AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 Rabat 30 juillet.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Rabat 30 juillet.   Dim 1 Mai - 18:10

Rabat 30 juillet.

Je bu mon thé à la menthe assez rapidement en essayant de ne pas me bruler et je soufflai légèrement. Je ne comprendrai jamais pourquoi l'on boit des boissons chaudes lorsqu'il fait déjà 40° à l'ombre. Non, tout ça me dépasse, ce pays me dépasse, ce mélange entre moldus et sorciers m'étonnent, je ne suis jamais venu de ce coté-ci du maghreb et je dois avouer que j'adore le Maroc. En trois jours, ma peau s'est assombris et mes yeux se sont fait à la lumière éclatante.
Je quitte ma table et tente à nouveau de me glisser dans la foule du souk. Il y a un mois, je quittai Poudlard et la plupart de mes amis, me demandant combien de temps il s'écoulerait avant que l'on ne se revoit. La plupart d'entre eux ont déjà une voie toute tracé devant eux, continuant leurs études ou passant de nouveaux concours, les formations dans le milieu sorcier sont aussi multiples que chez les moldus et j'ai été incapable de choisir.
J'étais une des rares élèves soulagés de commencer une nouvelle vie, oubliant mon passé ou tentant de l'oublier. Pour une élève comme moi, peu assidu et assez mauvaise dans la plupart des matière, il y a tout de même de quoi s'occuper, la voie artistique a toujours paru me convenir, s'accordant tout à fait avec mon tempérament et mes facultés mais pas forcément avec mes idéaux politiques.
En effet, j'adorerai changer ce monde, changer ce système politique qui s'effrite, faire ma révolution, remettre de l'ordre dans ce ministère de la magie rongé par la corruption mais avant d'attaquer cette guerre ou cette bataille perdue d'avance, il ne faut pas oublier de se reposer, de se poser et de réfléchir.

Je m'arrêtai devant un marchand d'épice en souriant largement, une idée venait de m’effleurer l'esprit, pourquoi ne pas ajouter un peu d'épice dans mes plats ou plutôt dans mes boissons. Car si ma vodka est à présent nationalement renommé, les Anglais ne sont jamais contre quelques nouveautés gustatives et moi non plus. Le traffic de ma vodka aux effets assez... magiques me permettra toujours de survivre, le bouche à oreilles a été redoutable ces trois dernières années si bien que je suis assaillies sous des demandes auxquelles je ne peux plus répondre depuis que j'ai arrêté de produire.
Le marchand me remarqua bien vite et m'assailli sous les question, passant de l'arabe au français et puis, bien vite, du français au frenglish avec un accent arabe à couper au couteau, je ne pu réprimer un rire et tentai de lui répondre avec les rares notions d'arabes de j'avais acquis en débarquant au Maroc, une semaine auparavant. Je marchandais autant que lui, m'amusant des traditions locales.

J'attrapais mes six sacs d'épices différentes, me promettant de tenter ça dés mon retour en Angleterre si jamais un jour, je consentais à quitter le Maroc pour retrouver Londres et son ambiance plus urbaine et pluvieuse qu'ensoleillée.
Je quittai le marchand avant qu'il ne m'hurle qu'il avait autre chose de "verrry verrry good fol you mam" et je passais d'un marchand à un autre, en me demandant quelle serait la meilleur formule pour soigner les coups de soleil que je ne tarderai pas à prendre sur la peau que mon short et mon débardeur beige laissait visible.

J'entendis de nombreux cri de femme autour de moi et je cherchais à comprendre la source de cette soudaine panique. Tout le monde pointait le ciel du doit. Ce ciel qui, 20 secondes auparavant était d'un bleu azur et sans nuage devenait gris à vitesse grand V et soudain, trois éclairs le transpercèrent. Je sentis une énorme goutte sur mon épaule dénudée, puis une deuxième. La pluie tomba à saut. Les femmes tentaient de se protéger des gouttes et grêlons tant bien que mal tandis que les hommes commençaient en chanter, à rire, à danser ou à courir pour se mettre à la bruit. Je restai au milieu d'une minuscule rue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jordan Teavy



Féminin
Nombre de messages : 236
Age : 24

Feuille de personnage
Côté coeur: Huuuuum... Toi , toi & Toi x]
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Dim 1 Mai - 23:35

La sensation de l’eau qui coule sur ma peau fait certainement partie de mes préférées, se sentir lavé, réveillé, près à affronter à nouveau n’importe quoi. N’importe quoi.
Je lève l’indexe vers le pommeau de la douche qui s’arrête obéissant à l’ordre silencieux, et attrape la serviette verte avec des hiboux dessus pour me sécher rapidement.
J’enfile calçons, pantalon et chemise, frotte énergiquement ma tignasse avant d’étendre ma serviette, puis sors de la salle de bain pour me diriger vers la chambre de Lara en boutonnant ma chemise.

- Teavy t’aimes bien le Maroc ?
- J’y étais jamais mais ça peut être cool, je répond en traversant le couloir.

Lorsque j’arrive à destination je m’arrête dans l’encadrement de la porte et regarde Lara. Elle est assise sur un fauteuil bordeaux, vêtue d’une robe de chambre de sois blanche sur laquelle deux motifs de dragons se prélassent en changeant de temps en temps de position.
La jeune femme lève les yeux vers moi et m’adresse un de ses sourires mystérieux qui la rendre tellement sexy mais qui sont aussi souvent synonyme pour moi d’un mauvais moment à passer, enfin mauvais … tout est relatif.
Elle tient une balle rose avec des petits caniches roses entre ces doigts, c’est si peu son genre que je ne peux pas m’empêcher de lui demander :

- D’où tu sors ça ?
- Oh, hier j’étais au ministère, tu sais pour menacer ces stupides fonctionnaires histoire d'avoir une petite augmentation de mon salaire totalement injustifié puisque je ne travaille pas pour eux … Passons, tu sais ce qui manque vraiment dans cette institution ?
- Euh …
- Les petits cadeaux à la sortie, tu sais comme chez le dentiste ou t’as le droit de prendre un petit animal en plastique quand tu pars, du coup comme je me suis sentis frustrée j’ai pris ça au passage et je viens de comprendre ce que c’est.
- Ah ?
- Cadeau.

Avec un grand sourire elle me lance la balle moche que j’attrape par reflexe, quand je relève les yeux je l’aperçois simplement me faire un signe d’au revoir de la main avant que le décor commence à se flouter puis se mouvoir.

- Bonnes vacances Jordy.

Un portoloin.
Je ferme les yeux et me concentre sur la première chose qui me passe par l’esprit, c'est-à-dire la dernière chanson des Kitchi’s Magic un rock band de sorcier des années 80 qui craint un max.
Fait chier.
J’atterris dans une ruelle je ne sais pas où.
Au dessus de ma tête les nuages obscurcissent le ciel mais il fait bien plus chaud que là où j’étais cinq minutes auparavant.
Je lâche le ballon rose et m’appuie sur le mur, sérieusement je déteste voyager de cette manière, ça me rend toujours malade, toujours. Une goutte de pluie de la taille d’une chocogrenouille s’écrase sur mon épaule alors que je sens mon ventre faire des siennes. Inutile de me retenir plus longtemps ça n’améliorera pas mon état.
Je me penche en avant et vomis ce qui a été, fut un temps, un très bon diner. Quand je me redresse je croise le regard d’une femme qui à la peau très foncé et qui commence à me crier dessus avec de grand geste dans une langue qui m’est parfaitement inconnue. Elle regarde le ciel, cris encore, j’ai la désagréable impression qu’elle m’insulte.
Je profite de ne pas avoir à me concentrer pour saisir le sens de ses paroles pour observer ses vêtements. Je dois sûrement être quelque part en Afrique, sûrement dans le nord, un truc comme ça, je n’ai jamais été doué en géo.
Je la regarde jusqu’à ce qu’elle se décide à passer son chemin sans plus s’intéresser à moi. Génial.
Je me retourne et fait quelque pas pour m’éloigner du machin dégoutant qui barbotait joyeusement dans mon estomac il y a encore quelque minutes et qui maintenant redécore le sol.
Où suis-je donc ?

Bonjour je m’appelle Jordan j’ai 18 ans, diplômé depuis peu, je connais pas la langue local, je sais même pas l’emplacement géographique où je suis, je suis pieds nus, j’ai pas ma baguette magique, il pleut, j'ai faim et il me semble que je viens de croiser un regard familier.
Je fixe la fille devant moi.

Ca y est. J’ai des hallucinations. De mieux en mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Lun 2 Mai - 19:51

Alors que la foule de Rabat regardait le ciel avec un air effrayée, je choisis de rester au milieu de la rue bondée il y a encore quelques secondes et à présent présque déserte. Une anglaise ne s'enfuit pas devant la première petite averse venue. Quoiqu'il faille bien l'avouer, ce qui effrayait le plus les femmes de Rabat ce n'était pas autant la pluie que la façon dont elle était tombée.
Je jetais un coup d'oeil vers le ciel, sombre plus que sombre. Noir. De nouveaux éclairs transperçaient les nuages, phénomènes assez rares en soi, surtout ici. La dernière fois que j'avais vu un temps pareil en Angleterre, c'était l'oeuvre d'un sorcier.
Je me sortis rapidement cette idée de la tête. Si je suis venue me reposer au Maroc, c'est aussi parce que niveau politique des sorciers, c'est plutôt calme et le pays n'a pas connu de conflits majeurs entre deux idéaux sorciers depuis des siècles. Qui l'eut cru ? Je peux m'interesser à l'histoire de la magie. Pourtant c'est pas la prof de Poudlard qui m'aura transmis sa passion. Je souris largement.

Ca va bien faire une semaine que je prend le soleil et suffoque à moitié. Je ne crains étrangement ni la chaleur ni le froid mais une petite douche improvisée est toujours sympathique.
Autour de moi, les machands se démenaient tant bien que mal pour proteger leurs épices, fruits, chaussons, tapis, sac et autres produits en tout genre. Et bien, j'imagine que j'ai fini mon marché. Je relève les yeux devant moi, me demandant bien ce que je pourrais trouver à faire par un temps pareil borsque je vis... non... impossible.
Je me passai rapidement la main dans mes cheveux natés déjà complètement trempés, clignai des yeux et le regardai une seconde fois.
C'était lui, il n'y a pas de doute. Même dégaine, même regard de lover. Il s'agissait bien de Jordan. Jordan que je ne pensais pas revoir avant... peut-être des années et à vrai dire.
Je m'avançai vers lui, il avait une sale tête, un peu verdâtre et globalement assez pâle par rapport à mon récent bronzage. Je souris largement, un peu (... mais alors un tout petit peu) moqueuse.

- C'est pas possible. Qu'est-ce que tu fiches ici ? Et... pourquoi t'es pieds nus ?

Je le regardai rapidement... Oubliez ce que j'ai pu dire avant, il a totalement perdu son air de loveur au profit de son air... complètement ahuri et paumé. Je songeai à l'accuser pour le mauvais temps, Jordan est assez doué en magie et il serait parfaitement capable de faire tomber des éclairs mais là... il avait totalement perdu l'air machiavélique que tous les Serpentards arborait à Poudlard. Ses habits lui collaient déjà au corp. Je regardais rapidement mon propre débardeur devenu totalement transparent... Ok.
Je me mis à rire et le regardai à nouveau.

- Jordan Teavy au Maroc, j'aurais tout vu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jordan Teavy



Féminin
Nombre de messages : 236
Age : 24

Feuille de personnage
Côté coeur: Huuuuum... Toi , toi & Toi x]
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Mar 3 Mai - 21:22

Une grosse goutte s’écrase entre mes omoplates et dégouline le long de mon dos et me fait frissonner. Bien. Faire le point j’ai déjà fait et cela n’a servit à rien donc je vais me contenter de fixer cette étrange personne que je connais, c’est sûr mais dont je ne me souviens ni de la dénomination ni de la situation sociale.
C’est très énervant. Elle s’approche, j’observe sa démarche, sa manière de bouger mais mon cerveau refuse toujours de lier ça avec un souvenir quelconque.
Les voyages en portoloin affectent ma mémoire, je l’ai toujours pensé, mais je vais éviter de le dire à Lara, de toute manière je suis sûr que si elle m’a donné ce portoloin c’est juste parce que je lui ai dis récemment que je déteste ça car j’en ai été traumatisé étant petit. Passons.


- C'est pas possible. Qu'est-ce que tu fiches ici ? Et... pourquoi t'es pieds nus ?


Je regarde mes pieds par réflexe alors que je sais très bien que j’ai les doigts de pieds à l’air. J’aurai eu la même réaction si elle m’avait dis qu’il me manquait trois orteils et que les autres avaient une forme de canard mort.
Je relève les yeux pour croiser son sourire moqueur. Je lui lance un regard pas content, surtout que monsieur mon cerveau à décidé qu’il n’était pas encore temps de me révéler l’identité de madame ce qui m’énerve.

- Jordan Teavy au Maroc, j’aurais tout vu !


Ah nan t’as pas encore eu droit à Jordan Teavy en Inde, Jordan Teavy au Burkina-Faso, Jordan Teavy en Ouganda du nord… C’est comme les martines mais en mieux.
Je la regarde décidé à lever le mystère :

- T’es qui ?

Dans la collection il y a aussi Jordan Teavy au pays de l’amabilité… C’est con c’est une autre histoire.
Mais il ne faut pas m’en vouloir, je ne suis pas dans une situation parfaitement enviable non plus.

Deux types viennent d’apparaître au fond de la ruelle, ils se sont arrêté et nous regarde en discutant. Je sais pas pourquoi mais j’ai un mauvais pressentiment. La pluie s’est amplifié et martèle maintenant les toits couvrant presque un brouhaha continue témoin d’activité dans ce qui doit sûrement être une des artère principale de la ville non loin de là où nous sommes.
Je désigne de la tête les deux silhouettes et demande à voix basse même si je suis à peu près sûr de déjà connaître la réponse :

- Des connaissances à toi ? Parce que bon c’est pas qu’ils nous mattent bizarrement depuis cinq minutes mais …


Les ennuis commencent ? Il ne manquait que ça pour parfaire cette arrivée en terre inconnue. J’adore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Mer 4 Mai - 18:56

La pluie s'intensifie si c'est possible. Je jette un coup d'oeil vers le ciel... c'est vrai qu'il y a de quoi effrayer plus d'un canard boiteux, le ciel n'est plus gris sombre il est noir. Courrez les amis, vite, très vite, c'est l'apocalypse ! Ou la venu des mangemorts ici bas... non... qu'est-ce qu'ils viendraient faire à Rabat ? Franchement ? Ils ont sans doute mieux à faire à Londres. Je pense.
Mais des méchants il n'y en a pas qu'en Angleterre.
Oh malheureuse que je suis ! Pourquoi commencer à écrire un scénario catastrophe pour une petite averse ? C'est peut-être l'ennui qui me veut ça. Pourtant je n'ai pas de quoi m'ennuyer, je viens de croiser notre cher ami Teavy ici, dans un souk, à Rabat... il lui manque plus que la djellaba et les babouches mais ça... ça peut se trouver assez vite. Il y en a de toutes les couleurs autour de nous. Très sympa.
Jordan a une sale tête, un peu verdâtre à vrai dire. Je souris légèrement en voyant mon... quoi déjà ? Amis ? Ce n'est sans doute pas le terme, nous avons passé environ 7 ans à ne pas nous parler à part lors de cette fameuse nuit où... oh non, ne vous imaginez rien, nous étions juste bloqués dans un des nombreux placards de Poudlard pendant quelques heures... c'est le genre de choses qui ne s'oublie pas facilement.

- T’es qui ?

Je fronce les sourcils. Ou peut-être que si en fait... Est-ce bien Jordan ? Oui, il n'a pas tiqué lorsque je l'ai nommé ainsi. Bon et bien, je pensais que sept ans dans la même école, ça pouvait légèrement marqué. Aller... il faut que je me fasse une raison, Silice Young ne marque pas toutes les mémoires loin de là.

- Des connaissances à toi ? Parce que bon c’est pas qu’ils nous mattent bizarrement depuis cinq minutes mais …

Cette fois-ci, j'arquai les sourcils et me retournai rapidement pour découvrir deux silhouettes à une vingtaines de pas de nous qui nous fixaient, c'était certain et pas du genre "je me moque des petits anglais qui ont l'air stupides sous la pluie et même sans la pluie d'ailleurs" ni même du genre "oh tiens, je vais essayer d'énerver des jeunes en les fixant"... ce serait une pensée très étrange d'ailleurs. Non, ils nous regardaient plus avec un air de méchant de dessin animé.
Non, je n'aurais jamais du regarder ses films d'animation made bye... dasney ou disney ou je ne sais plus avec ce cher Sébastien.
Je me retournai vers Jordan en haussant les épaules. La pluie commençait déjà à me taper sur le système, son martèlement était légèrement énervant et à présent, commerçant comme clients avaient désertés la minuscule ruelle dans laquelle nous nous trouvions.

- C'est Ella... Ella Taylor de Serdaigle, tu te souviens pas ? En quatrième année...

Je m'arrêtai de parler, couper par des paroles en arabe, les hommes s'avançaient à présent vers nous... baguettes en l'air. La bonne blague. J’attrapai ma baguette à mon tour et la brandit. Il n'y a plus aucun moyen de faire croire à ces hommes qui m'ont l'air sympathiques que nous sommes moldus mais bon... tant pis.

- Hum. Tu crois que la pluie peut dévier les sorts ?

Je souris légèrement. Étrangement, je ne m'ennuie plus du tout.
L'homme qui semblait le plus prêt cria un sort que je ne pus comprendre. Sans réfléchir je répondis en hurlant un "Protego" qui dévia le sort.

- Ne. Bouger. Pas.

Je regardais l'homme qui venait de parler avec un accent bien marqué. Oui... c'est étrange, je le sens pas le coup du "ne bouger pas"...
Il lança un autre sort qui ricocha sur mon bouclier. Pas les mêmes sorts que par chez nous, pas les mêmes formules, pas les mêmes effets. C'est pas cool.
Je jetai un coup d'oeil à ce cher Jordan, me demandant s'il se souvient de Silice ou s'il pense avoir été secouru par une Serdaigle prénommée Ella.

- Qu'est-ce qu'on fait ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jordan Teavy



Féminin
Nombre de messages : 236
Age : 24

Feuille de personnage
Côté coeur: Huuuuum... Toi , toi & Toi x]
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Dim 15 Mai - 13:46

La ruelle est assez étroite, ou du moins les cartons, présentoirs, chaises, tables, et autres objets improbables et inutiles qui y sont entreposés donnent cette impression.
Je soutiens le regard du type qui nous fixe, il ne m’inspire absolument pas confiance même si à vrai dire c’est plutôt moi qui fait tâche dans le décor. Malgré mes origines latines j’ai l’air tout blanc par rapport à eux. Une bonne vieille allure d’européen sans défense. Peut-être que je pourrai jouer de ça ?

- C’est Ella… Ella Taylor de Serdaigle, tu ne te souviens pas ? En quatrième année…

Je la regarde un peu surprit, il faut dire que je n’aurai pas collé ce nom sur son visage. Et d’ailleurs je n’ai pas eu de révélation à sa mention. Je la regarde en essayant d’imaginer à quoi elle pouvait ressembler en quatrième année tout en repassant dans ma tête les Serdaigles avec lesquelles j’ai pu avoir une quelconque relation cette année là.
Le plus probable c’est qu’on se soit amusé ensemble pendant cette charmante période de notre puberté naissante. Aherm. En quatrième année je faisais un peu n’importe quoi et j’allais d’une fille à l’autre, d’ailleurs je me suis fait rembarrer autant de fois que j’ai eu des réponses positives.

- Ah Ella… ouais si ouais.

Ouais si rien du tout, ça ne me dit rien du tout mais je ne veux pas la vexer et puis qui sait peut-être que ça me reviendra. Heureusement le type bizarre qui en a profité pour s’approcher nous interrompe et m’empêche de m’enfoncer un peu plus.
Ella sort sa baguette.
Evidement je n’ai pas la mienne.
Lara je te hais.
Je commence à réfléchir a toute vitesse pour trouver une arme quelconque.

- Hum. Tu crois que la pluie peut dévier les sorts.

Mais qu’est ce que j’en sais moi ? C’est toi qui étais à Serdaigle flute, c’est à toi de savoir ce genre de trucs théoriques qui te paraissent sombrement inutiles quand tu les apprends.

- Euh … non je pense pas.

Ceci dit entre ce que je pense et la réalité il y a parfois un monde.
Je continue de regarder frénétiquement autour de moi et au moment ou j’entends le crier un truc qui ressemble à un sortilège je sursaute. Par reflexe je saute derrière Ella. Je suis comme un bébé poussin absolument sans défense qui cherche la protection de sa grosse maman plein de plume.
Maman poule est super efficace d’ailleurs, elle dévie le sors qui s’explose contre un mur. Violent.

- Ne. Bouger. Pas.

Bien sûr, je peux me stupefixier aussi si tu veux mon gros. Ah quoi que non je ne peux pas, j’ai pas de baguette magique, c’est con.
Bon alors les seuls trucs que je sais faire sans baguette ce sont les sortilèges de base que t’apprend en première année et quelques métamorphoses d’objets … ou de moi-même, mais ça ce sera en dernière nécessité.
Je me baisse doucement pour ramasser un manche à balais cassé qui était à demi appuyé contre le mur. En réponse le type lance un autre sortilège qui ricoche encore contre le bouclier d’Ella.

- PAS.BOUGER !

Ok ok, on arrête de s’énerver.
Je n’use pas encore en magie. Les deux types se retournent pour discuter entre eux, visiblement ils cherchent du vocabulaire en anglais pour nous questionner.
Je me penche et chuchote à l’oreille de maman poule.

- Ella… je ne sais pas pour toi mais je pense qu’il vaut mieux s’enfuir, tu connais assez le coin pour transplaner ? Sinon … on court ?

Risqué, mais quelque chose me dit que notre sort ne sera pas plus enviable si on se rend tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Dim 15 Mai - 14:37

Je me sentais faiblir et mon bouclier avec moi, je savais que j'aurais du dormir plus de 3 heures cette nuit et manger aussi... Je puise au fond de moi toute mon énergie, ce n'est pas le moment de se dire "je prend une pause et je reprend à fond dans dix minutes"... Non, ça le fait pas.
Je sentais la présence de Jordan derrière moi. Jordan qui pense toujours que je m'appelle Ella Taylor. C'est marrant et un peu frustrant mais surtout marrant. Jordan devait être en train de se demander quoi faire pour ne pas me vexer et rien que ça... c'était marrant à imaginer.
Mais il y avait bien plus urgent et dangereux juste là, devant moi et les deux gars commençaient à me faire flipper sévère. Il se concertaient et... il fallait en profiter. Parce que leur technique du pas bouger, bouger pas, je pense pas que ce soit la planque pour nous. Peut-être qu'ils ont besoin d'argent et qu'ils vont nous prendre en otage... mais en Angleterre, le ministre ne tiquerait pas bien longtemps et ne bougerait pas un auriculaire pour nous sauver. Les relations entre le Maroc et l'Angleterre sont plutôt bonnes mais plus houleuses avec le Canada et l'Australie. Mais franchement, on a pas un horrible accent australien ? Et puis on est de pauvre étudiants (quoique... je ne crois pas en être) qui ne faisons qu'être en vacances.
Non, je ne comprend pas et ils ont l'air assez furax et calme et intelligents en même temps... SOUCIS.

- Ella… je ne sais pas pour toi mais je pense qu’il vaut mieux s’enfuir, tu connais assez le coin pour transplaner ? Sinon … on court ?

S'enfuir, s'enfuir quelle bonne idée ! Merci Jordan. Oui mais comment si on transplane, je ne pourrais pas garder mon bouclier et ils sont capables de nous griller sur place, risque que je ne suis pas encore prête à prendre, j'ai encore tout un monde à changer, je ne peux pas mourir aujourd'hui. Courir ça parait risqué surtout que Jordan est pied nus, il nous faudrait des balais.
*Muffliato*

- Hey t'as pas de baguette ? Si je nous fait transplaner... on risque de mourir car mon bouclier va disparaître. Ce serait un peu con, tu crois pas ?

Je regarde derrière moi, des petits rues, un vrais labyrinthe, y a moyen de les semer... oui, peut-être.

- ON COURT.

Je fais demi-tour et me met à sprinter avant d'attrapper la main de Jordan et de me mettre à tourner dans les rues. La pluie les aveugle autant que nous, peut-etre vont-ils nous perdre de vue.

- Dés que tu vois des balais, tu me le dis, je sais les faire voler.

Ce sera jamais des balais de courses mais c'est mieux qu'être à pince.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jordan Teavy



Féminin
Nombre de messages : 236
Age : 24

Feuille de personnage
Côté coeur: Huuuuum... Toi , toi & Toi x]
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Dim 15 Mai - 16:21

Signe négatif de la tête.
Je n’ai pas de baguette et j’admets volontiers que ça m’ennuie plus qu’autre chose là. Je sais bien qu’un sorcier est sensé de jamais se séparer de son précieux bout de bois, mais j’ignorais que ça s’appliquait aussi quand on prend une douche.
D’accord c’est ma faute, j’arrête de me chercher des excuses, de toute manière ça ne m’avance pas beaucoup.
Mourir, c’est pas génial comme plan, et de toute manière en l’occurrence je ne suis pas trop en position d’imposer mes décision. Surtout que j’ignore toujours ou nous sommes.

Ella vérifie le terrain, le jauge rapidement, puis après m’avoir lancé un regard décide elle ordonne :

- ON COURT.


Oui mon général ! A vos ordre mon capitaine ! Elle m’attrape le bras et me tire dans la direction opposé, j’ai juste le temps de voir l’homme en djelaba levé à nouveau sa baguette avant de finir de me retourner pour commencer à courir.
La montée d’adrénaline fait que je ne ressens que très peu la douleur due à l’absence de chaussure.
Je ne vois pas grand-chose devant moi, tout est devenu très sombre à cause de la météo alors je me concentre sur la course d’Ella pour la suivre sans la gêner.
Run run get around I get around.
Pourquoi faut-il que j’ai une chanson pareil en tête dans un moment comme ça ? Stupide neurones.

- Balais !

Agou, bébé jordy apprend à parler. Plus on est dans une situation affolante plus nos phrases sont constructives n’est-ce pas ? J’attrape au passage une sorte de balais qui aurait pu appartenir au père fouettard et qui traînait à côté d’un seau. D’ailleurs en passant je me cogne contre le seau et fait un rafus d’enfer.
Bien joué mon grand.
Avec tout ça j’ai lâché la main d’Ella.

- Ella !

Te barre pas sans moi hé.
Je lui passe le manche avec des poiles de paille parce que moi j’en ai pas grande utilité et pendant qu’elle s’occupe avec je me concentre sur le bout de bois que j’ai ramassé avant.
La magie coule le long de mon bras et passe à travers mes doigts pour modifier la forme de l’objet. Celui-ci s’aplatie et se dursifier, je garde quand même un pommeau rond au bout qui épouse la forme de ma paume.
Et paf ça fait des chocapic ! en forme de katana un peu raté.
Mieux que rien néanmoins.

J’admire encore la lame lorsque j’entends le bruit distinctif du type pas content qui lance un sort dans une langue inconnue. Avant que je n’ai eu le temps de réagir je vois le rayon violet qui percute mon arme improvisé, étrangement au lieu de la faire voler en éclat c’est comme si elle avait absorbé le sort, je le ressens par un flux de chaleur qui traverse ma paume.
Bizarre.
Mais pas le temps de se questionner la dessus, soit on recommence à courir soit on fuit par la verticale. Je n’ose pourtant pas me retourner de peur d’encaisser un sort. A la place j’observe les mouvements de l’homme le plus attentivement possible pour contrer une attaque possible, tout en me félicitant d’avoir préféré être batteur que poursuiveur pendant mes années en tant que joueur de Quidditch à Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Dim 15 Mai - 18:27

Jordan n'est pas si inutile que ça, qui l'eut cru ? (LUSTUCRU ! Hum...), on arpente les ruelles le plus vite possibles, j'essaye de me repérer mais ce n'est pas très convainquant. Balais, balais, balais.
C'est ce que me cri mon camarade. En faisant un vacarme monstre, si j'avais auparavant un petit espoir d'avoir semer nos aimables amis marocains, le voilà réduit à néant ! Mais on a un balais, alors je souris car c'est mieux que ne pas avoir fait de bruit et ne pas avoir de balais. Un balais, un seul. Oui, on aisément tenir sur un balais. On sait tout les deux très bien voler et je suis plutôt légère, seul soucis, il va me falloir un peu de temps et surtout de la concentration.
J'attrape le balais et le considère. Plus pourri, tu meurs... on peut même pas le transformer en vieille comète. Je regarde rapidement Jordan, il tient un bâton et se concentre dessus. Mais qu'est-ce qu'il fait ? C'est impossible de créer une baguette comme ça...

- J... Jordan... il va me falloir quelques minutes...

Je serre les dents, attrape la balais de la main gauche, ma baguette de l'autre et tente de le transformer rapidement en moyen de transport déjà physiquement en resserrant les brindilles puis en refaçonnant le manche.
J'entends les sorciers nous lancer de nouveau sorts, nous sommes morts, Jordan n'a pas de baguette et j'ai oublier de remettre le bouclier. Étrangement, le sort ne nous touche pas, je jette un coup d'oeil derrière moi le temps de voir Jordan un sabre à la main et me reconcentre sur ce fichu balais.
Ca fait des années que je n'en ai pas fait voler un.
Aller Silice.
Souviens toi comment papa faisait. C'était il y a une éternité et il mettait une semaine pour faire un balais parfois un mois. Il s'enfermait tout seul dans son atelier, il n'était pas en danger de mort.
L'adrénaline décuple les forces et donc la magie.

Je tournai ma baguette dans tout les sens à murmurant des mots de latin que je n'ai jamais compris et jamais réellement chercher à comprendre. Ella la serdaigle serait sans doute bien plus efficace.

Je sens le manche vibrer, légèrement puis un peu plus. Il m'échappe de la main pour se maintenir, horizontale à un mètre du sol. Je souris, j'ai réussi. Enfin, presque. Les deux autres semblent toujours aussi hargneux.

- JORDAN ! VITE !

Je lance un expelliarmus qui touche étrangement sa cible et attrape la main de Jordan tout en montant sur le balais peu stable. On ira pas très loin avec mais peut-être assez pour survivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jordan Teavy



Féminin
Nombre de messages : 236
Age : 24

Feuille de personnage
Côté coeur: Huuuuum... Toi , toi & Toi x]
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Lun 16 Mai - 0:21

Quelques minutes ?
Prend ton temps chérie ! On a que ça à faire et je ne suis plus un homme sans défense. Même si j’admets volontiers que je ne comprends pas tout à fait ce que j’ai crée.
Je suis un homme qui marche à l’instinct, et il faut dire qu’assez souvent ça fonctionne assez bien.
Position de duelliste les jambes écartées je fais face à mon adversaire en tenant mon épée improvisé des deux mains.
Même si c’est plutôt inutile je regarde mon adversaire par en dessous pour avoir l’air terrifiant.
Jordan Teavy aime faire des mimiques qui ne servent à rien sous une pluie battante à côté d’une fille qui essaye de faire voler un balai.
En plus les mèches trop longues de mes cheveux mouillés qui me barre le visage doivent probablement me donner un air de bad boy. Trop la classe.

Je contre une autre attaque de l’homme qui constatant ces échecs successifs décide de venir à ma rencontre.

- Euh … je crois que papa ours veut nous faire un câlin, et je ne sais pas toi mais j’ai passé l’âge…

J’ai dis ça sans me retourner même si mon destinataire est assez évident.
Bah si elle échoue on peut courir dans l’autre sens. Encore trois pas et le type sera à porté de lame, je n’aime pas ça car ça signifie aussi que mes reflexes devront être d’autant plus rapide.
Trop de pression trop de pression.

- Avant qu’on s’envole rétablis ton boucl…
- JORDAN VITE !

Hein ? Quoi ? Un éclaire fuse, et je me sens tiré vers l’arrière, comprenant que c’est Ella je me laisse faire et enfourche le balais derrière elle.
Madame conduit.
Pour ne pas abandonné les vieilles habitudes le bonhomme cri quelque chose à ses compagnons qui viennent d’arriver.
Je suis sûr qu’on va voir débarquer des tapis volants nous pourchassant d’ici peu.

Je passe un bras autour de la taille d’Ella en regardant derrière moi, mais plus aucun sortilège ne tente de nous atteindre.
Aurions-nous un peu de répis ?

Impossible pourtant de voir à dix mètres devant nous. De toute manière même si cela avait été le cas ça n’aurai pas changé grand-chose pour moi. Je laisse au conducteur le choix de la destination. Et nous allons être obligé de laissé au balais le choix du temps du trajet. Vu son état quelque chose me dit que ça va pas être bien long.

De ma main libre j’accroche le katana à ma ceinture. Sait-on jamais, ça peut toujours servir.
Ceci fais je me stabilise en passant mes deux bras autour de la taille d’Ella.
Vu la tranquillité de notre vol j’en profite pour me renseigner un peu :

- Au faite dis moi… on est où exactement ? Et puis t’es ici en vacances ou bien … ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Lun 16 Mai - 0:42

Je tire Jordan et je sens mon bras s'étirer avant que mon cher allié ne monte sur le balais, encore une chance qu'il soit assez habile pour ne pas tomber alors que je montais en chandelle sur mon balais vibrant. On ne se rend pas compte que savoir faire des balais peut vous servir lors de combats... Non et c'est pour ça que Jordan et moi nous trouvons actuellement sur le pire balais sur lequel j'ai pu monter. Un baton de bois volant à des dizaines de mètres du sol et qui essayent de vous désarçonner, ce n'est pas vraiment cool. Je me dirige vers ce que je pense être le sud en espérant ne pas croiser un avion ou quoique ce soit. La pluie est toujours aussi forte, comment est-ce possible ? Même en Angleterre en plein hiver on ne connait pas ça.
Je sens Jordan se tenir à ma taille. Oui, ce serait con de tomber surtout que la chute risquerait d'être fatale... oui c'est le mot.

- Au faite dis moi… on est où exactement ? Et puis t’es ici en vacances ou bien … ?

Je m'essuie le visage avant de me retourner et de sourire à Jordan. C'est bon d'échapper à des gros méchant comme ça, ça fait plaisir, on se sent tout de suite plus... vivant.

- On était à Rabat, Maroc. Et oui... j'étais là en vacances et toi ?

Je le regarde, visiblement il avait du un peu se planter dans ses bagages parce que pour oublier ses tongs et sa baguettes, faut vraiment le faire. Le balais commence déjà à peiner et à redescendre. Je m'agrippe pour aller le plus loin possible et nous écarter au moins de la banlieue de Rabat pour débarquer dans le désert ou je ne sais quelle campagne marocaine. A vrai dire, je ne connais pas réellement le coin.

- Tu l'as sorti d'où ton arme ?

Le pluie devient plus légère pour ensuite s'arrêter, je jette un rapide coup d'oeil derrière moi, le ciel était toujours aussi noir au-dessus de Rabat.

- Hum... on va bientôt atterrir, je suis pas sur de gérer, j'aime autant te prévenir.

Je ne sais pas vraiment si Jordan continue de me parler ou non, je me concentre simplement sur la meilleure façon d'appréhender le sol et la colline droit devant nous. Je sers les dents en présentant un choc imminent. Choc qui ne tarda pas à se faire ressentir et à me désarçonner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jordan Teavy



Féminin
Nombre de messages : 236
Age : 24

Feuille de personnage
Côté coeur: Huuuuum... Toi , toi & Toi x]
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Jeu 2 Juin - 21:18

A rabat, rien que ça.
Et ça ne m’avance pas beaucoup de savoir ça. Ce sera compliquer de rentrer à la maison, mais sinon …

- Moi … j’avais envie de tajines.

Je sais pas vous mais je me serrai mal vu lui répondre « Ma maîtresse m’a offert un portoloins après ma douche ce matin, à Londres, pour me faire une blague sûrement, ou parce qu’elle en avait marre de moi, je ne sais pas trop. »
Le balai se rapproche dangereusement du sol, il ne va plus voler très longtemps et je sens que l’atterrissage va être assez violent. Je n’ai pas souvenir d’une Ella dans l’équipe de Quidditch de Serdaigle, j’aurai peut-être dû prendre les commandes, quoi que elle a l’air de se débrouiller pas mal avec un manche entre les mains … euh… ouais bon tout de suite roh.

– Tu l’as sortis d’où ton arme ?

Je souris. Je suis trop fort.

– Fait maison.

[color=white] -Hum... on va bientôt atterrir, je suis pas sur de gérer, j'aime autant te prévenir.[/colr]

Je ressert mon emprise autour de sa taille en guise de réponse.
J’ai déjà chuté plusieurs fois à Poudlard, ça ne m’effraie pas vraiment, mais si on peut éviter de se faire mal ça peut être mieux.

Je regarde au dessus de son épaule.
Quelques secondes avant le choc je la lâche et « descend » du balais. Malgré tout le choc est assez violent. Je réagis par instinct, protégeant mon visage et adoptant une position qui se veut repliée.
Je roule quelques instants avant de m’arrêter.
Aoutch.

Après avoir pris une longue inspiration j’essaye de me relever, la pluie battante à transformé la terre autour de nous en gadoue. Tenter d’essuyer la boue sur mon visage ne fait que en rajouter.
Mes membres me brulent tous, même si je me suis déjà senti bien plus mal.
Je porte une main à ma tempe en essayant de voir où Ella a atterri.
Mais avant d’avoir réussit à la trouver, je sens une force invisible me prendre la cheville et me soulever.
La tête en bas en lévitation à quelques centimètres au dessus du sol je maudis la personne qui à inventé ce sortilège, et tout autant l’autre personne à quelques mètre de moi qui pointe sa baguette quelque part à ma gauche en commentant :

- Tient tient. Quelle bonne surprise !

Je tourne la tête, Ella est dans le même état que moi à ma gauche. D’ailleurs le type nous rapproche afin que nous soyons côte à côte, c’est sûrement plus facile à gérer pour lui.
Je commence à sentir le sang monter à ma tête mais tâche tout de même de me concentrer sur l’inconnu. Sa voix me dis définitivement quelque chose, aussi étonnant que cela puisse paraître je suis sûr de le connaître. Et puis surtout il nous a parlé anglais, ce qui n’est pas forcément évident, et c’est bien la preuve qu’il nous connait.

- Young, Teavy, qu’est ce que vous foutez là ?

Young ? Eh meeerde, je suis trop con.
Celui qui vient de parler se rapproche encore, je regarde attentivement son visage trempé, son sourire ironique.
En effet, je le connais ce crétin finis, je fais une grimace de dégoût en commentant :

- Ambrosia ?

River se tourne vers moi et me souris :

- Content de te voir aussi Teavy, t’as toujours autant de classe pour trouver des endroits pour tes rendez vous amoureux, c’est tellement romantique la boue. En même temps t’as peut être raison c’est un élément qui te correspond assez. Ne me remercie pas pour la pluie, ça me ferrai plaisir si t’arrive à emballer Young grâce à ça.

Sur ce il se tourne vers elle :

- Même si a place … enfin bon tu fais ce que tu veux hein. Sinon vu que t’as l’air d’avoir plus qu’un pois chiche dans la tête vu que t’as des chaussures tu m’explique l’étrange coïncidence qui vous a fait « tomber » ici précisément ?

Visiblement il croit qu’on est là exprès. Je regarde Silice, incapable de trouver un truc bien méchant à répondre là tout de suite. Elisa m’avait dis un jour que Silice l’avait rembarré un jour à Poudlard mais bon j’ai jamais su si c’était vrai, vu toutes les rumeurs qui courent dans ce château.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Jeu 2 Juin - 22:32

Ma tempe touche un caillou... Non, elle heurte une pierre, je serre les dents puis rapidement la bouche, si je pouvais éviter de manger de la boue ça m'arrangerait. Ma jambe m'élance, fortement. Très fortement. J'ai du me casser quelque chose, ce ne serait pas la première fois mais me blesser aussi loin de l'infirmerie de Poudlard si sans doute. On peut tout dire de Poudlard ou de l'infirmière mais il n’empêche que ça peut s'avérer bien utile dans ces moments là.

Je me sens tirer vers le haut, mon tête racle un peu plus la boue. Il parait que c'est boue pour la peau, ça l'est peut-être aussi pour les cheveux, qui sait ? Qui suis-je devenu pour penser à de telles conneries en un moment pareil ? Je regarde autour de moi et tente de retrouver Jordan lorsque mes mains quittent complètement le sol. Je n'arrive pas à m'accrocher et je ne connais que trop bien cette sensation. Mais pourquoi ? Ne peut-on pas éviter d'être pendu par le pied dans un pays comme le Maroc ?

- Tient tient. Quelle bonne surprise !

Je ferme les yeux, voilà un des mec que j'aurais bien aimé ne jamais revoir, j'ai nommé : River Ambrosia. Je le regarde, légèrement exaspérée. Je ne sais pas si je préfère me concentrer sur son visage ou sur ma jambe... dans les deux cas, l'activité est plutôt désagréable.

- Young, Teavy, qu’est ce que vous foutez là ?

Je regarde Jordan et laisse échapper un petit rire. Je n'aurais donc pas su combien de temps il aurait tenu sans se souvenir de moi, sans doute une éternité mais voir sa stupéfaction tout de suite est assez agréable. Je m'essuie les mains dans mon short et pose à nouveau les yeux sur River. Franchement... franchement... dire que ma journée se commençait bien.

- Ambrosia ?

Ouais, il est difficile de l'oublier et pourtant je ne l'avais pas vu depuis des années. C'était plutôt agréable à vrai dire.

- Content de te voir aussi Teavy, t’as toujours autant de classe pour trouver des endroits pour tes rendez vous amoureux, c’est tellement romantique la boue. En même temps t’as peut être raison c’est un élément qui te correspond assez. Ne me remercie pas pour la pluie, ça me ferrai plaisir si t’arrive à emballer Young grâce à ça.

Dire que je l'ai toujours cru intelligent, cruel et tout ce que l'on veut mais intelligent et bien non, j'ai du me tromper. Ma jambe me lance de plus en plus et je sens le sang me monter à la tête. Je ne suis pas vraiment apte à réfléchir sur un moyen intelligent de revenir sur terre. Ma baguette... ma baguette...
Elle est restée dans la boue, avec un peu de chance elle est même cassée.

- Même si a place … enfin bon tu fais ce que tu veux hein. Sinon vu que t’as l’air d’avoir plus qu’un pois chiche dans la tête vu que t’as des chaussures tu m’explique l’étrange coïncidence qui vous a fait « tomber » ici précisément ?

- Ooooh ça doit sans doute être parce que tu me manquais tellement : au fond de moi, je savais que tu étais là, tu sais comme on est relié alors j'ai voulu te présenter mon nouveau petit ami.

Je lance un sourire et un regard noir à River. J'aimerais bien lui hurler que je me suis casser la jambe et que je vais sans doute bientôt m'évanouir s'il me laisse comme ça mais je préférerait mourir que me retrouver faible face à lui.

- Tu ne devrais pas te moquer de moi Young... Aucun de vous n'a sa baguette... j'aimerais juste savoir ce que vous faites ici.

- Hum Riv', il y a quelques années tu m'avais dit que seule la justice t'importait or... Jordan n'a rien fait. C'était toi la pluie tout à l'heure ?

Qu'est-ce que je raconte. Je m'enfonce. Seul les paroles peuvent m'éviter de tomber dans les pommes.
Silice si tu t'évanouies maintenant, tu t'en voudras pour le restant de tes jours... ou presque. Je jette un coup d'oeil à Jordan histoire de voir s'il est blaser ou quelque chose.
Je force sur mes abdos et arrive à attraper ma cheville, c'est sans effet, il n'y a aucune corde à dénouer, seulement un sort à annuler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jordan Teavy



Féminin
Nombre de messages : 236
Age : 24

Feuille de personnage
Côté coeur: Huuuuum... Toi , toi & Toi x]
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Ven 3 Juin - 22:47

Si Fraizer Ambrosia était au Maroc ce n’était pas un hasard.
Peu de gens était au courant de son appartenance aux ombres, il faut dire que même entre eux les membres de ce groupe particulier ne se connaissent pas tous.
On lui avait donné une mission cet été. Ils étaient quelques uns, sous les ordres de l’ombre sans visage à être venu au moyen orient.

Sous la pluie River tenait toujours sa baguette pointé vers ses deux anciens camarades.
Il avait apprit à garder son calme et son sang-froid quoi qu’il arrive, et pour cette raison il avait toujours l’air de parfaitement maîtriser la situation.
En l’occurrence il avait clairement le dessus, mais l’endroit ne lui plaisir pas beaucoup. La pluie empêchait de le voir mais il était à côté de son « campement ».

- Ooooh ça doit sans doute être parce que tu me manquais tellement : au fond de moi, je savais que tu étais là, tu sais comme on est relié alors j'ai voulu te présenter mon nouveau petit ami.


Jordan lança un regard surprit à Silice, prêt néanmoins à soutenir la moindre de ses paroles. Que River la croit où non de toute manière il ne voyait aucune raison de raconter ne serais-ce qu’une parcelle de sa vie à l’ex Serdaigle.
Le jeune homme rendis son regard de mépris à Silice, il n’aimait pas beaucoup que l’on se moque de lui. Et particulièrement Silice, parce qu’elle ne l’avait jamais considéré comme il aurait voulu qu’elle le considère.

– Je dirai que c’est touchant si j’en avais quelque chose à faire.

Il signala également à juste titre qu’ils étaient tous deux désarmé. Pour confirmer ses paroles il parcouru le sol d’un geste large jusqu’à ce que la baguette de Silice sortie de la boue pour venir se loger dans sa main libre.
Too bad.

- Hum Riv', il y a quelques années tu m'avais dit que seule la justice t'importait or... Jordan n'a rien fait. C'était toi la pluie tout à l'heure ?

Jordan regardait ses pieds en se demandant si ça valait le coup qu’il se transforme pour échapper au lévicorpus. Mais il se fit vite une raison, le jeu n’en valait pas la chandelle et comme Silice l’avait mentionné River avait toujours été du côté de la justice et c’est bien pour ça qu’il ne finira pas les relâcher comprenant sa méprise. Du moins Jordan en était persuadé.

– Pas faux …

D’un mouvement il les libera de l’emprise invisible qui retenait leur cheville et regarda leur chute sans siller. Le sol n’était pas loin, mais Jordan ressentit le choc dans tous ses membres. Il ne pensait pas avoir quelque chose de cassé, mais ses membres endolories lui signalait avec forces qu’ils n’aimaient pas beaucoup les actuelles positions de son corps.
Il maudissait River, se demandant comment ils allaient réussir à le convaincre que quoi qu’il se passe lui et Silice n’avait rien à voir avec ça.

– En effet, la pluie c’est moi, joli hein ?

C’était une bonne idée d’essayer d’amadouer River en le prenant par sa prétention naturelle, ainsi il baissait sa garde.

– T’as été payé par les paysans du coin pour remédier à la sécheresse. C’est vrai que c’est terriblement injuste que certains ai droit à de la pluie et pas d’autre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Ven 3 Juin - 23:18

River nous relâche, je vois la chute arriver ou du moins l'impact, j'essaye de l'adoucir, sans succès, je n'ai jamais été très douée sans baguette. Le seul sort que j'arrivais correctement à controler a toujours été celui d'attraction sinon... rien d'autre. Parfois, j'aimerais juste avoir suivi en cours ces dernières années mais non... Je suis faible au niveau magique, il n'y a que mon caractère pour me sauver et encore, lorsque l'on est faible, on doit savoir faire des concessions.
Ma jambe touche le sol, le retiens un cri de douleur, merde que ça fait mal. Mes yeux en pleurent, grâce à la pluie, on ne voit rien... on ne voit rien c'est bien l'occasion de le dire. Je lève les yeux vers River... Que fait-il ici ? Serais-je utile à l'ordre pour une fois ? River m'a toujours paru étrange mais je ne le vois pas suivre les ordres de quelqu'un surtout pas de s'enrôler chez les mangemorts.
J'essaye de me lever. Je vais bien tout va bien.
Don't worry about a thing 'cause everylittle things gonna be allright.
Tu parles d'une little thing.

– En effet, la pluie c’est moi, joli hein ?

Je hoche la tête, joli n'était pas le qualificatif que j'aurais employé, impressionnant aurait sans doute mieux collé, non ?

– T’as été payé par les paysans du coin pour remédier à la sécheresse. C’est vrai que c’est terriblement injuste que certains ai droit à de la pluie et pas d’autre …

Je souris légèrement. Injuste, oui, une sérieuse injustice mais il faudrait être un sur-homme pour remédier à toutes ses injustices là, il y aura toujours de l'injustice dans le monde... certains londoniens payeraient cher pour connaitre le climat marocain.
Mine de rien, je m'appuyait sur ma jambe gauche pour épargner la droite. Yes you caaaaan do it.
Je serrai les poings, il me suffit d'un peu de concentration et ma baguette pourra voler jusqu'à ma paume sans le moindre soucis, il faut juste déconcentrer River pendant ce temps là.
River qui commençait à s'approcher dangereusement de moi en levant sa baguette... et merde...

- En effet Teavy, le sort d'agriculeurs marocains et moldus m'importe énormément. *soupir* Bon, je n'ai pas tout mon temps... que faites-vous ici ?

Je jetai un coup d'oeil à Jordan... je n'ai jamais été bonne en legilimancie, j'adorerai pourtant lui dire qu'il me suffit de 3 secondes pour ne plus être à la merci de River... 3 secondes ou un truc dans le genre. Un nouveau coup d'oeil insistant à Jordan histoire de lui faire comprendre que n'importe quelle imbécillité susceptibles de distraire River serait la bienvenue.

-On aime la pluie, elle n'est pas aussi chaude à Londres.

Presque aussitôt les gouttes deviennent de plus en plus froides et quelques grêlons apparaissent. Oula il est balèze mister météo, on nous apprend pas des trucs comme ça à Poudlard, c'est triste.
Je sentis River se rapprocher encore un peu de moi et pointer sa baguette à un mètre de ma gorge. Tu n'oserais tout de même pas me faire de mal, mon cher ? Je ne suis qu'une innocente petite chose, c'est connu. Aller je suis le prête, je peux récupérer ma baguette, j'en suis certaine, un peu de concentration, un peu plus...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jordan Teavy



Féminin
Nombre de messages : 236
Age : 24

Feuille de personnage
Côté coeur: Huuuuum... Toi , toi & Toi x]
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Sam 4 Juin - 13:58

River se contenta d’adresser un regard blasé à Jordan. Il l’avait toujours trouvé superficiel dans sa manière de penser et d’agir. Selon lui l’ancien Serpentard était juste un autre enfant de bourgeois qui ne sait rien des souffrances du monde.
C’était un point sur lequel il se trompait, même s’il est vrai que Jordan n’avait rien fait à Poudlard qui puisse laisser à ses camarades la possibilité d’entrevoir quel genre d’enfance il avait vraiment eu.

- En effet Teavy, le sort d'agriculeurs marocains et moldus m'importe énormément. *soupir* Bon, je n'ai pas tout mon temps... que faites-vous ici ?

River en avait profité pour se rapprocher de Silice, il la trouvait réellement attirante même s’il ne ferrait rien qui puisse laisser transparaître ses sentiments.
Leur présence inattendue le gênait néanmoins.
Son rôle n’était pas tout à faire finis et il voulait se débarrasser d’eux le plus rapidement possible.
Jordan regardait Silice, il était important pour eux d’agir avec coordination s’ils voulaient tenter quelque chose. Il essayait d’oublier la douleur de la chute et de se focaliser sur l’instant. D’un autre côté il voulait comprendre pourquoi River était là, et pourquoi il les avait accueillis de la sorte.


-On aime la pluie, elle n'est pas aussi chaude à Londres.


La réponse ne se fit pas attendre. River était particulièrement doué pour les enchantements de grande ampleur, mais il avait d’autres faiblesses. Jordan saisit un regard insistant de Silice, elle devait vouloir qu’il l’aide à récupérer sa baguette, du moins c’était la seule chose à faire pour remédier à cette situation de domination.

- Wah un oiseau mort qui vole !

River ne détourna pas les yeux et commenta :

- C’est assez pitoyable comme diversion …

- Bah, c’était une métaphore pour désigner le type encapuchonné qui nous observe depuis cinq minutes.

Jordan avait dit la première chose qui lui était venu à l’esprit pour inciter River à reporter son attention sur autre chose. Le fait était qu’il y avait réellement une mystérieuse silhouette sur la colline, floue à travers la pluie.
River ne prit même pas la peine de répondre trouvant la stratégie de Jordan d’une telle médiocrité …

Jordan regarda la silhouette se rapprocher, il trouvait qu’il s’en dégageait quelque chose de spéciale, c’était bien plus effrayant que River qui était un être connu.

- Tu devrais lui dire bonjour quand même.

A cet instant River sentit la présence de la silhouette à côté de lui, carrément surprit il baissa sa garde complètement, l’air perdu. Il commença à s’excuser, sans trop savoir quoi faire.
Alors l’ombre dévoila son visage.

[HRP : bref j’aime bien les Postes vacants xD du coup c’est l’ombre sans visage, tu choisis en qui il s’est transformé entre nous trois ;] ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Dim 5 Juin - 21:27

Je regarde Jordan avec un air de plus en plus désespérée. Etrangement je ne me sens pas en danger, je sais que si je ne bronche pas ou ne fait rien de dangereux, River ne s'en prendra pas à moi mais d'un autre coté, j'ai vraiment mal à la jambe, j'aimerais la réparée et peut-être après, essayer de comprendre pourquoi River est autant sur les nerfs.

- Wah un oiseau mort qui vole !

Je ris légèrement, j'ai aimé cette diversion Jordan elle aurait presque pu être efficace, presque pas tout à fait. Je sers toujours les poings à l’affût de chaque opportunité de distraction de ce cher homme frisé qu'est River. Il est pas moche au fond mais il reste assez... Non rien.

- C’est assez pitoyable comme diversion …
- Bah, c’était une métaphore pour désigner le type encapuchonné qui nous observe depuis cinq minutes.

De mieux en mieux. Je regarde Jordan et peste mentalement contre la pluie. Ce n'est pas très pratique, pourquoi un sorcier voudrait couler le Maroc ? Non, je ne voit vraiment pas l’intérêt d'une telle pluie. Chercher Silice, cherche...
Non non et non, je dois d'abord me concentrer sur ma baguette et comme je ne sais pas vraiment faire deux choses à la fois, on va se calmer. Trop d'ambition tue les projets.

- Tu devrais lui dire bonjour quand même.

Je sentis River se tendre à coté de moi. Mes doigts se déplièrent doucement, je fermai les yeux, imaginai chaque détail de ma baguette et un infime instant plus tard je serrai ma baguette dans ma main droite et rouvrai les yeux.
J'ouvrai donc les yeux pour discerner trois silhouettes, je les reconnaissait, les trois. Il y avait donc un River à mes coté et deux Jordan devant moi. Je fermai les yeux pour les rouvrir une seconde plus tard.

- Je ne sais pas ce qu'ils font là.

Je m'éloignai de River autant que des deux Jordan et pointai ma baguette en avant en murmurant un « protego » que personne n'entendrai sauf moi grâce à cette pluie. J'aurais aimé protéger Jordan mais qui était le vrai Jordan ? Quelle réflexion stupide. Les deux hommes se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, même tailles, même visage, mêmes habits, même expression...
Il va falloir réfléchir et vite.

- Non, bien sur que non !

Je regardai River qui commençait à parler tout seul, il devait sans doute communiquer avec l'un des deux Jordan mais lequel ? Nous ne pouvions pas rester là comme ça. Je serai bien parti mais je ne laisserais pas Jordan ici. Ferait-il la même chose pour moi ? Sans doute. On s'en fiche, il est hors de question que je le laisse ici avec ces psychopathe. Lentement, je baissais ma baguette pour la braquer vers ma jambe et essayer d'atténuer la douleur. Non, je ne ressouderai pas les os c'est un risque que je ne préfère pas prendre. Si je me plante, je peux sans doute dire au revoir à l'escalade ou au quidditch pour un bout de temps.
La douleur s'estompant, je levai ma baguette que je tournai vers River.

- Qu'est-ce qu'il se passe ?

C'est assez vague comme question mais comme je ne comprend pas grand chose, une explication globale serait bien sympathique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jordan Teavy



Féminin
Nombre de messages : 236
Age : 24

Feuille de personnage
Côté coeur: Huuuuum... Toi , toi & Toi x]
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Dim 5 Juin - 22:13

J’ouvre la bouche inconsciemment.
Heureusement qu’il pleut, sinon avec ma chance j’aurai été certains d’avaler un moucheron.
Bonjour … moi.
Ce n’est pas possible.
Moi n°2 Enlève sa cape. En dessous il a exactement les mêmes habits que ceux que je porte, tâches de boue incluses. Il fait un pas vers moi et m’observe avec la même expression que j’ai lorsque je regarde quelque chose qui me paraît étrange.
C’est quoi ce délire ?!
Je … Il essaye de s’introduire dans ma tête. Ce type est un légilimens accomplis, pas de doute la dessus. Je combats autant que je peux ce défis mental mais me rend vite compte que je ne suis pas vraiment a la hauteur.
Merde.
Avec ça tu m’étonnes qu’il reproduise aussi facilement toutes mes mimiques.

– Je ne sais pas ce qu’ils font là.

Moi et moi nous nous retournons exactement en même temps, affichant la même expression. Saloperie de type. River nous regarde à tour de rôle pour démentit à voix haute.
Ils doivent parler par télépathie. Y a pas grand monde capable d’une telle prouesse magique. Mais qui est ce type, qui n’est certainement pas moi.
Si on pouvait mesurer notre puissance magique on déterminera bien vite lequel de nous deux est le véritable moi.
M’énerve lui.

- Bon t’arrêtes ça maintenant, assumes ta véritable identité…

O_o mais … mais … c’est ce que je voulais dire, enfin pas mot pour mot, mais c’était la même idée. Je ne trouve rien de mieux à répondre que :

- Eeeh, c’est plutôt à moi de dire ça.
- Qu’est-ce qu’il se passe ?

Silice ! Elle a récupéré sa baguette ! Génial ! Envois lui un stupefix dans sa face, je ne sais pas moi n’importe quoi. Je la regarde et dis très vite, de peur de me faire couper la parole encore une fois :

- Silice, je sais pas qui c’est mais te laisse pas avoir, il doit avoir quelque chose…
- Que je n’ai pas… Enflure.


Je me tourne vers l’imposteur qui a finis ma phrase à ma place et me regarde méchamment. C’est vrai qu’il peut lire dans les pensées.
River soupire, range sa baguette et dis simplement :

- Désolé Silice, je dois prendre congé.

Sur ce il tourne les talons et s’en va.
Mon autre moi me fixe toujours.

- Qu’est ce que tu me veux ?

Sur ce il sourit et à mon plus grand étonnement ajoute :

- M’amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Dim 5 Juin - 22:35

Je les regarde. Impossible de les différencier, un commence une phrase l'autre la finit et ça semble si... jordannien... Je ne comprend pas. Enfin si je comprend mais merde que faire ? Je n'en ai absolument aucune idée. Parfois j'aimerais simplement être super intelligente, Elle la Serdaigle aurait sans doute une super solution.
Je bloque mon cerveau contre toute attaque puis arrête, s'il n'est pas stupide, il ne va pas s'introduire dans mon esprit à part pour me faire douter sur l'identité du vrai Jordan. Je bloque à nouveau mon esprit, le ferme, je n'ai pas fait ça depuis longtemps mes défenses sont faibles, elles s'opacifie un peu... C'est Percy qui m'avait appris ça. C'est plutôt utile, une fois tout les 36 du mois.

Je les regarde, impuissante. Je jette un léger coup d'oeil à River comme pour essayer de comprendre comme pour le supplier. Tu es tomber bien bas ma vieille, très très bas. Tu creuses.

- Silice, je sais pas qui c’est mais te laisse pas avoir, il doit avoir quelque chose…
- Que je n’ai pas… Enflure.


La même voix, les même mimiques, tout... Je commencerai presque à paniquer. Je respire longuement... de l'eau. Foutue pluie. Non, non, aucune raison de paniquer ma jambe ne me fait presque pas mal (presque) et... personne n'est en danger de mort, n'est-ce pas ?

- Désolé Silice, je dois prendre congé.

Je le regarde avec des yeux ronds, c'était le seul qui aurait pu m'aider quoique... à vrai dire, je ne vois pas comment.

- Non, non, Riv' déconne pas ! Reste !

Il a rangé sa baguette, il ne doit y avoir aucun soucis. J'ai envie de lui jeter un sort, n'importe quoi pour qu'il reste, qu'il ne me laisse pas avec DEUX Jordan car désolée Jordan je t'apprécie mais deux comme toi ce n'est pas possible même si c'est sans doute le rêve de beaucoup de filles et encore... je ne suis pas si sure... ce n'est pas cool du tout. Je me tourne vers les deux clones et les regarde attentivement du moins autant que la pluie me le permet.

- RIVER reviens ou arrête cette fichue pluie.

Il était déjà loin, et comme pour me répondre, la pluie s'intensifia pendant quelque seconde avant de faiblir très légèrement. Je levai ma baguette. J'ai peut-être une idée.
Navrée Jordan. Tu me remercieras plus tard... peut-être, c'est ça ou je me barre sans toi et ce serait con d'aller, je ne sais où avec un psychopathe qui peut se transformer en qui il veut.

Stupefix !

Sans qu'aucun des deux ne puisse réagir ou esquiver, l'un des Jordan tomba à terre. Je m'approchai de l'autre, s'il est le vrai Jordan, il va pouvoir répondre à toutes mes question, s'il ne l'est pas, il devrait avoir du mal à lire dans mes penser ou dans les pensées de mon ami stupefixé, du moins... je crois. Je ne suis plus sure.

- Quel est le prénom de ton petit frère ? Qu'est-ce que l'on a vécu tous les deux cette année ? Qui as-tu emmener au bal de Noël ?

Je me suis rapproché, en restant à bonne distance, prête à envoyer un stupefix s'il le fallait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Jordan Teavy



Féminin
Nombre de messages : 236
Age : 24

Feuille de personnage
Côté coeur: Huuuuum... Toi , toi & Toi x]
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Mer 15 Juin - 12:06

C’est quoi ce type !
J’entends vaguement Silice qui demande à River de rester, bah fallait pas lui parler aussi sèchement si tu ne voulais pas qu’il se taille ton prince charmant ma vieille. Personnellement, qu’il s’en aille ne me fait ni chaud ni froid, quoi que je serais content de plus avoir à regarder sa tronche de cake suffisante. En guise d’au revoir, on eu droit à un véritable déluge durant quelques secondes. Merci River, j’avais encore deux centimètres carrée de peau sèche, maintenant c’es parfaitement homogène.
Je commence à répondre quelque chose à moi number two, mais la voix convaincue de Silice me coupe. Pourquoi ai-je supposé une seule seconde que le sortilège toucherait la bonne personne ? De toute manière je suppose que même si Silice arrive plus ou moins à fermé son esprit aux intrus, il est peut-être possible de l’influencer légèrement et de manière indétectable pour un très bon sorcier.
Car je suppose que mon sosie est un très bon sorcier, déjà que pour m’imiter il ne faut pas être née de la dernière pluie Cool
Je pense à ça alors que mon corps bascule sur le côté, j’ai un peu de chance dans mon malheur et tombe côté amont. Enfin ça fait quand même mal.
Je ne peux même plus bouger les traits de mon visage pour adresser une moue boudeuse et vexée à Silice. Néanmoins je peux assister à la scène qui reste dans mon champ de vision.

D’un point de vu purement esthétique je dois dire que c’était une scène très classe. Silice à gauche, les jambes légèrement écartées pour garder un bon appuis, la baguette pointée droit devant elle en continuité parfaite avec son bras, l’air très très sérieux, sans bouger d’un pouce malgré la pluie qui s’abattait sur elle et ses vêtement plutôt adapté à un temps ensoleillé. Et de l’autre côté moi … mais un moi dont se dégageait une certaine aura de puissance et de supériorité, ceci dis cette interprétation est peut-être subjective puisque je sais que ce n’est pas moi mais quelqu’un de plus fort que moi.
Le faux moi sourit à Silice, dans une attitude que je sais être typiquement la mienne et lui dis :

- Good guess ! T’as gérée ma vieille…

Peut-être qu’il voulait encore ajouter quelque chose, mais elle le coupa net :

- Quel est le prénom de ton petit frère ? « Elijah » Qu'est-ce que l'on a vécu tous les deux cette année ? Qui as-tu emmené au bal de Noël ?

S’il à répondu à la première question sans hésitation la deuxième le laisse sans voix, le stupéfix m’aide à me concentrer uniquement sur mes pensées, sentant que quelqu’un essaye à nouveau de s’introduire dans ma tête je pense à un éléphant vert.
Ouais bon, je n’ai rien trouvé de mieux sur le coup.
Je sais que cette protection ne protège pas contre certaines informations comme le nom de mon frère, qui n’est pas un secret, mais ça me permet de garder cacher des souvenir dont je ne parle à personne.

Moi numéro deux souris, sachant qu’il est préférable pour lui de garder sa dignité plutôt que de raconter n’importe quoi.
A la place il passe une main devant son visage et se change en Silice. Tout son corps suit ce mouvement et même ses vêtements d’un coup de baguette deviennent la copie conforme de ceux de l’ex Griffy.

Changeant de posture le sorcier prend le maintient de Silice et demande avec une voix posée :

- Savez vous ce qu’il se passe dans ce pays ?

Un vague souvenir d’un article à propos de différents entre sorciers et moldus me vient à l’esprit mais je n’arrive pas à me remémorer les tenants et les aboutissants. Je regarde Silice, la vraie en me demandant si elle suit ce genre d’actualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste


Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Mer 15 Juin - 19:32

-Good Guess, t'as géré ma vieille.

Je le regarde avec un air exaspéré, soit c'est Jordan et il est plus con que ce que je croyais, soit c'est l'autre super méga doué qui essaye de m'avoir, ça ne marche pas, héhé, je n'y crois plus... Je lui balance trois questions, s'il n'est pas Jordan, il va avoir du mal à répondre. Je souris dés qu'donne le prénom de son frère, à la vitesse de l'éclair, c'est bien, il n'est pas un frère indigne, je suis à peu près persuadée que Steven aurait du réfléchir avant de donner mon nom...
Je jette un coup d'oeil au Jordan sur le sol, ça a pas l'air méga confortable, j'avoue mais bon... c'était nécessaire. Le gars qui essaye de jouer avec nous est tout de même sacrément doué et pas vraiment méchant, ce qui ne m'étonne pas réellement, River est stupide mais il n'agit que lorsqu'il pense que c'est juste.
Ma deuxième question ne déclenche pas le même réflex, m'a-t-il vraiment oublié comme il a parfaitement cru que j'étais Ella je ne sais plus quoi ?
Je vois le Jordan face à moi me sourire puis bouger, un peu. J'ai toujours ma baguette en l'air en sachant stupidement que je ne ferai rien... Je ne fais rien avant d'être en danger et une fois en danger je suis en générale dans l'incapacité de faire quelque chose, ce qui est un peu embêtant et me met dans des situations un peu stupides que j'aurais sans doute pu éviter !
Jordan rapetisse, ses cheveux se ralonge en un temps record, son visage s'adoucit, s'affine, devient plus féminin, Jordan est moi... c'est quoi ce délire ? Le thé à la menthe me fait un drôle d'effet, je m'observe alors que mon clone se moque doucement de moi... comme je me moque constamment de tout mon entourage. Mais je suis insupportable et dans un sale état, la pluie n'a rien arrangé. Je regarde mon sosie, ses habits définitivement bien trop transparents, son expression insupportable. Mieux qu'une séance de psy, je vois tout mes défauts et je le sais depuis toujours, je n'aime pas les filles qui me ressemblent, elles sont comme un danger, mêmes qualités que moi, même défauts craquants ou insupportables, elle peuvent avoir les mêmes amis, les mêmes choix... Je hais chacune des personnes qui me ressemblent un peu trop.

- Savez-vous ce qu'il se passe dans ce pays ?

Et je hais ma voix, posé, à moitié... non ? prétentieuse... non ce n'est pas ça... Ce qui m'énerve, c'est que j'allais demandé la même chose. Je tend ma baguette vers le Jordan toujours au sol et murmure quelque mot latin pour lui redonner un coup de fouet et le remettre d'aplomb. Je pointe à nouveau ma baguette vers l'autre moi et me regarde, à nouveau... Pourquoi lui enverrai-je un sortilège ? Il 'y aucun danger et pourtant... la situation n'est pas nette, pas vraiment nette, non.

- L'élite des moldus est au courant de l'existence des sorciers ce qui est en contradiction avec l'Islam leur réligion, il tente donc d'endiguer cette information pour ne pas diviser la population et créé une chasse aux sorcières qui se solderait sans doute par de nombreux morts. Le Maroc est l'un des rares pays à être... au courant mais tout se passe bien, enfin tout se passait bien pour l'instant. Les moldus commençaient juste un peu à abuser des pouvoirs des sorciers.

Je baisse ma baguette et arrête de parler, mon autre moi a un léger sourire fixé aux lèvres.

- Ce que je ne comprend pas, c'est pourquoi des Anglais se mettent à faire tomber de la pluie...

Mon autre moi me regarde et hoche la tête.

- c'est irréel, tellement improbable de croiser deux autres compatriotes sur ce sol...

Je regarde Jordan et décide de me mettre à ces coté, j'espère qu'il ne nous a pas perdu de vue et sait toujours qui est qui...
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rabat 30 juillet.   Aujourd'hui à 11:29

Revenir en haut Aller en bas
 

Rabat 30 juillet.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
19 ans après :: Hors Poudlard * :: Autres lieux * -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit