AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 Libella Swing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Elynn Lone
La Fée verte ♠ 6ème année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2550
Age : 25
Maison : Slytherin .. What else ?
Emploi : Créer le plus beau bruit après le silence..
Humeur : Joueuse

Feuille de personnage
Côté coeur: N'essaye même pas, tu n'as pas la moindre chance de l'y détrôner.
Camp: Le mal
Niveau magique:
53/100  (53/100)

MessageSujet: Libella Swing   Dim 6 Fév - 20:30

    Elle était à la recherche de Mr. Longudubat. Ou plutôt elle désirait parler au professeur de botanique. Avec tous les changements professoraux sous la direction « Unless bis », découvrir que l’on avait un nouveau professeur était devenu chose courante.

    Elynn marchait d’un pas vif vers les serres, son sac en bandoulière nonchalamment à l’épaule et ses cheveux qui voletaient autour de son visage au gré du vent. Elle était gronchon puisque dans sa tête son entrevue avec le professeur de botanique lui gâcherait la soirée.
    Elle devait lui parler d’un travail pratique ( ou peut-être deux ) pour lequel elle avait eu une très mauvaise note alors qu’elle avait triché avec beaucoup de finesse et subtilité.
    En faite elle avait besoin de remonter sa note et connaissant la faiblesse de caractère de Longdubat (ancien griffondor oblige) elle pensait avoir ses chances. Mais le fait était qu’elle était de mauvaise humeur à cause de ses notes, et à cause de Jordan qui se foutait complètement en l’air en ce moment à cause de l’autre droguée, et enfin parce que Léonard était distant et magouillait étrangement avec Drack.

    Le vent se renforça alors qu’elle arriva devant les serres. Elles semblaient toutes vides mais Elynn préféra tout de même vérifier. Si Longdubat était déjà parti manger elle n’aurait plus moyen de lui parler scolarité ce soir.
    A force de repousser toujours les choses on s’en occupe jamais à temps.

    - Pas là non plus… fait chier.


    Sans être folle – quoi que … - elle avait pris l’habitude de dire tout haut ses ressentiments envers le monde quand elle n’étais pas vraiment de bonne humeur.
    Il ne restait plus que la dernière serre, la plus grande.
    Bien qu’elle se doutât que Longdubat ne devait pas y être, comme en témoignait la sombre obscurité de l’endroit, elle décida d’entrer et de vérifier.
    Sait on jamais ? Peut-être que l’homme aux mœurs étrange – car en tant qu’ami d’un Potter quelconque il était forcément dérangé – tentait une expérience étrange nécessitant une absence de lumière caractéristique ?

    Malgré ses doc Martens Elynn pris garde d’éviter de marcher sur les substances étranges et visqueuse qui parsemaient souvent le sol des serres.
    Arrivé au fond de la pièce elle ne pu que constater à regret qu’elle était définitivement vide de gens, elle excepté.
    Levant les yeux au ciel, pour ne pas déroger à la règle elle commenta tout haut :

    - Flûte, je vais encore devoir draguer Walker…

    Au second degré évidement, le brave homme l’appréciait assez pour parfois interférer à son avantage auprès de ses collègues. Gentil Walky comme l’appellait Teaver.



_________________
~ There was a crooked girl & a crooked man and they walked on a crooked mile..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sye Dayma



Masculin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Maison : Serdaigle
Emploi : Directeur de la maison de Serdaigle. C'est déjà suffisamment fatiguant comme ça, sérieusement.
Humeur : Réveillé après un long sommeil. Car n'est pas mort ce qui a jamais dort...

Feuille de personnage
Côté coeur:
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Mer 17 Aoû - 20:05

J'ai une sale tendance à être là où l'on ne s’attend pas à ce que je sois, SURTOUT là où l'on ne m'attend pas, en réalité, c'est un don chez moi, et quand vous ajoutez cela à ma capacité hors norme à être indétectable quand je veux être tranquille, vous avez devant vous l'homme invisible. Mais sans cape. La classe quoi, non ? Je trouve moi, en tout cas. Enfin, dans tout les cas, j'avais décidé de faire un tour dans Poudlard ce soir, je savais très bien qu'il me restait pas mal de chose à faire, de truc à corriger, d'erreur monumentale à empêcher d'arriver, mais je ne suis pas devin. Je suis potionologue ! Oui ? Alchimiste vous dites ? Et maître de potion ? Ah. Okay, désolé, les termes techniques et moi, ça a jamais été ça. Vraiment pas du tout. Je hais les termes techniques. Ils me hérissent le poil. Et un loup bleu hérissé, croyez moi, ça manque singulièrement de classe. On dirait un peu... Mhmm... Un chat, plongé dans une baignoire. Vous voyez la scène ? Moi oui, et c'est FRANCHEMENT pas classe du tout. Du tout. Du tout. Mais alors du tout. Tout le monde a compris mon désarroi à imaginer cela ? Bien. Restons en là donc. Dans tout les cas, j'étais bien dans la serre, mais le niveau qui me séparait d'Elynn à ce moment là était suffisant pour que si je me décide à être tranquille, personne ne me voit. Ce n'est pas réellement un sort, plutôt une occultation mentale très efficace, et dramatiquement emmerdante quand utiser sans le vouloir. Imaginez vous que vous vous répétiez tout le temps « Ne me vois pas, ne me vois pas... », et que à force de le dire, cela affecte les gens autour de vous, qui finissent par ne plus vous voir. C'est cela l'occultation. Le moyen idéal de faire des conneries sans être vu. Pour peu que vous soyez plus puissant que la personne en face. Pourquoi faire cela ? Juste parce que je voulais bosser tranquillement sur une potion, et la serre de Neville possédait des plants dont j'allais avoir besoin. Bien entendu, j'ai sa permission pour l'utiliser quand le besoin s'en fait sentir. Mais j'avais prévu qu'on viendrait me faire chier ce soir, sans savoir qui, je SAVAIS que quelqu'un allait venir. Alors instinctivement...

Et c'est ainsi que je me suis retrouvé face, ou plutôt derrière, Elynn, à l'entendre parler dans le vide, de drague, et de personnes non disponible ici. Mon dieu... Elynn... On a de sacré souvenir elle et moi, de sa première année. C'est vous dire si ça remonte, quasiment... Six ans, presque, je crois... Mon dieu... Je l'ai abandonné. Je sais être réaliste, et ce que je dis est vrai. Je l'ai abandonné, sans regarder en arrière, quand j'ai du partir. Le jour ou j'ai lâché toute ma vie ici. Je lui avais promis de ne jamais partir. De ne pas faire comme Jagged. De toujours la prévenir, au cas où. Et au premier ennui que j'ai eu... Je suis partis, comme tout le monde, sans regarder. Oh, pas sans remord, pas sans y penser. Mais... Je n'ai rien fait, rien dit, je suis partis. Et voilà que le destin me remet face à elle, des années après, sans me prévenir. Violent. Je pourrais, bien entendu, rester invisible dans mon coin, sous influence de mon sortilège, mais... Ce serait lâche, non... ? Elle ne sait même pas encore que je suis revenus... Il n'y a pas encore eu de discours, de repas de fête, pas de prévention, PERSONNE ne sait qui est le nouveau professeur de potion, qui est le nouveau directeur de Serdaigle. Enfin, à part moi. Vu que c'est moi. Et voilà que je me retrouve dans une position bien délicate. Soupirant doucement, je me redresse un rien, et doucement, pose ma main sur sa tête, un peu comme je le faisais quand on était plus petit elle et moi, en me retenant de trembler, ce que je fais très bien, et en essayant de ne pas fondre en larme pour m'excuser, ce que je réussis avec à peu près autant de finesse que ne pas trembler.


« Mademoiselle Lone... C'est une surprise de vous croiser ici, mais pourriez vous me dire ce que vous faites à cette heure dans cette partie de l'école jeune fille ? »

Je n'ai pas déformé ma voix, mais elle ne m'a pas entendu depuis un long moment, et surtout je ne l'ai jamais appellé « Mademoiselle » et tout ça, il m'étonnerait qu'elle me reconnaisse sans se retourner pour me voir de face, ça me donne au moins la surprise sur l'instant, et ça, c'est relativement agréable. Tant qu'elle est de dos, je peux jouer le professeur qui se demande ce qu'elle fout là. Une fois qu'elle sera retourné, elle me reconnaîtra forcément. Si ce n'est à mes cheveux, ce sera à ce reste d'animal dans mes yeux, reflétant toujours l'instant et l'envie du moment présent. J'esquisse un sourire, en me demandant si je ne devrais pas me préparer à me faire frapper, très fort, ce dont je sais qu'elle était capable avant. J’espère juste qu'elle ne sera pas comme tout ceux qui m'ont connus en cours, avec qui j'ai rit durant des années... Et qui, depuis que je suis passé de l'autre côté de la barrière, ne me regardent plus qu'avec méfiance, je suis « Le directeur de Serdaigle. », je suis « Le prof' de potion. », je ne suis plus « L'ami d'enfance. », et ça... Ça blesse, croyez moi. Heureusement qu'il n'y en a que deux ou trois à le savoir. Et elle même n'en faisait pas partis. Je me fais un peu l'impression d'un lâche, alors qu'au fond, j'ai juste manqué de te... Non, je me cherche des excuses. J'avais peur. De sa réaction. Des pertes qu'on a subi tout les deux durant ces années. De tout. Et de rien, sans doute, aussi.
_________________

« N'est pas mort ce qui à jamais dort, Et au cours des siècles peut mourir même la Mort. »

Le Necronomicon, petit livre de référence pour tout bon petit sorcier un peu fou.
(A ne pas mettre entre toutes les mains.)


Dernière édition par Sye Dayma le Jeu 25 Aoû - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elynn Lone
La Fée verte ♠ 6ème année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2550
Age : 25
Maison : Slytherin .. What else ?
Emploi : Créer le plus beau bruit après le silence..
Humeur : Joueuse

Feuille de personnage
Côté coeur: N'essaye même pas, tu n'as pas la moindre chance de l'y détrôner.
Camp: Le mal
Niveau magique:
53/100  (53/100)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Jeu 18 Aoû - 0:56

    Les plantes semblaient s’épanouire en toute tranquillité. Elynn attarda son regard sur l’une d’entre elle qui choisit cet instant précis pour enfermer une mouche téméraire dans le piège de ses « pétales ».
    La serre des plantes carnivores. Pourquoi pas. C’était tout aussi bien qu’autre chose, de toute manière la jeune fille ne comptait pas s’éterniser. Ceci à plus forte raison que Neville avait déserté les lieux avant qu’elle n’arrive.
    Le regard légèrement pensif, elle observait le processus d’ingestion qui se déroulait sous ses yeux, même si, concrètement de l’extérieur elle ne pouvait pas observer grand-chose. Ce savoir était sûrement plus accessible à la mouche victime. Elynn se demanda ce que ça faisait d’être pris au piège de la sorte, par un stupide végétal sans conscience ni raison… Cela devait être terriblement vexant. Mais pas moins mortel.
    Perdue dans cette passionnante réflexion, elle n’en fût que plus surprise en sentant quelque chose sur sa tête.
    Une araignée ?
    Nan, une main humaine.
    Normalement elle aurait dû sursauter, elle se serait alors dégagée d’un mouvement fluide en se baissant légèrement, le tout en dégainant sa baguette, et ceci pour finir par adopter une position de combat, la baguette pointé sur l’assaillant quelconque, les jambes fléchis…
    Enfin ces réflexes-ci dataient de l’Expéditions et avaient eu tendance à s’effriter entre les murs rassurants de Poudlard. Il n’en restait donc presque plus rien.
    La première réaction d’Elynn fût donc bien différente à la théorie, elle se crispa, inspira profondément, leva les yeux au ciel en attendant la suite.
    Il y avait des chances pour que ce soit ce bon vieux Longdubat, de retour dans sa serre favorite, et réagir de manière négative ne jouerait pas en sa cause.
    Cela pouvait aussi être un autre élève assez téméraire pour oser un geste d’intimité pareil avec elle. Ce n’était le style ni de Jordan, ni d’Elisa, encore moins de Lindsay ou Léo… En l’occurrence elle aurait quelqu’un à engueuler. Défouloir ! Youpi.

    Or la voix qui s’exprima ensuite n’était pas celle d’un élève. Tant pis.
    Ce n’était pas la voix de Neville. Ni celle de Walker ( elle avait espéré un instant ). Heureusement ce n’était pas non plus celle de Küstah-la-terrible, ni de l’Imposteur – Unless bis.
    En réalité c’était la voix d’un inconnu au bataillon, qui pourtant avait un je ne sais quoi de familier aux oreilles d’Elynn.

    « Mademoiselle Lone... C'est une surprise de vous croiser ici, mais pourriez vous me dire ce que vous faites à cette heure dans cette partie de l'école jeune fille ? »

    Manifestement le type la connaissait. Or il n’était pas un de ses professeurs, elle en était certaine… Etait-elle à ce point connus dans tout Poudlard ? Muhahahaha ! Ceci dis ce n’était pas forcément une bonne chose. Elle avait très peu envie de visiter le bureau d’Unless ce soir… Trop d’escaliers à monter.
    Elle se demanda s'il avait entendu sa remarque sur Walker ... si c'était le cas, ça allait jaser dans la salle de prof' .. super.
    Persuadée pourtant de ne pas être en tords, elle décida donc de jouer la carte de la franchise, toutefois avec une certaine réserve. Le contacte physique qu’avait l’homme avec elle faisait remonter des souvenirs flous et ne correspondait pas à la relation, à vrai dire inexistante, qu’ils entretenaient.
    D’une voix monocorde, elle s’expliqua :

    - Je cherchais le professeur Longdubat, mais visiblement je me suis fourvoyé en pensant le trouver ici.

    A la fin de sa phrase, elle avança d’un pas. La conversation de dos n’était pas des plus agréables, elle préférait de loin faire face à son interlocuteur.
    Connaître au moins son visage, sinon son nom.
    La première chose qui accrocha son regard fût les cheveux bleus. Même dans la pénombre leur éclat particulier était inévitable. Ce simple détail déclencha une avalanche de souvenirs qui se déversèrent anarchiquement dans la mémoire de la jeune fille qui ne parvint à maîtriser sa surprise que quelques secondes plus tard.

    - Sye ?!

    Question rhétorique. Elle le connaissait suffisamment pour ne pas douter des trais de son visage. Elle le regarda, abasourdie, puis se ressaisit peu à peu.

    - Tu es la dernière personne que je m’attendais à voir ici.

    C’était sincère. Si on lui avait dit qu’elle reverrait Sye dans ces conditions elle ne l’aurait pas cru. Il avait toujours été un homme empli d’une forte aura de mystère à ses yeux.
    Lorsqu’il avait « disparut », cela l’avait blessé, mais elle avait finit par se faire une raison. Elle s’était persuadé que c’était logique, que c’était dans sa nature, qu’une fille comme elle n’était pas de taille à le retenir. Elle lui avait donc pardonné sa fuite, comme elle n’avait jamais pardonné à Jagg’ d’être mort, finalement ressuscité et maintenant … Maintenant elle se savait même plus à quoi s’en tenir.
    L’effet de surprise s’était amoindrit, mais la jeune fille n’était pas completement remise de son étonnement.
    Elle hésitait sur la conduite à adopter avec ce vieil ami de qui elle avait été si longtemps séparée.
    Avec l’ébauche d’un sourire, elle demanda :

    - Qu’est ce qui me vaut l’honneur et le plaisir de ta présence Sye ?


_________________
~ There was a crooked girl & a crooked man and they walked on a crooked mile..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sye Dayma



Masculin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Maison : Serdaigle
Emploi : Directeur de la maison de Serdaigle. C'est déjà suffisamment fatiguant comme ça, sérieusement.
Humeur : Réveillé après un long sommeil. Car n'est pas mort ce qui a jamais dort...

Feuille de personnage
Côté coeur:
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Jeu 18 Aoû - 1:49

« Roh, l'honneur, de suite... J'suis Sye, pas Merlin ni Dumbledore, alors l'honneur... Range le dans ta poche, tu me le ressortiras quand je serais riche, puissant, et célèbre... Pour l'instant, j'suis seulement riche et puissant... Et toi... Tu as grandis. »

Esquissant un sourire légèrement ironique, mais surtout amusé, j'ai un léger rire qui s'échappe de mes lèvres, en la regardant. L'expression de surprise qu'elle a affiché pendant cinq secondes valait tout l'or du monde, réellement, voir sans doute même plus que cela, bien plus en réalité. Mais bon, ça, je ne le dirais pas. Ça lui ferait gonfler les chevilles, je préfère ménager son égo, si elle explose, ce sera vraiment la merde. Elle pourra plus marcher. Ni rien faire d'autre à bien y réfléchir de toute façon. Donc, je vais ménager son égo, et ne rien dire. Du tout. Je ne la complimenterais pas. Non, non, non. Du tout. Voilà, maintenant que j'ai décidé cela, passons à la suite. Je l'ai sentis se crisper et respirer fortement aussi, rien d'étonnant, mais bon... Elle a grandi un peu depuis deux ans, en même temps, entre quatorze et seize ans, je pense que c'est normal, le corps change si vite durant cette période. Je l'ai quitté plus petite que ça, à une époque ou j'étais pas la personne la plus fréquentable au monde. Vendeur de drogue diverses, non létale, non addictive, mais diablement efficace... Et me voilà, deux ans après, toujours les cheveux aussi bleu, mais maintenant directeur d'une maison et professeur d'une matière que je connais par cœur, pour la pratiquer tout les jours depuis mes huit ans, autant dire. Je vaux sans doute plus qu'à l'époque. Mais je n'en suis pas absolument certain en réalité. Après tout, rien n'a réellement changé dans mon comportement, il s'est même sans doute radicaliser... Je suis juste un peu plus vieux, et mes opinions plus assuré.

Enfin, tout cela, c'est de la théorie, la pratique est toute autre. L'honneur de ma présence, la dernière personne qu'elle s'attendait à voir ici... Ouais. Je suis partis, je crois que je m'en voudrais toujours de ne pas avoir pu prévenir. Car c'était cela le problème, je ne POUVAIS pas prévenir, personne. Mes projets à l'époque risquaient d'entrainer désolation et problème à la clé. Il aurait été dangereux pour les gens que j'aime de savoir où me trouver. Alors j'ai disparus un matin, partant avec Simon sur la route, la clé sous la porte de ma boutique, et le panneau « Fermé » sur la vitre... Ce panneau qui l'ornait quand tout les gens qui me connaissaient sont passé et ne m'ont pas trouvé. Et ce panneau doit toujours y être, je paye le loyer, mais je n'y suis pas repassé depuis mon retour dans le coin. Oui... Mais bon, ce n'est pas grave, j'y repasserais, je relancerais ce magasin, quand je me serais bien réinstallé. Pour le moment... Il n'y a pas réellement de raison d'y penser. Honneur et plaisir... Honneur... Plaisir... Surprise. Oui, surprise. Je le suis aussi. Surpris. Réellement. J'aurais pu rester discret dans mon coin, que personne ne me remarque, attendre de me présenter devant les élèves. Mais non, il a fallut que je me sente obligé de renouer un contact que j'ai brisé. Je l'ai brisé. Et je crois que je m'en veux plus que tout. Donc j'essaye de réparer. Et je ne sais pas si j'y réussirais jamais.


« Je pourrais te le dire, ce que je fais là... Mais j'aurais l'impossibilité de reprendre la fillette que j'aimais tant dans mes bras après, j'imagine. Ça serait sans doute mal vu. Par le directeur. Ou je ne sais qui d'autre. Mais oui... C'est moi, Sye... Et ma foi... Tu m'as manquée, donc bon, quand je t'ai vu... J'me suis dit que j'allais pas rester invisible dans mon coin. Et officiellement parlant... »

Officiellement parlant, oui, hé bien officiellement parlant, je reste le professeur. Vingt-et-un ans et professeur. Je suis jeune encore, pourtant. Et je faisais quoi ? Je m'amusais dans une serre à chercher une plante précise. Des racines. D'une plante. Carnivore. Oui, oui. S'pour un cours de potion dans deux trois jours, je dois avoir ces racines et les faire sécher. Je ne donnerais pas ce travail à des élèves, plante trop dangereuse. La récolter demande des compétences qu'ils n'ont pas. Donc je m'en occupe. Puis j'en profitais aussi pour récolter des ingrédients pour une recette personnel en même temps. Un philtre dont j'ai besoin pour diverses raisons. Je veux voir si je peux améliorer une de mes potions, pour la rendre plus... Efficace. Logique, non ? Je trouve.

« … Officiellement parlant, je suis le directeur de Serdaigle, et le professeur de potion... Mais je t'en pries, si toi aussi tu te mets à me voir comme un professeur et seulement, là, s'bon, je peux aller me suicider directement. C'est lourd, tout le monde réagit pareil... Y a deux ou trois personnes qui le savent... Ils l'ont appris sans que je sois au courant... Et j'ai vu leur réaction... D'un coup, j'étais le mec dont fallait se méfier... Alors voilà. Je n'étais pas au courant que tu viendrais ici. Mais quand je t'ai vu, j'ai pas pu m’empêcher de venir... Parce que tu me manquais. M'fin... Désolé. J'agis toujours instinctivement hein, j'imagine qu'on ne changera pas le loup en moi. »

[HRP: Pas fier de ce message... Faut que je relance les processus mentaux qui régissent Sye et que je le reprenne en main... Là, j'fais rien passé dans les mots, vraiment désolé...]
_________________

« N'est pas mort ce qui à jamais dort, Et au cours des siècles peut mourir même la Mort. »

Le Necronomicon, petit livre de référence pour tout bon petit sorcier un peu fou.
(A ne pas mettre entre toutes les mains.)


Dernière édition par Sye Dayma le Jeu 25 Aoû - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elynn Lone
La Fée verte ♠ 6ème année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2550
Age : 25
Maison : Slytherin .. What else ?
Emploi : Créer le plus beau bruit après le silence..
Humeur : Joueuse

Feuille de personnage
Côté coeur: N'essaye même pas, tu n'as pas la moindre chance de l'y détrôner.
Camp: Le mal
Niveau magique:
53/100  (53/100)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Sam 20 Aoû - 1:46

    Lorsqu’il reprit la parole toute gêne post-surprise avait disparu. Elynn se prit à sourire, joignant l’amusement de l’homme aux cheveux bleus.
    Personnellement elle trouvait la présence de Sye bien plus honorable que celle de Merlin ou Dumbledore, tout simplement car depuis la mort de ces deux charmants messieurs leur présence était devenue quelque chose d’improbable. Autant être honoré de la présence des vivants, au moins pour pouvoir être honoré de la présence de quelqu’un un jour.
    Ca peut être pratique.
    Mais évitons de tourner autour de cet inintéressant pot, cela nous apporte bien peu de chose à vrai dire.
    Elynn étudia son ancien ami avec plus d’insistance. Il ne semblait pas avoir beaucoup vieillit, pourtant deux ans avaient passé. La famille Dayma était réputée pour son étrange résistance aux vices du temps. Ses cheveux étaient plus longs que la dernière fois qu’elle l’avait vu, ils avaient presque atteint la taille qu’ils avaient lorsqu’elle était en première année. Elynn sourie pour elle en se remémorant un jour cette année là, où elle avait décidé de teindre ses cheveux du même bleu que Sye. Le résultat avait été assez … raté, pour dire cela joliment.

    La jeune fille restait muette mais n’y pas a attendre longtemps avant qu’il reprenne la parole. Ses sourcils se froncèrent aux premières paroles qu’il prononça. Qu’avait-il fait qui puisse interdire un contacte physique aussi simple entre ami. Il avait sûrement prit un produit dangereux et était atteins d’une dangereuse maladie qui se transmet par voie cutanée. A force de faire des bêtises avec les potions … de toute manière tous les gens qui maniaient de trop près l’art des potions étaient taré, il n’y avait qu’à voir les anciens profs de potions.. Unless, son apprenti Seth, l’autre Fly, et puis Opale et Richard avaient aussi quelque chose qui ne tournait pas rond. De toute manière pour aimer les potions il fallait avoir quelque chose de bizarre. Etant elle-même complètement incompétente dans cette matière Elynn était bien en peine de comprendre ceux qui y trouvait de l’intérêt. C’était la branche de la magie la plus ennuyeuse à ses yeux.
    « … mal vu. Par le Directeur. »
    Réaction immédiate :

    - HEIIIIIIN ?

    Bouche-bée Elynn fixa Sye. Choc numéro un : Unless s’était fait viré. Choc numéro deux : Sye a la place d’Unless … a 22 ans …
    Si de revoir Sye l’avait surprise, ceci était sans commune mesure avec l’ahurissement suivant cette annonce.
    Elle n’écouta qu’à moitié la suite de sa tirade tant le fait qu’il ait été promu au rang de directeur la choquait. Sans méchanceté aucune. Mais tout de même. Jamais Poudlard n’avait eu de directeur aussi jeune.
    « … Officiellement parlant, je suis le directeur de Serdaigle, et le professeur de potion... »
    En comprenant le sens de ces paroles la jeune fille soupira et commença à rire. Elle le laissa néanmoins finir son discours avant de lui lancer un regard où brillait une étincelle de malice et répliqua :

    - Le jour où je me comporterai avec toi comme avec les autres professeurs m’a foi tu auras bien baissé dans mon estime. Et c’est pas une hierarchie stupide qui me ferra me comporter autrement avec toi, quand bien même je le voudrais je crois que je n’y parviendrai pas.

    L’influence des Serpentard tels que Scorpius, Léo, Lindsay, Elisa, ou encore Richard avait ceci de très mauvais qu’elle discréditait complètement les règles entravant les libertés de mouvement et le respect que tout élève doit à l’intégralité du corps professoral. C’était d’autant plus facile de « se rebeller » que la plupart de leurs enseignant étaient encore fort jeunes et par la même, assez malléable.
    Elynn afficha un air de défis ironique et continua sur sa lancé :

    - Colle moi pour affection exagérée si ça t’amuses.

    Accompagnant le geste à la parole elle effaça rapidement la distance entre eux et passa ses bras autour de la taille de son nouveau professeur.
    Le Sye qu’elle connaissait était un homme tactile, et il avait parlé de câlin peu avant, elle osait donc espérer qu’il ne la repousserait pas.

    - Tu m’as manqué aussi…

    Alors qu’elle le serrait un peu plus fort, comme pour ne pas le laisser repartir, une question brûlait ses lèvres : pourquoi. Pourquoi il était parti sans rien dire ? Dans quel but ? Qu’avait il fait pendant ces deux années ?

    Malgré la curiosité qui la rongeait, Elynn savait que le moment n’était pas approprié à ces questions qui demandaient du temps pour la réponse.
    Alors elle refoula ces questionnements pour plus tard.

    - Tu vas t’arracher les cheveux avec moi professeur. Tu sais je crois être plus nulle encore qu’en première année en potions. J’ai l’étrange capacité de régresser dans cette matière. Je crois que je suis passée du niveau 0 au niveau -1 …

_________________
~ There was a crooked girl & a crooked man and they walked on a crooked mile..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sye Dayma



Masculin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Maison : Serdaigle
Emploi : Directeur de la maison de Serdaigle. C'est déjà suffisamment fatiguant comme ça, sérieusement.
Humeur : Réveillé après un long sommeil. Car n'est pas mort ce qui a jamais dort...

Feuille de personnage
Côté coeur:
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Sam 20 Aoû - 4:40

Coller quelqu'un pour affection exagéré... Je ne crois pas avoir le pouvoir de faire cela... Ou disons que, en réalité, j'ai peur que le directeur, et le concierge, en trouvant la feuille de colle, ne s'étonne et ne jase très, très fort. Il y a de gros risque même. Mais attendez, pourquoi j'y réfléchis moi, de toute façon, j'ai jamais eu l'intention de la coller, je sais très bien que je ne pourrais pas le faire, car j'ai des règles très précise, Elynn, je la connais depuis que j'ai quatorze ans, elle en avait dix je crois, on a fait énormément de connerie elle et moi, réellement... Rien que le jour de son arrivé, on a foutu un bordel plus que monstre...

Je m'en rappelle comme si j'y étais encore... Je l'avais repéré dans le train en venant jusque Poudlard... C'était la fin des vacances, j'avais déjà passé ma tenue, et je me baladais dans les wagons à la recherche d'une occupation diverse... Et... Non, non, ne revenons pas dans le passé, pas aujourd'hui, c'est un temps relativement lointain maintenant, sept ans ont passé quasiment... Mais je m'en rappelle quand même... Me baladant, la cravate non serré, et trainant dans les wagons, je jouais à faire voler devant moi une chocogrenouille... Avant de l'avaler tout rond. Et là, dans le wagon des premières années, y a eu cette fillette qui m'a jeté un regard intrigué. Par mes cheveux j'imagine. Ou ma tenue. Je ne le su jamais. Mais je me rappelle d'elle.

Forcément, elle vient à l'instant d'outrepasser mes fonctions, et son statut, pour me serrer dans ses bras. Doucement, je passe mes bras autour d'elle et la serre contre moi, pas TROP fort, je ne veux pas la tuer, mais je marque bien que je suis là quand même. Et elle, elle serre un rien plus, comme si je devais repartir. Ce que je n'ai pas réellement prévu en fait... C'est chiant de voyager, je veux rester tranquille un instant. Ah, cette fillette...

Je m'en rappelle parce qu'elle m'avait interpelé. Ou c'est moi qui me suis assis dans le compartiment où elle était, et qui ait commencé à lui parler, naturellement, l'air de rien. Tout à fait moi ça, je le crains. Et j'avais commencé à parler de Poudlard, de tout ce que l'on pouvait y faire quand on savait comment échapper à la surveillance des professeurs, les longues heures que je passais dans le parc à sécher les cours de potion ennuyant...

Hé mais, j'ai crée son aversion pour les potions, je le crains, zut, c'est ma faute. Sans moi, elle serait jamais partis avec tant d'apriori, et elle aurait de bonne note. Oh chier... Je vais rire moi, quand je vais donner cours aux sixièmes années, je le sens déjà. J'ai pas compris pourquoi elle a limite poussé un cri quand j'ai commencé à parlé, ce « HEIIIIIIN ? « distinct entre tous, limite, elle va attirer tout le château là... Enfin... Mais je suis heureux, parce que rien n'a changé, si ce n'est nous. Un peu. Nos relations. Ma disparition. Cela n'a pas détruit tout. Et j'en suis heureux, j'existe toujours chez elle. Et ça, ça coute cher, croyez moi. Pour moi. Je sais bien que tout change, mais j'ai besoin d'une certaine stabilité. C'est important, parfois.

Cette fillette dans le train qui m'écoutait aussi, elle cherchait une certaine stabilité, ou du moins, quelqu'un sur qui compter. C'était un nouveau monde, Poudlard. Le monde des grands. Elle n'était pas surprise de la magie, c'était une sang pur à bien y réfléchir, elle vivait dedans depuis toujours. Mais tout changeait pourtant autour d'elle. Elle allait devenir celle qui pouvait utiliser la magie. Et croyez moi, dans l'esprit d'un enfant, tout jeune adolescent à peine, ça fait une terrible différence. Et il se trouve que moi, à lui parler, j'ai p'tet un peu tenu ce rôle. Oh, un bon moment. La première année a été cool. Mais ce n'est pas le sujet.

Elle me cause de ses notes de potions, le niveau moins un, okay, bon, heureusement que je suis un professeur loin de la normalité, et que ma façon de faire cours n'a sans doute rien à voir avec celle d'aucun autre professeur avant moi. Beaucoup vont sortir de mes cours les cheveux en pétards. Autant de l'explosion de leur chaudron que de m'avoir comme professeur. J'en fais chier certain alors qu'ils ne m'ont même pas encore eu en cours. Alors je ne me fais aucun doute sur le sujet. Réellement. Je sais déjà que je vais beaucoup rire, rien que lors du premier cours, que je compte donner d'ici peu, au sixième justement... Uhuh, j’attends avec impatience de voir qui osera venir se frotter au nouveau professeur, voir jusque où il est capable d'aller. Hé bien croyez le ou non, mais je peux aller jusque à l’extrême limite, je n'ai pas peur de passer pour un tyran. Si on ne m'y oblige pas, je resterais correct, s'ils me cherchent, je répondrais. Et même Elynn n'échappera pas à la colle si elle veut vraiment tester jusque où j'irais. Elle le sait sans doute très bien. J'ai beau être jeune, je suis un Dayma, et j'ai le caractère de ma famille, et du loup qui dort en moi. Simon a le même parfois. S'mon fils lui, sûr.

A force de parler dans ce train, elle en vient à me questionner sur des lieux dont elle a entendu parler. Tant par sa famille que par les autres élèves dans le train. Et voilà la première aventure qui se profile au loin quand d'un coup, elle me demande de lui parler de la forêt interdite. Je me rappelle à ce moment avoir eu un éclat de rire, puis l'avoir regardé très sérieusement, un éclat d'amusement dans mes yeux, et mes oreilles de loups prêtes à sortir tellement l'envie me mordait le visage. Et je lui avait répondu tout naturellement « Je connais un raccourci par la forêt interdite qui mène directement au château. Plus rapide que les calèches, tu veux l'essayer ? », normalement, à ce moment là, quatre-vingt-dix-neuf pour-cent de la population m'envoie chier. Elle, elle avait... Sourit, je crois. Et avait dit oui.


« Je ne suis pas tes anciens prof' de potion ma grande, j'suis Sye Dayma... Je ferais aimer les potions et l'alchimie à n'importe qui. Et si ce n'est que ça, j'vais tout te réapprendre depuis la première année, en cours particulier, j'm'en fous. »

Et je la serre doucement contre moi, encore, j'ai pas envie de me détacher d'elle en fait, j'suis bien ici, soyons honnête.

Ça me rappelle notre aventure dans la forêt... QUATRE HEURE qu'on y est resté. Oh putain... J'ai été obligé de me transformer en loup et de lui révéler ma nature de métamorphe après DIX MINUTES. On était bien perdu, faut avouer. Quand on est ressortie, il pleuvait à verse, elle avait un peu de boue sur elle... Et moi, j'étais dans un état catastrophique, que décrire m'est impossible... Elle a une photo magique de ce moment je crois. Bon dieu... J'étais couvert de boue, de sang de bestioles pas nettes, j'avais des branches dans les cheveux, et d'la boue sur tout mes habits... Et le corps. Oh mon dieu... Et on avait trois heure de retard sur les calèches... On a couru jusque à l'école en vitesse, et quand on est arrivé à la porte de la salle commune, j'ai entendu les noms. La cérémonie avait commencé, mais elle n'avait pas encore été appelé... J'ai alors fait un truc que je trouve toujours aussi fou, mais normal. Je l'avais foutu dans la merde, je l'en ai tiré. Je lui ai juste dit de se changer en vitesse si elle le pouvait... Et la cachant sur le côté, j'ai ouvert la porte d'un coup de pied dedans, comme si j'étais bourré, j'ai couru dans la salle, en foutant de la boue partout... J'ai sauté sur la table de Serdaigle, j'ai glissé sur trois ou quatre mètre, et j'ai chanté une chanson inventé sur le moment... Ah, ça, j'ai encensé Serdaigle, et bien rabaissé toute les autres maisons. Au bout de dix secondes, toute ma table faisait vibrer les choppes en tapant sur la table en mesure. Tandis que le reste de la salle nous huait. J'ai foutus l'ambiance. Et pendant ce temps, au fond, la porte s'ouvrait discrètement, et une petite fille entrait sans se faire voir, tandis que les professeurs essayaient de nous calmer. J'ai pris 28 heures de colles sur la semaine suivante. J'ai nettoyé la salle commune tout seul, punition pour punition hein... J'avais réussis mon coup. Je me demande si le directeur ne s'est jamais réellement douté de rien.


« Après tout... J'ai toujours été là pour toi quand on était petit... J'ai essayé du moins... Et je... Regrette... D'être partie... Je... Regrette vraiment. »

Et c'était vrai. Je le regrette. Mais que puis-je y faire, je vous le demande ? C'est passé maintenant, et m'excuser ne changera pas le passé. Je pourrais le changer. Si j'avais une pierre philosophale, un retourneur de temps, et pas trop peur de créer dix-huit paradoxes temporels différent par ma seule présence. Donc, je vous le dis clairement, je pense que je vais éviter. Pourtant, l'envie ne m'en manque pas. Je n'avais pas le choix, mais... j'aurais pu faire autrement. J'ai pas eu le courage de me tenir à ce que je savais pouvoir faire. Ou du moins, j'ai préféré protéger ceux que j'aimais. Si j'en récupère la moitié, je serais un roi. Mais de toute façon, j'ai déjà récupéré au moins Elynn. Et ça, pour le moment, ça remplit mon quota de joie pour le mois. Ou deux, à voir.

« Je suis content que tu me traites pas comme un prof', ça m'aurait fait mal, vraiment. »
_________________

« N'est pas mort ce qui à jamais dort, Et au cours des siècles peut mourir même la Mort. »

Le Necronomicon, petit livre de référence pour tout bon petit sorcier un peu fou.
(A ne pas mettre entre toutes les mains.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elynn Lone
La Fée verte ♠ 6ème année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2550
Age : 25
Maison : Slytherin .. What else ?
Emploi : Créer le plus beau bruit après le silence..
Humeur : Joueuse

Feuille de personnage
Côté coeur: N'essaye même pas, tu n'as pas la moindre chance de l'y détrôner.
Camp: Le mal
Niveau magique:
53/100  (53/100)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Mar 6 Sep - 1:26

    « Je te ferrai aimer les potions » .
    A ces simples mots Elynn ne pu s’empêcher d’éclater de rire. Il semblait en être tellement convaincu qu’elle trouvait ça comique. Sa nullité dans cette matière dépassait tout entendement. Elle était incapable de différencier de la bave de crapaud et du sang de licorne, incapable de couper correctement des pattes d’araignées, ni même de doser la bonne quantité d’eau de départ nécessaire à la plus basique des potions.
    D’un autre côté c’était aussi vrai qu’aucun de ses précédents professeurs n’avait réellement tenté de lui faire apprécier cet art qui lui restait complètement opaque.
    Lorsque Sand enseignait elle ne trouvait rien de mieux à faire que de lui chercher des noises à longueur de tours car l’homme partait toujours au quart de tour. Quand ce fût au tour du suivant elle avait dormis pendant la grande majorité du temps. Et puis Fly n’en parlons même pas. De toute façon en potion la moitié de sa maison se battait déjà pour attirer l’attention du professeur en fonction.
    Elle les aimait bien hein, mais en potions fallait admettre qu’ils étaient vite relou l’Opale et le Richounet. Et Jordan et Scorpius qui réussissait sans efforts tout ce qu’ils entreprenaient. C’était dégelasse.
    Mais la jeune fille avait finis par se faire une raison.


    - Tu es bien présomptueux. Tu ne sais dans quoi tu t’engages.

    A vrai dire elle-même n’était pas certaine de vouloir améliorer son piètre niveau, on pouvait très bien survivre dans le monde magique sans utiliser de potions.
    Jamais.
    Le problème c’est qu’elle n’était douée pour rien. Où alors pour rien que l’on enseignait à Poudlard. La métamorphose lui semblait être une science obscure à laquelle, elle ne comprenait rien. Et elle avait un niveau médiocre en sortilèges, l’histoire de la magie était une histoire de mémoire… La seule chose dans laquelle elle avait un tant soit peu de talent était le Quidditch.
    Bon.
    Elle deviendrait joueuse professionnelle.
    Mais elle était trop mauvaise joueuse pour ça.

    Bon ben, voila.
    Mademoiselle Elynn Lone n’avait officiellement rien à faire de sa vie.
    Tant pis.


    « Après tout... J'ai toujours été là pour toi quand on était petit... J'ai essayé du moins... Et je... Regrette... D'être partie... Je... Regrette vraiment. »

    C’était vrai. Lorsqu’elle était entrée à Poudlard il était presque toujours derrière elle, dans les bonnes et les mauvaises situations.
    La jeune fille sourit au souvenir de l’admiration sans borne qu’elle lui vouait alors. C’était presque malsain. Elle voulait réellement lui ressembler mais savais aussi qu’elle n’y parviendrait pas.
    Elynn s’écarta alors de Sye, alors plongé dans ses souvenirs et lui répondit en souriant :


    - Hey t’as pas à regretter d’être partis ! T’avais pas d’engagement à tenir auprès de moi, j’étais juste triste que tu ne me dises pas au revoir, mais bon je savais qu’on était plus aussi proche après que t’ais quitté Poudlard…

    C’était juste dommage que leurs derniers contacte ai étaient ceux de dealer à drogué … Mais bon valait mieux éviter de parler de ça maintenant ça allait plomber l’ambiance.
    Et puis mettre Jagg’ sur le tapis n’allait pas la rendre de super humeur non plus.
    Donc…


    « Je suis content que tu me traites pas comme un prof', ça m'aurait fait mal, vraiment. »

    Elynn lui lança un petit regard en coin et souris.

    - T’inquiète ! … Ceci dis, si tu pouvais peut-être essayer de parler à Longdubat de …


    Devant son expression elle éclate de rire.
    Et puis elle se pencha légèrement sur le côté pour s’appuyer sur l’une des table de la serre. Or elle n’avait vu qu’il y avait encore des plantes dessus, et évidement, vu sa chance légendaire elle mit la main dans un espèce de truc visqueux.
    Elle essaya de retirer sa main mais le liquide compact était tenace et s’était emparé de sa main droite avec un air de dégoût elle se questionna tout haut.


    - Euurk, c’est quoi ce truc ?

    Puis elle se souvient qu’ils étaient dans la serre des plantes carnivore.
    Et meeeeerde.


_________________
~ There was a crooked girl & a crooked man and they walked on a crooked mile..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sye Dayma



Masculin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Maison : Serdaigle
Emploi : Directeur de la maison de Serdaigle. C'est déjà suffisamment fatiguant comme ça, sérieusement.
Humeur : Réveillé après un long sommeil. Car n'est pas mort ce qui a jamais dort...

Feuille de personnage
Côté coeur:
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Lun 10 Fév - 5:31

Okay... Donc, elle est toujours aussi douée de ses mains, si j'en crois le petit bruit de glue que je viens d'entendre, et si je regarde sa tête. Oh. Et la phrase qu'elle vient de prononcer ne fait que confirmer mon idée. Mon dieu. Mon dieu... Mais... Sérieusement, pourquoi j'ai entamé la conversation ici ? Je savais que l'endroit était dangereux. Encore plus avec elle. Elle n'a JAMAIS su où placer ses mains pour ne pas faire de dégât. Et là, présentement, c'est dans son dos, qu'elles devraient être. Elles n'y sont pas. Elle en a une collé sur la table à une extension digestive de plante carnivore. Tout va bien, comme d'habitude. Tout va bien. Je reviens, je la rencontre, cinq minutes plus tard, on est dans les emmerdes. C'est logique. C'est normal. Tout a toujours été comme ça avec elle et moi. Bon. Réfléchissons... Lui dire la vérité ou pas ? Je sais pas... Mhmm... Va falloir y réfléchir.

« Ta main est prise dans la gangue digestive d'une plante carnivore nommé Raxacoricophalapatoriusisacidus. Relativement dangereuse, on dit qu'elle peut digérer un humain si on lui en laisse le temps. Ce qui devrait pas prendre trop de temps avec toi. Tu manges correctement, tu m'as l'air très maigre dis moi ! »

Ah. Bah nan, pas besoin de réfléchir, j'ai encore parlé plus vite que je ne réfléchis. C'est le loup, ça. Il est instinctif le loup. Il dit ce qu'il voit, sans interpréter. Il pense, il dit. Et parfois, ça ressort sur ma forme humaine. Le soucis, c'est que le loup est diplomate, son langage est multiple, corporel, un mot est adjoint d'une dizaine de signe différent donné par le corps qui en donnent le ton et l'idée. Pas sous forme humaine. Enfin, si. Mais elle ne peut pas le comprendre. C'est pas lisable pour un humain. Rah. Bon. Maintenant qu'elle connait la vérité, il faudrait peut être la tirer de là, ou bien ce sera les retrouvailles les plus courtes de l'histoire de l'humanité. On s'est retrouvé, elle s'est fait digérer, adieu.

« Rhm... Oui. Bon... Alors honnêtement, si tu avais été toute seule, je pense qu'on ne t'aurait jamais retrouvé. Vivante. S'entend. Mais je suis là, donc... Euh... Ca devrait aller. Donc t'as plusieurs choix. Je peux te couper la main, hop, et t'es libre... C'est la solution facile et PRESQUE sans danger. Bon, y a l’hémorragie, mais c'est moins pire que de se faire bouffer par une plante, non ? »

Je la regarde en souriant, tout à fait certain que mon raisonnement sans faille devrait la convaincre. En voyant sa tête, je me dis instantanément qu'il faut que je recommence à réfléchir en humain, pas en loup. C'est un autre soucis, en cas de danger, ma partie la plus adapté prend le dessus. Et en face de danger, c'est pas la partie humaine. Sauf que là, on a besoin d'une solution humaine. Et rapide. L'acide n'agit pas avant un certain temps, mais je n'ai pas assez de temps, justement, pour aller chercher de l'aide. En tout, je dirais que j'ai... Mhmm... Peut être dix minutes, tout au plus. Sans doute moins. Mais surement pas plus, en tout cas. Bon. Réfléchis. Cette plante... Elle craint le feu... Oui. Mais ça ne m'aide pas dans la situation présente. Son acide réagit avec une base pour former de l'eau et dégagé un gaz intéressant pour certaine expérience, oui. Mais l'acide n'est pas encore là, je n'ai que la gangue de résine aspirante là... La résine... La résine... Formé de.. Formé de... Mhmm... C'est une oléorésine, voilà. Donc... Oléorésine... Dissolution...

« DE LA CETONE. C'est ça ! Je reviens, je sais qu'il y en a un bidon sous une table, attends mo... Ouais, nan, en fait, de toute manière, tu peux pas trop bouger hein ? Je reviens vite. »

Et je cours vers la serre d'à côté, à la recherche de ce bidon de cétone, qui une fois à a bonne température va faire fondre la gangue et libérer sa main. Si tout va bien. Au pire, elle aura une brulure du à la cétone, et sans doute des démangeaisons du à la résine. Mieux que plus de main du tout, je suppose. Je finis par trouver ce bidon, revient en le portant, et trempe la plante, avec sa main, dedans. Après les avoir décollé de la table avec un couteau. Bon à nettoyer, le couteau, d'ailleurs. Je regarde le bidon, lance un sortilège informulé pour chauffer la cétone, réellement la chauffé, bien chaud, et je lui fout un mouchoir sur le nez et les yeux, et continuer de surveiller.

« Dés que tu sens que ça lâche, tu retires ta main de suite, le plus vite possible. Tu vas sans doute te bruler à cause de l'acétone, mais j'ai pas d'autre choix. Ne me réponds pas, respire le moins possible, et garde ce mouchoir sur ta bouche. Moi, ça ira, toi, tu risques de moins bien supporter les effluves de ce truc. Tu retires DES que tu te sens libre. Ça devrait plus tarder, fait attention... »

La plante n'apprécie pas le traitement, heureusement pour elle, elle ne réagit pas de la pire manière possible, qui consiste à durcir sa coque et digérer encore plus rapidement. La, elle essaye de se protéger d'un bain de cétone chauffé. Très bon pour le teint, je vous assure. J'en prends un tout les matins. Ça me fait un bien fou ! Si, réellement. Fou. Fou... Faudrait l'être pour me croire, ouais. Bon... Ça fume, ça bout... Ça sent le caoutchouc. Youhou, ça se dissout, c'est tout bon tout ça !

[HRP: Je dirais que je dois avoir entre un et deux ans de retard. Mais j'ai répondu, note l'assiduité à l'effort ! =o]
_________________

« N'est pas mort ce qui à jamais dort, Et au cours des siècles peut mourir même la Mort. »

Le Necronomicon, petit livre de référence pour tout bon petit sorcier un peu fou.
(A ne pas mettre entre toutes les mains.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elynn Lone
La Fée verte ♠ 6ème année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2550
Age : 25
Maison : Slytherin .. What else ?
Emploi : Créer le plus beau bruit après le silence..
Humeur : Joueuse

Feuille de personnage
Côté coeur: N'essaye même pas, tu n'as pas la moindre chance de l'y détrôner.
Camp: Le mal
Niveau magique:
53/100  (53/100)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Sam 22 Fév - 0:10

Raxacoricophalapatoriusisacidus
C’est joli ça. On dirait un peu un nom indien de western spaghetti qui est agent double dans le camp retranché romain de Babaorum.
Sauf qu’à la fin il y a acidus, ce qui en soit est moins rigolo. D’un autre côté l’acide chloridrique c’est inoffensif.

Elynn gardait les yeux fixés sur sa main recouverte entièrement de la pâte visqueuse, elle commençait à sentir un picotement dans ses doigts et sa paume. Elle n’écoutait Sye qu’à moitié même si elle savait qu’il racontait sûrement des choses relativement intéressantes concernant son futur proche. Peut-être ne voulait elle pas entendre ce qu’il était en train de lui dire. Son esprit planait à quelques centimètres au dessus de son corps, parce que même si elle savait qu’elle avait fait une bêtise elle était entre de bonnes mains. C’était étrange comme sensation, pour elle qui n’avait confiance qu’en une poignée très restreinte de gens se reposer complètement sur le jugement de quelqu’un d’autre était un acte assez exceptionnel. Mais tellement agréable.
Elle leva enfin les yeux vers son ami aux cheveux bleus qui lui confirma que sans lui elle serait entrain de mourir à petit feu. Roh, elle fit une petite moue, c’était sous estimer l’instinct de survit Lone particulièrement développé. Plutôt se couper la main dans une grosse boucherie que de mourir digéré par une plante.
C’est même pas drôle comme mort.
Et puis on arrive toujours à se couper un membre en cas extrême, regardez l’élan bleu stupide dans happy tree friends. Voila.

De la cétone !
Victory !
... hum c’est quoi la cétone ?
Elynn fit des petits mouvements d’approbation avec un air hyper concerné. Comme si elle savait parfaitement ce qu’il se passait alors qu’en faite elle était perdue. Et dire qu’à la base elle voulait juste remonter un peu ses notes de botaniques. C’était probablement un signe du destin pour lui prouver qu’elle ne méritait vraiment pas des bonnes notes en botanique.

En attendant le retour de Sye elle commença à compter les mouches qui s’étaient englué dans la même pâte qu’elle.
1, 2,3,4,5,6,7,8....ah non c’est une araignée,7, 8,9...

Lorsqu’elle entendis la porte se rouvrir elle voulu partager une fantastique d’écouverte qu’elle venait de faire :

- Eh Sye, a propos de...

Malheureusement elle eu droit à un mouchoir sur le pif avant de pouvoir finir, ainsi que des consignes clairs et précises.
La jeune fille bloqua le mouchoir sur son visage a l’aide de sa main valide et assista au spectacle qui se déroulait sous ses yeux et dont elle était un des acteurs principal.
C’était impressionnant, et malgré le tissu sur son nez, elle inhala quand même des effluves du produit.
Ses pensées se désorganisèrent en laissant peu à peu la place à un joyeux bordel organisé, d’ailleurs elle jeta le mouchoir devenu inutile.  


- ça lâche ? ça lâche ? ça lâche quand.. ?  Ah ! ça lâche ! Yeay !

Elynn leva sa main gantée de matière visqueuse devant ses yeux avec un air triomphant. Et maintenant ?

- On doit me resculpté une main le dedans ? Est ce qu’elle va être aussi belle qu’avant parce que je veux pouvoir encore jouer de la guitare...

Elle tapota sa main prisonnière sur la table devant elle sans grands résultats. Mais encore une fois cela ne semblait pas du tout la perturber. Le grand Sye, maître des potions, commandant suprême de l’armée des serdaigle, grand gourou à la chevelure boréale ... ( ça veut rien dire ça, on est d’accord.. ) bref Syounet était avec elle, tout allait bien... tout irait bien, au final. Non ?

- Et ça fait combien de temps que t’es là ? T’as une chambre et tout ? A côté de chez Unless ?
_________________
~ There was a crooked girl & a crooked man and they walked on a crooked mile..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sye Dayma



Masculin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Maison : Serdaigle
Emploi : Directeur de la maison de Serdaigle. C'est déjà suffisamment fatiguant comme ça, sérieusement.
Humeur : Réveillé après un long sommeil. Car n'est pas mort ce qui a jamais dort...

Feuille de personnage
Côté coeur:
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Sam 22 Fév - 2:09

Je la regarde pendant qu'elle me parle. Je regarde ses yeux... Et je soupire doucement... Bien, elle ne m'a pas écouté...

« Tu as inhalé... Hein... ? Bon dieu... T'es totalement shootée Lylyne... J'te conseille de te taire, dans dix secondes, vu ton état, j'vais avoir le droit au résumé de ta vie intime... Allez, tais toi donc, réfléchis un peu, et reprend tes esprits. Et pose ta main sur la table, aussi, veux tu... Merci, voilà... »

Pour être plus précis, je lui ai pris la main et l'ait posé sur la table. L'acétone a bouffé une grosse partie de la gaine, et il ne reste plus qu'un truc visqueux et relativement collant. A peine solide. Ca partira avec un bon coup de chiffon. Et une brosse. J'attrape le dit chiffon et la dite brosse, et commence à frotter la main aussi fort que je peux pour la débarrasser des résidus. C'est... Beurk. Un rien dégueulasse quand même ce machin. Beurk, beurk, beurk. Et dire que je dois en utiliser pour le premier cours de potion qui va avoir lieu bientôt. Beurk.

« Je suis ici depuis... Mhmm... Je sais plus trop... Deux semaines, peut être, le temps de m'installer et de tout remettre en ordre. Le précédent maître des potions est partis un peu précipitamment... Et en laissant tout en bordel. Beaucoup de rangement à faire. »

Quasiment plus rien sur sa main, je frotte encore un peu, débarrassant la dite main du reste de glu dégueulasse dans laquelle elle était prise. Une fois fini, je la retourne, regarde de tout les côtés la dite main, qui a l'air intacte, et sourit, content et fier de moi ! Ouaips, elle est entière, et son uniforme est même pas endommagé. J'suis trop bon, franchement, vous trouvez pas ? J'me trouve trop bon moi, dans tout les sens du terme. Tout le temps. Tout les jours. On peut pas être meilleur que moi. Vous imaginez pas.

« Hein ? Non. Pourquoi j'aurais une chambre à côté de chez Unless ? T'as des chambres partout dans ce château, puis j'ai toujours ma maison à Pré-Au-Lard tu sais... C'est parfois plus pratique quand tu veux pas être dérangé en pleine nuit par des élèves inquiet de leur moyenne en alchimie et potion. »

Disant cela, je la regarde en esquissant un sourire immense, dévoilant un peu mes canines. Puis je me redresse, époussette mes genoux un rien terreux vu que j'viens de m'agenouiller dans la terre, et fais craquer ma nuque pour me détendre et me remettre en place.
Elle allait me parler d'un truc, puis elle a inhalé, et je n'ai jamais su ce qu’elle allait dire. Mais je suis curieux moi, je veux savoir. Sauf que là, je doute avoir une réponse valable vu son état. Ou alors, ça va sans doute pas être très... 'fin.... Ça risque de parler de sujet bizarre, je pense.
J'ai rien contre personnellement, professionnellement... C'est une toute autre histoire.

Il est vingt-deux heures passé, on peut dire que je suis relevé de mes obligations professionnel, non ?


« A propos de quoi ? Tu allais dire quelque chose, mais tu t'es interrompu. Tu voulais me parler de quoi ? »

Je sais bien qu'elle risque de délirer un petit peu durant une quinzaine de minutes, je n'ai rien contre, c'est marrant quand on est à ma place, mais bon, je voudrais pas qu'elle ait d’ennuis après, donc je vais la surveiller et m'assurer qu'elle aille bien, et quand elle aura repris ses esprits, j'irais MÊME jusque à la raccompagner à son dortoir. J'suis trop gentil, vous trouvez pas ?
Le fait que le dit dortoir ne soit pas loin de la salle des potions ou je dois préparer des trucs n'ayant, comme vous vous en doutez, absolument rien à voir. Je fais ça par pure gentillesse et abnégation envers mon prochain, car j'aime mon prochain. J'aime juste certains prochains plus que d'autres, mais c'est naturel !
Je crois.


« Allez, allez, reprends tes esprits... Concentre toi un peu... Et raconte moi donc ce que tu voulais... On commencera à marcher pour partir d'ici quand tu seras capable d'aligner deux pensées cohérente de suite... »

Je la regarde... Et éclate de rire...

« On va dire deux pensées de suite, cohérente... Te connaissant... »

Sourire moqueur, gentil, mais moqueur. C'est moi. Bienvenu ici Sye !
_________________

« N'est pas mort ce qui à jamais dort, Et au cours des siècles peut mourir même la Mort. »

Le Necronomicon, petit livre de référence pour tout bon petit sorcier un peu fou.
(A ne pas mettre entre toutes les mains.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elynn Lone
La Fée verte ♠ 6ème année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2550
Age : 25
Maison : Slytherin .. What else ?
Emploi : Créer le plus beau bruit après le silence..
Humeur : Joueuse

Feuille de personnage
Côté coeur: N'essaye même pas, tu n'as pas la moindre chance de l'y détrôner.
Camp: Le mal
Niveau magique:
53/100  (53/100)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Mar 17 Mai - 0:24

(HRP : haha j'ai finis mon mémoire ! je peux écrire d'autres trucs sans culpabiliser !! par contre il est tard donc j'ai pas relu et j'ai pas mis en page ^^" mais peut être le ferai-je un autre jour @-@ )

Elynn s’était tu lorsqu’il le lui avait demandé, mais pas au risque de lui raconter sa vie intime, plutôt pour éviter de dire quelque chose qui ressemblerait plus a un gazouillement de bébé-zombie qu’à une parole d’une humain normalement constitué de 16 ans, ce qu’elle essayait de faire croire aux gens qu’elle était.

Elle le regarda manipuler sa main sans intervenir, prête à lui vouer une confiance aveugle et absolue. Enfin pour ce genre de chose du moins, il avait toujours été bien plus débrouillard qu’elle mais elle s’était toujours convaincue que c’était uniquement parce qu’il était plus vieux qu’elle.
Elle regardait le visage de Sye pendant qu’il lui parlait même si celui ci était entièrement concentré sur sa tâche. Il n’avait pas tellement changé même si elle avait la vague impression que ses traits s’étaient un peu durcis. Cependant elle connaissait la légende sur sa mère (grand-mère ?) et son sérum de jouvence, elle ne trouvait donc pas très étonnant que le physique de Sye ne soit pas marqué par les stigmates du temps.
Ou peut-être que ça n’avait rien a voir ?

Deux semaines qu’il était là. Et il logeait surtout à Pré-au-lard. Malgré son esprit encore un peu embrumé Elynn essaya d’imprimer ces informations dans sa mémoire. Son regard se perdait dans le néant tandis qu’elle réfléchissait à … pas grand chose en faite. Puis quand il lui demanda de se concentrer elle axa ses yeux gris à nouveau sur le visage de Sye. Ce qu’elle voulait lui dire :

- Je sais pas moi … merci de m’avoir libérée.. ?

Sa voix était montée en fin de phrase comme pour une question. Vu la tête qu’il fit ce n’était pas vraiment la réponse voulue. Elle devait trouver quelque chose d’autre à demander… De cohérent.

- Pourquoi t’as les cheveux bleus ?

Il voulait qu’elle lui dise des choses alors elle s’exécutait, mais le brouillard dans sa tête se dissipait petit à petit. Elle essaya de bouger ses doigts qui avaient retrouvé leur mobilité, cela faisait du bien de se sentir libre à nouveau.

- Dis Sye …

Elle fit une pause avant de continuer, ce qui leur permis d’entendre quelques gouttes frapper contre la toiture vitrée de la serre.

- Pourquoi t’es parti ?

Sous entendu : « sans me prévenir, comme un voleur… chacal, je me suis noyée dans ma tristesse ». Elle pensait qu’elle s’en foutait. Pour elle dépendre de quelqu’un pouvait être une faiblesse et elle ne voulait pas que quelqu’un puisse croire avoir un tel pouvoir sur elle. Mais au fond la disparition subite et brutale de Sye avait eu plus d’impact qu’elle n’avait voulue le croire.
Elle ne savait pas trop si c’était sa rancœur ou juste un désir de comprendre qui l’avait poussé à poser cette question mais elle espérait qu’il n’allait pas simplement éluder la question.

Elle le regarda fixement alors que la pluie retentissait de plus en plus fort.
Dehors c’était le déluge.

_________________
~ There was a crooked girl & a crooked man and they walked on a crooked mile..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sye Dayma



Masculin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Maison : Serdaigle
Emploi : Directeur de la maison de Serdaigle. C'est déjà suffisamment fatiguant comme ça, sérieusement.
Humeur : Réveillé après un long sommeil. Car n'est pas mort ce qui a jamais dort...

Feuille de personnage
Côté coeur:
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Libella Swing   Mar 17 Mai - 0:47

« Oh, bah de rien hein. J’allais pas te laisser te faire digérer par une plante carnivore. J’aurais eu du mal à expliquer au dirlo’ qu’une élève a disparu comme ça sans que je fasse rien... »

Rien qu’imaginer ça, et l’explication que j’aurais du donner, je…. Comment dire… Je crains ce qui aurait pu m’arriver. Et je n’ose pas chercher plus loin, me disant qu’il est bien préférable que l’homme que je suis soit encore capable de trouver de l’acétone dans les serres des cours de potions de la plus célèbre écoles de magie du monde. Rien de trop dur quoi.
L’eau commence doucement à goûter et dégouliner le long des vitres. Tout doucement, un fin filet, le bruit ne se fait pas encore entendre.


« Les cheveux bleus ? Bah… J’ai pas les cheveux bleus, je pense que tu as du respirer vraiment trop d’acétone… Mhmm… Nan, je blague. Je sais pas. Génétique ? Un truc du genre ? Métamorphose aussi sans doute, les gênes, la métamorphoses, mon enfance un peu spécial. Ça fait des raisons d’avoir des cheveux bizarres ! »

Enfin. Pas réellement en fait, mais j’aime me dire que tout peut s’expliquer. Je n’ai aucune idée de pourquoi ce bleu. Je sais que mon père a le même, mais après, d’où ça vient. C’est pas une couleur humaine normale, faut bien être réaliste. Bien loin de là même. Magique, même, ça ne l’est pas plus. C’est vraiment une couleur étrange. Ça, on peut le dire. Je l’aime bien, j’en ai l’habitude, mais voila, le fait est, elle ne devrait pas exister. Je n’ai jamais étudié le pourquoi du comment. Mais voila… Maintenant, je vais y penser. Je ferais une étude dessus, un jour. Ça m’occupera. En plus, Simon a pas ce point particulier lui. Merde. C’est vraiment étrange en fait…

« Dis Sye... »

Oh. Ça, c’est le genre de « Dis Sye... » qui veut dire que je vais entendre une question a laquelle je ne vais pas réellement aimer répondre. Mais à laquelle il va le falloir. Alors… A quoi vais-je avoir le droit comme question… Mhmm ? Quoi ? Qui ? Que ? Quand ? Comment peut être ? Je sens que je vais pas spécialement aimer en tout cas, et ça, c’est le problème principal. « J’ai un enfant à m’occuper qui m’attend avec sa babysitter à la maison alors j’y répondrais plus tard ? » Je peux répondre ça vous pensez ? Je pense pas…

« Pourquoi t’es parti ? »

Je l’avais dit que je n’aimerais pas cette question… Je l’avais dit… J’entends presque le « Chacal » dans son esprit. Je l’entends j’vous dit… Elle l’a pensée.

« Oh, t’as vu l’heure qu’il est ? Simon doit m’atteindre à la maison, et sa pauvre baby-sitter, je peux pas les abandonner tout les deux, rohlalala… Il se fait t... »

Je la regarde, droit dans les yeux, et entend la pluie goutter pour de bon. Les gouttes frappées la vitre et descendre. Ses yeux. La pluie. Le vent. Les trombes d’eau. Ses yeux. Ma main. Un soupir pendant que je me couvre le visage avec la main en gémissant…

« Je suis partis parce que j’étais impliqué à l’époque dans des affaires qui auraient mis votre vie à tous, ceux que j’aimais et appréciais, en danger. Jagg’, toi, d’autres personnes, rare, vous auriez tous subis des dommages collatéraux suite à mes occupations. J’ai donc du partir. Je n’en dirais pas plus ce soir. Il me faudra BEAUCOUP plus d’acétone. Ou de vodka. Voir whisky. »

Je soupire encore un coup, et regarde le ciel noir déverser son ire sur nous. Il pleut. Oui. Un déluge. Le plus gros déluge que j’ai vu depuis des… Jours. Au moins. Environ...
_________________

« N'est pas mort ce qui à jamais dort, Et au cours des siècles peut mourir même la Mort. »

Le Necronomicon, petit livre de référence pour tout bon petit sorcier un peu fou.
(A ne pas mettre entre toutes les mains.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Libella Swing   

Revenir en haut Aller en bas
 

Libella Swing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
19 ans après :: L'exterieur du château :: Les serres & le jardin potager -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit