous la main. Gardant mon tee-shirt usagé qui me servait de pyjama je me dirigeai furtivement vers la salle commune. Un des petit plaisir du matin nous étais offert par les escaliers qui descendaient vers la salle commune, c’était de pouvoir pendant un bref instant surplomber toute la salle et dans un seul balancement de regard repérer tout les occupant, voir le temps dehors, l’agitation qui régnait chez les Gryffondor. Immédiatement je la repérai. Silice Young était allongée sur le canapé. Sur LE canapé. Celui à la situation idéale. A la fois proche de la cheminé, mais pas trop près, celui qui était ni exclu, ni trop au centre de la salle. Ainsi on pouvait avoir la chaleur parfaite et suivre les conversations des autres tout en ayant les nôtres en pleine discrétion. J’avais passé une bonne partie de ma vie au château sur se canapé, généralement avec Silice et les autres membres de l’équipe de Quidditch. Ayant toujours la gueule de bois et n’ayant rien à faire en ce samedi je me dirigeai vers Silice. Après tout il fallait que je me rattrape pour mon comportement de ces derniers temps. Avec la discrétion d’un ninja je m’approchais de plus en plus du canapé et dans le plus grand silence lui tapa sur l’épaule

« BOUH ! »

Silice sursauta et je la vis, avant qu’elle ne m’ais vu, sur le point d’hurler ou de frapper. S’il y avait quelque chose que la rouge productrice de vodka détestait c’était bien de sursauter ou de se faire surprendre. C’est ainsi qu’elle se tourna vers moi, le doigt pointé. Puis elle m’aperçut et son expression se transforma immédiatement en sourire. Pas frapper ? =D

« Hey Sil ! Bouge toi un peu de là tu prends toute la place. Le canapé n’est pas encore à toi !! »

Ça pouvait paraître un peu méchant mais ce n’était pas de mon genre d’arriver tout triste et de sortir « Bonjour, tu m’as manqué ! ». Silice le savait et j’espérais qu’elle le prendra comme il fallait. Silice avait pas l'air de rigoler pourtant, elle tirait encore une de ses tronches... En même temps c'était très compréhensible, elle s'était surement prise une cuite hier soir, et elle devait m'en vouloir à mort d'avoir été aussi distant ces derniers temps. Pour faire passer la pilule j’arborai un beau et grand sourire si peu naturel. Mais bien sur avec ma tête, un tel sourire ça faisait forcément rire les gens, même les Silice Young ! Celle çi se mit à rire, enfin bien sur elle se moquait de la tête que j'avais avec se stupide sourire de présentateur télé américain mais ça ne me dérangeait pas, tant que je pouvais la faire rire. Le rire était d'ailleurs une des meilleurs moyens de casser la glace entre deux personnes. Ca avait intérêt à bien fonctionner parce que j'en avait de la glace à casser ><'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal. -Jagged S. Harrington-   Dim 7 Nov - 12:53

Mes bras se perdait dans les longues manches de ce pull bien trop vieux et trop grand, je me recroquevillai légèrement sur le canapé défoncé, la chaleur du feu me léchait les bras doucement. Poudlard, c'est pas si mal, ouais, c'est pas si mal parfois. Je me laissai aller à fermer les yeux, espérant presque m'accorder un petit quart d'heure de sommeil sans rêve. Ne plus penser à rien... Ne plus penser à ... BOUH.
Je vais le tuer.
Je vais LE tuer.
Non sans effort, j'ouvre les yeux et les lève vers le boulet qui viens de me surprendre, une fois en une journée, c'était déjà une fois de trop mais être surprise deux fois, que m'arrive-t-il ? J'ai été surprise par Jag... Jagged Harrington, le retour numéro jenesaispluscombien. A chaque fois, il se barre un an, un mois, une semaines quelques jours sans prévenir et reviens toujours avec le même sourire. Celui qu'il m’adresse juste là. Je fronce des sourcils, sert le poings puis me renfrogne, il y a bien trop de témoins pour que je tente une quelconque attaque et puis je suis presque certaines qu'à mains nus, j'aurais au moins aussi mal que lui... Non, ma vengeance sera froide, un jour où il ne s'y attendra pas, un brin de magie et ce sera bon.
Il n'a pas l'air franchement au point mister Jagged Harrington... met à vis qu'il doit être dans un sale état à l'intérieur, avoir soif sans avoir vraiment envie de boire, avoir faim sans vraiment avoir envie de manger, la tête sous un marteau piqueur... Je l'imagine bien, il ne fait cette tête que lors des lendemains de fêtes. Savoir que ça... CA... que c'est ça qui m'a fait sursauter me vexe un peu plus. J'ai ma fierté et Jag me la réduit en bouillie pour le reste de mon année.
Par reflex, je tire mon vieux pull sur mes cuisse et planque le bout de parchemin que je tenais bien serré dans ma main entre deux coussin du canapé, espérant pouvoir le récupérer plus tard.

Non mais je rêve, il me demande de me bouger, manquait plus que ça, c'est mon canapé, pas le sien et je le rendrais seulement à la fin de l'année scolaire. C'est moi qui vire chaque personne essayant de s'asseoir dessus depuis mes premières année au château, inutile de dire que lorsque j'essayais de virer des septième année à douze ans, j'avais un peu plus de mal qu'aujourd'hui mais d'une façon ou d'une autre j'y arrivais car il n'y pas canapé plus confortable et à une meilleure place que celui-ci.
Comme pour montrer mon désaccord, je m'allonge un peu plus sur la canapé, me laissant entièrement glisser afin d'en toucher les deux bouts. Jagged me regarde avec un sourire... stupide, beaucoup de Gryffondor arbore ce sourire sauf que là... ça ne lui va pas. Que cherche-t-il bien à faire ? Je connais cette tête, là tête du "Salut, c'est moi, ouais, je sais, j'suis un con mais bon, tu vois là, t'es ma seule amie dans cette salle alors oui, imagine bien que si j'avais pu trouver quelqu'un d'autres, je t'aurais éviter !" car à présent que je le voyais ici et qu'il devait sans doute descendre du dortoir des garçons, vu son T-shirt et son air "je viens de me réveiller, laisse-moi m'asseoir", il n'était pas réveiller depuis des heures, il avait sans doute passer la soirée ici... Or des peu de souvenirs que j'en garde, je ne l'ai pas franchement vu. J'imagine qu'il a plus fui l'endroit où les gens dansaient qu'autre chose mais... Je respirai longuement et lui jetai un nouveau coup d'oeil.
Son sourire, son... haleine. Je commençai à rire

- Ah Jag, qu'est-ce que tu empestes l'alcool !

Je lui lançai un léger sourire puis tendit le bras vers le reste de la pièce.

- Tu as un tapis entier pour toi tout seul et un fauteuil là-bas...

Je pointai du doigt le fauteuil que tout le monde fuyait comme la peste, tu étais certains d'y être tout seul puisqu'il se trouvais bien isoler des autres, d'un coté le feu te brûlait le visage, de l'autre la simple vitrage des fenêtre laissait passer un léger courant d'air souvent glacial. Jag m'avait exposé par A+B les inconvénients de ce fauteuils et le peu d'avantage qu'il offrait, le seul étant que l'on pouvait voir ce canapé et le piquer dés qu'il était libre. Je lançai un sourire froid à mon ami. Il allait s'en doute s'asseoir sur mon jambes ou pire mon ventre... et mourir de cette façon n'est pas très prestigieux, peut-être même pire que la mort de ce cher Jimi Hendrix. A contre coeur et n'ayant pas envie de clapser en cette horrible matinée, je me relevai légèrement et rabattis mes jambes nues vers mon ventre laissant à Jagged Harrington, les trois quarts du canapé.
Je le toisai sans aménité, mon rire s'était depuis longtemps étrangler dans ma gorge.

- C'était bien.
Londres.
Jagged ?


Je ne l'appelai que très rarement Jagged, le diminutif de son prénom étant bien plus pratique à dire et prenant à présent une connotation affective.
J'étais presque certaine qu'il était aller à Londres, il y avait sa famille, ses parents laxistes qui lui permettait de tout faire et qui lui pardonnait la majorité des choses qu'il faisait. Je comprenait qu'il ne m'emmène pas à Londres, bien que cela puisse me rendre folle après le nombre de bonnes soirées que nous avons eu dans la capitale. Il devait sans doute traîner avec des amis mâles à la recherche de proie féminine, des activités qu'il ne pourraient pas faire avec moi puisque vraisemblablement, je n'étais ni des "buddy", ni des proies mais dans un espace vague où l'on trouvais les filles laides et les gay.
Je serrai les dents, en fait, je ne savais pas ce que Jagged faisait lors de ses absences puisqu'il ne m'en parlait jamais, j'imaginai simplement, un plan dragues étaient toujours mieux à visualiser qu'une quelconque autre activité peu catholique. Je prenais toujours ce malin plaisir de lui en vouloir après ses absences, je ne lui ai jamais assez parler de sa fausse mort et de l'état dans laquelle ça avait mis la plupart de ses amis dont je fais partie et donc à chacune de ses minuscules absences, je le lui rappelait en lançant un habituel regard noir, attitude stupide et gamine qui me soulageait tout de même. L'amitié à sens unique est quelque chose d'assez énervant surtout lorsque l'autre s'amuse de ce lien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jagged Harrington
Un lion mort ne vaut pas un moucheron qui respire.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 32
Age : 25

Feuille de personnage
Côté coeur:
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal. -Jagged S. Harrington-   Dim 7 Nov - 17:07

"- Ah Jag, qu'est-ce que tu empestes l'alcool !"


Ok, disons que dans le genre accueil chaleureux Silice n’était pas mauvaise non plus. Et puis d’abord je sentais l’alcool, je n’empeste jamais ! D’un autre côté si j’ai bu il y a de fortes chances pour qu’effectivement je sente l’alcool. Pauvre de moi j’avais tellement bu que je ne me rendais même pas compte de mon odeur d’éthanol. Avec un léger sourire Silice pointa du doigt un coin de la pièce

« Tu as un tapis entier pour toi tout seul et un fauteuil là bas »

Ah le fauteuil… Généralement le dernier occupé, et lorsqu’il l’était c’était le plus souvent par des premières ou deuxièmes années. Ah les ignorants ! Ce fauteuil avait la situation la plus mauvaise qu’on puisse trouver dans toute la salle commune. D’ailleurs je m’amusais à l’appeler le « Contaminateur » tellement c’était simple d’attraper la crève avec lui. On brulait d’un côté du visage a cause du feu alors que l’autre partie était entrain de gelée du au faible vitrage de la vitre qui se trouvait à côté. De plus on était excentré par rapport au reste de la salle, isolé et esseulé. Bref, le fauteuil à éviter quoi. Je me rendais compte que j’avais tellement rien fait durant les années passées à Poudlard, j’avais tellement séché de cours qu’au final j’avais passé un bon moment dans la salle commune à glander, si bien que j’avais eu le temps d’analyser tout les sièges, canapés, tables, fauteuil présent dans la salle. (Quoi moi, un autiste ? Je ne vois pas de quoi vous parler!)

Je ne répondis pas à Silice, je me contentais de sourire et de balancer ma tête de gauche un droite dans un gros signe de « non sadique ». Silice savait très bien que je n’allais pas aller m’asseoir sur le fauteuil. Si elle ne se bougeait pas un petit peu j’hésiterais pas à m’asseoir sur elle. Ce n’était pas ça qui allait m’arrêter. Silice se releva et rabattis ses jambes de façon à ce que j’ai une bonne partie du canapé pour moi. Je me laissai alors tomber, littéralement je m’écrasais sur le canapé, m’avachissant. Enfin je ne me mettais à l’aise quoi, on perdait pas les bonnes habitudes ! Alors la rouge me lança une question simple, courte, sèche, froide, directe.

« C’était bien Londres Jagged ? »

Jagged… Généralement quand Silice m’appelait Jagged c’était parce qu’elle m’en voulait, qu’elle était fâchée après moi, qu’elle voulait pas me parler. Enfin bref ça n’était jamais quelque chose de bon quoi ! Je détestais qu’on m’appel Jagged pour cette raison. On avait jamais mit au point ce code, c’était juste venu naturellement, d’habitude elle m’appelait Jag, comme tout le monde, mais quand elle voulait devenir sérieuse, elle m’appelait Jagged, comme pour insister, pour enlever l’amitié que mon surnom impliquait surement et au fil du temps c’était devenu un code, enfin plus une échelle. Jag était le niveau zéro, c’était le statut normal. Ensuite il y avait Jagged, le niveau 1, généralement c’était quand Silice m’en voulait. Le niveau 2 était Jagged Harrington, là c’était quand Silice était en colère après moi, généralement suivi de hurlements. Et le plus haut niveau, Jagged Sid Harrington, c’était rare mais c’était le plus haut degré d’énervement que Silice pouvait avoir après moi !

Je savais bien ce qui embêtait Silice, c’était mes absences. Je partais sans prévenir et revenais comme j’étais parti. Mais je pensais surtout que Silice m’en voulait toujours pour ma « mort », qu’elle ne m’avait jamais vraiment pardonnée.

Encore une fois Silice avait vue juste, Londres. J’y avais fais un bref séjour, histoire de voir mes parents, de me caler dans ma chambre et prendre autant de substance louche que je voulais.

« Londres… Ouais c’était bien. »

Wow… Quelle réponse, je m’étais surpassé là ! Silice me jeta un regard noir, son regard noir, celui qu’elle me réservait. Je ne dirai pas que j’avais l’habitude de ce regard mais presque, cependant ça n’enlevait en rien son effet.

« Ecoute Silice, je suis désolé, je sais que tu m’en veux, j’aurai pas du disparaître sans donner de nouvelles aussi souvent. Excuse moi. »

C’était des excuses sincères que je lui présentais, Silice était ma meilleure amie, je voulais qu’elle le reste. Pourtant elle n’avait pas l’air de vouloir les accepter, sans doute me faisait elle simplement languir histoire de me torturer un peu plus, du moins je l’espérais. Pour détendre l’atmosphère je m’empara d’un coussin du canapé et le leva au dessus de ma tête, prêt à commencer une puérile bataille de coussin avec Silice.

« Alleeuh ! Silice ! Tu m’en veux encore ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal. -Jagged S. Harrington-   Dim 7 Nov - 20:52

« Londres… Ouais c’était bien. »

Diiiiiites, j'ai le droit de l'étriper ? Non franchement ! Je ne rigole pas, je serai prête à le frapper quitte à me rendre ridicule. Je le regarde à moitié exaspérée et toujours aussi énervée. Je ne saurais jamais ce qu'il fabrique lorsqu'il se barre à l'improviste comme ça et pourtant c'est lui qui me balance régulièrement que Poudlard, c'est sympa, oui, sans doute... sans doute... il y est jamais donc c'est facile à dire ! J'aurais envie de gronder... de, non, ce serait étrange. Oui, je ne suis pas sa mère, je ne sais pas franchement ce que je suis pour lui, une amie sans doute et les amies n'ont pas à se mêler des affaires de leurs amis, n'est-ce pas ?
Mes dents s'entrechoquèrent, créant une onde de douleur qui envahi rapidement toute ma bouche. Voilà, ça encore c'était de sa faute ! Oui, aujourd'hui, tous les malheurs du monde retomberaient sur ses épaules, la récente attaque des Chinois sur les Etats-Unis, les bombes atomiques moldues qui s'en sont suivies et qui ont prodigieusement éviter l'Europe et de ce fait la petite île du Royaume Uni sur laquelle Poudlard a été érigé il y a de celà plusieurs siècles ou millénaires. C'est simple : Jagged Sid Harrington est le mal.

Je jetai un coup d'oeil à cet homme affalé sur le canapé (MON canapé) sans gêne et toujours aussi... gracieux et classe. Le pire dans l'histoire, c'est qu'il prend son air heureux. Je me redressai sensiblement et rabattit un peu plus mes jambes contre moi.

« Ecoute Silice, je suis désolé, je sais que tu m’en veux, j’aurai pas du disparaître sans donner de nouvelles aussi souvent. Excuse moi. »

Je le regardai avec des yeux ronds et compris que j'avais sans doute exagérer mes réactions. Jag était là, il s'excusait et il ne donnait presque pas l'impression qu'il se fichait de moi. Etait-il sérieux ? Il était rare que Jag s'excuse de quoi que ce soit alors pour une absence de trois jours encore moins. Mais qu'est-ce que j'allais lui dire ? Lui pardonner, lui dire que c'était de ma faute, que je voulais toujours tout savoir, que j'étais jalouse qu'il est une vie à coté de Poudlard, qu'il est une vie à coté de moi alors que je restai de plus en plus au château. Il me rappelait le spectre que j'étais lorsque je le croyais mort mais j'avais mes raisons de fuir Poudlard, il n'était pas là, je n'avais personne. Jagged était comme moi un an auparavant, il n'avait plus d'attache au château, voilà pourquoi il le fuyait sans cesse.
Je le toisai froidement, faisant mine de toujours lui en vouloir autant mais comment pourrais-je après de telles excuses ? Ma colère n'était pas retomber, elle ne lui était juste plus destinée, non, elle était à présent dirigé contre moi-même. Je le regardai, il me répondit par un regard. J'avais conscience de faire peur, je baissai rapidement les yeux, chose rare.
Comment pouvait-il me présenter ses excuses ? Franchement, ça sonnait presque faux. Presque. Était-il désolé pour aujourd'hui ou pour toutes ses autres absences ? Ca ne changeait pas grand chose me direz-vous. Je me mordillai la lèvre inférieur, Jag était libre de tous ses mouvements, bien que je lui fasse la tête à chaque fois qu'il revienne, il ne me devait en aucun cas des excuses et j’espérais bien qu'il le sache.

D'un coup,il prit un coussin et le leva au-dessus de sa tête tel un gorille tenant une proie -j'ai conscience que cette comparaison est improbable mais je n'ai jamais suivi de cours de zoologie-.

« Alleeuh ! Silice ! Tu m’en veux encore ? »

Ne tenant plus devant ses mimique et sa position, j'explosai de rire. Soit, il avait gagné comme toujours, mais il m'avait fait le coup bas des excuses... il faudrait tout de même que je lui dise d'arrêter de m'éviter en soirée, je ne suis pas si dangereuse que ça, même lorsque j'ai bu. Mais pour l'instant, j'étais occupé, j’attrapai à mon tour un coussin, plus léger que le siens mais aussi efficace, croyez-moi.

- Ah ! Tu ne sais pas à qui tu as à faire !

Remarque inutile puisqu'en l'occurrence, il savait très bien. le but du jeu étant de bousiller les coussins au plus vite et des mettre des plumes partout aux alentours. D'un bond, je me collait contre le dossier du canapé comme pour esquiver une de ses attaques et je le frappait sur le crane avant de me mordre la lèvre, ce devait être son deuxième point sensible en cette matinée de lendemain de fête. Hum... pas grave ! Comme s'il existait des règles dans la batailles d'oreiller.
Je me fichais un peu plus des regards qui devait me vriller le dos, nous agissions comme des gosses, ce qui devait peut-être en laisser perplexe quelques uns mais la majorité des Gryffondors peuvent comprendre. Puis plus par envie que nécessité, je frappai sa poitrine du poing droit à travers mon coussin, voilà qui ne lui a sans doute pas fait mal et qui me fait le plus grand bien.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jagged Harrington
Un lion mort ne vaut pas un moucheron qui respire.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 32
Age : 25

Feuille de personnage
Côté coeur:
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal. -Jagged S. Harrington-   Mar 16 Nov - 0:07

- Ah ! Tu ne sais pas à qui tu as à faire !

Silice avait tout juste attrapé un cousin a son tour qu’elle evita mon attaque… Avant de contre-attaquer directement en me frappant à la tête. Aoutch ! Déjà que j’avais des marteaux qui cognaient dans mon crane alors vous vous doutez bien qu’un coup de cousin sur le crane n’allait pas m’aider à aller mieux en ce dur lendemain de soirée. J’étais sur que tout le monde devait nous observer tel des bêtes de foire, jouer à une bataille de coussins a notre âge c’était pas forcément ce qu’il y avait de plus glorieux. Mais je m’en fichait eperdument de ce que les autres pouvaient penser, je ne m’étais plus autant amuse avec Silice depuis longtemps, et cela faisait du bien de savoir que nous pouvions toujours rester d’aussi bons amis après tout ce qui c’était passé.

Bien sur je ne pouvais pas laisser passer un tel affront, le temps que mon cerveau se remette du double choc et voila que je frappai Silice au ventre, un grand coup de coussin. Puis je ne pus qu'éclater de rire. Nous étions là, assis dans LE canapé, Silice et moi a nous donner des coups de coussins, comme si rien ne nous étais jamais arrivé et que nous étions revenus quelques années auparavant lorsque nous vivions paisiblement dans le château. Un feu de cheminée crépitant pour réchauffer la salle commune alors que l'hiver approchait. L'hiver... Sans doute la saison que j'aimais le plus à Poudlard, à égalité avec l'été. Mais le bonheur que pouvait procurer une salle commune conviviale, un feu de cheminé, un décors enneigé et une odeur de chocolat chaud à Poudlard était un sentiment difficilement explicable. Et il fallait qu'en plus de cela l'hiver se joigne à une ribambelle de couleur au sein du chateau, avec le blanc écarlate, mais aussi la couleur du feu qui brillait dans les salles, et pour lutter contre le froid les élèves portaient tous écharpes et bonnet au couleurs de leur maisons faisant ainsi virvolter du rouge, du or, du jaune, du bleu, du vert partout. Les souvenirs me revenait en masse, le bal de noel que j'avais gaché pour une bonne partie des élèves en me battant contre l'ancien, et très regretté, directeur, le monument Sand Unless (d'ailleurs c'est lui qui avait lancé le combat...). L'ADCM, cet sorte de club top secret qui avait pour but de nous apprendre à nous battre contre les forces du mal durant le retour de Voldemort, nous allions faire nos réunions dans la maison du frère de Dumbledore, marchant dans la neige de Pré-au-Lard. J'avais toujours aimé l'hiver ici, et celui ci je comptais en profiter le plus possible.

Je me retournais vers Silice, nous avions finis de rire, finis de nous chamailler avec les coussins, et soudainement un idée transperça la faible épaisseur de mon crâne pour aller se loger dans ce que j'appelai mon cerveau. J'avais tout simplement envi de sortir, de faire l'idiot dans le parc, de se ballader, de discuter, ou tout simplement d'aller glander quelque part dans le chateau comme nous faision toujours.

"_ Tu sais ce qu'on devrait faire Silice ? Non ! Pose ce coussin ! On devrait se motiver pour aller manger quelque chose et après on irait faire toutes les choses stupides qu'on faisait avant, on pourrait essayer de revivre notre cinquième année juste une journée ! Faire comme si il ne s'était jamais rien passé."

Et, pour appuyer sur le mot "motivation", je décidais de me lever du Ô confortable canapé pour créer une dynamique de mouvement. Oui car il fallait lutter contre cet envie de dormir et de glander que nous ressassait notre cerveau. C'est à ce moment là, alors que Silice réfléchissait, où du moins faisait semblant tout en étant très convaincante que j'aperçut quelque chose au pied du canapé. On aurait dit un bout de parchemin enroulé. Je me baissa pour le récupérer. J'étais pourtant sur qu'il n'y avait rien à cet endroit lorsque j'étais venu m'y poser quelques minutes auparavant, sans doute ce parchemin était caché ou tout simplement oublié entre les coussins du canapé et notre "violente" bataille de coussin l'avait découvert, comme un vase dans une fouille archéologique.

Silice me parlait, regardant un peu partout, mais je ne l'écoutais pas, je venais tout juste de récupérer le parchemin et je voulais savoir ce qu'il contenait. La réponse de Silice continuant de fuser je l'ouvris découvrant une lettre assez longue. J'entama la lecture lorsque Young se rendit compte de ce que je tenais entre le mains. Son regard se braqua sur le parchemin et la rouge me sauta dessus pour me le retirer des mains. Je n'avais pus lire que quelques mots mais assez pour savoir à qui appartenait le parchemin "perdu".

"_ Et bien Silice, il semblerait que tu manque à Jude !"

Annoncais-je le sourire provocateur et ironique jusqu'aux oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal. -Jagged S. Harrington-   Mar 16 Nov - 22:49

J'explosai d'un grand rire sans retenu, inutile de vous dire que j'ai gagné cette bataille de polochon, Jagged ne vous l'avouera certainement jamais, sa fierté en prendrait un grand coup mais voyez-vous, il n'y a pas plus habile que moi armé d'un coussin. Etre dangereuse grâce à une baguette magique serait certainement plus utile en temps normal mais on ne peut pas tout avoir.
Jag m’asséna un grand coup entre les cotes, me coupant la respiration. Je ne m'avoue pas vaincue et lui saute dessus armé de non-pas un mais deux oreillers. Après quelques minutes de combats intense, essoufflé par nos rire plus que par l'effort physique. Je balançai le coussin droit sur un deuxième année qui l'esquiva avec agilité... tiens, faudrait que je me souvienne de sa tête, il ferait un bon attrapeur, un physique parfait pour ce poste en tout cas.
Je jetai un nouveau regard à mon ami, bien sur, une malheureuse bataille d'oreiller ne me ferait pas perdre la mémoire aussi rapidement, il ne fallait pas qu'il se méprenne, je n'avais beau ne pas être scolaire, j'avais parfois bonne mémoire mais je n'étais pas spécialement rancunière. Jag me lança un sourire, je lui rendis sans le moindre problème. Partout autour de nous, nos camarades rouges, alertés par nos rires nous regardaient comme si nous étions des extraterrestre. Jag et moi, en plus de nous battre avec de malheureux coussins qui ne demande jamais rien, n'étions pas comme la majorité des autres élèves de Poudlard et si j'avais l'estime d'une majorité d'entre eux grâce à mon poste de capitaine et à ma récente victoire, nous étions des outsider, de ce qui ne craigne plus les punitions, ni de sécher les cours ou encore de déserter Poudlard pour quelques jours.
Jag avait eu un peu de mal à revenir après son année de "Je suis mort... Eh non, c'était une blague ! J'vous ai bien eu les gars ! Bande de naïf comme si j'allais mourir, moi, Jag Harrington !". Bien entendu, la plupart de ses amis lui était resté fidèle mais je me souviens encore bien de son expression lorsqu'il rentrai au château en cinquième année, lorsque Poudlard était notre maison à tous... une expression de joie inébranlable. Cette expression ne résidait plus sur son visage, pas depuis son retour et s'il souriait encore avec cet air béat c'était bien loin de mon regard curieux.
Je repris mon coussin, essayant de trouver une faille dans la posture de Jagged, facile, il était totalement étalé sur le canapé, je le levai doucement lorsque je fus interrompu par ses paroles.

- Tu sais ce qu'on devrait faire Silice ? Non ! Pose ce coussin ! On devrait se motiver pour aller manger quelque chose et après on irait faire toutes les choses stupides qu'on faisait avant, on pourrait essayer de revivre notre cinquième année juste une journée ! Faire comme si il ne s'était jamais rien passé.

A contre-coeur, je laissait tombé mon coussin et le regardait se lever dans un geste qu'il voulait certainement énergique. Faire comme si il ne s'était rien passé. Je voulus lui relancer cette remarque dans les dents, pour qui se prenait-il ? Oui, c'était simple pour lui, d'après lui, il ne se souvenait de rien de son absence, sympa de monter dans une machine à avancer le temps et ne se rendre compte de rien pendant que les autres souffre puis cicatrise doucement d'une perte. Oui, très simple. Je serai les dents mais ne dit rien de méchant. Bien que ce ne soit pas son but, il venait de m'enlever toute joie du coeur. Je ne voyais plus que mes souvenirs d'avant sa disparition qu'à travers un le masque sombre du regret et de la tristesse. Je préférais nettement regarder vers le futur plutôt que vers le passé même si mon vrai "temps" avait toujours été le présent.

- Je ne sais pas Jagged... tu sais quoi ?

Non mais c'est qu'il ne m'écoutais pas en plus, se fichait-il de moi ?

- C'est un poisson en fait... qui rêve d'être un gros cactus avec une fleur dessus et tu vois... le cactus, ce serait son cadeau au désert et le désert, si sec et si seul, il en serait heureux.

Je jetais un coup d'oeil à Jagged. Il ne tiquait pas...

- Non mais tu vois... J'aurais plus envie de te frapper, de t'étrangler, de te faire tomber du haut de la tour Est plutôt que retourner dans le passé... Tu ne te rend pas compte de ce que tu fais aux autres, Jagged Sid Harrington...

Je fronçait des sourcils et relevait les yeux vers lui, il tenait un parchemin qui semblait particulièrement l'interesser. Je jetai un coup d'oeil à l'endroit où j'avais posé la lettre de Jude et... en un éclair j'arrachais le parchemin des mains d'Harrington qui ne tenait plus que des petits morceaux de papiers dans ses doigts étroitement serrés. Il venait de déchirer ma lettre. AAARGH.

- Et bien Silice, il semblerait que tu manque à Jude !

A ma grande satisfaction, je ne rougissait pas, mes yeux lancèrent des éclairs censée refroidir la douce ironie de mon "ami". Tu parles d'un ami. J'hésitai à brûler la lettre de Jude pour montrer à Jagged que je m'en fichais mais ce geste aurait sans doute signifié l'exact contraire. Je me mis debout sur la canapé et attrapait la nuque de Jagged du creux de mon coude pour que sa tête arrive à hauteur de la mienne, une fois mes pieds au sol (si tu comprend pas la phrase c'est normal).

- Mêle-toi de tes affaires Jagged Harrington ! De plus si tu veux aller manger, il vaudrait mieux que je m'habiller et... toi aussi et lave-toi les dents ! Et si je joue ton petit jeu, plus question de Jude, nous revenons à un temps où j'étais heureuse, stupide et vierge... et toi... non, reste le même.

Après un bref soupir, je le libérais et me dirigeai vers mon dortoir. Mes promener à demi-nu dans la salle commune ne me dérangeait pas même si le regard appuyé de certains garçons pouvaient énerver mais il était hautement improbable que je ne sois revêtue que d'un simple pull et traverser ainsi tout Poudlard. Les filles devaient généralement s'habiller à l'aide de chemisier blanc et large et de jupe plissée. Face à mon placard, j'hésitrai un instant. Quitte à revenir dans le passé, autant faire bien les choses afin de souffrir un maximum, jean usé oblige, j’attrapai un haut au hasard, espérant qu'il ne soit ni trop garçon, ni trop girly et redescendait l'escalier rapidement, aux aguets, cherchant Jagged.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une journée qui commence mal. -Jagged S. Harrington-   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une journée qui commence mal. -Jagged S. Harrington-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
19 ans après :: Le château * :: Les étages :: Salle Commune de Gryffondor :: salle commune -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit