AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 Why don't you just die? -Libre : Jade??-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Lindsay Andrews
Sensless Bitch.


Féminin
Nombre de messages : 1559
Age : 22
Maison : Ex-Serpentard
Emploi : Ombre à plein temps.
Humeur : Machiavélique, dévastatrice.

Feuille de personnage
Côté coeur: Encore une question du genre et je t'arraches le coeur de mes propres dents, compris?
Camp: Les deux
Niveau magique:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Why don't you just die? -Libre : Jade??-   Dim 22 Mai - 3:56


    Une journée vide, vide de tout. Vide de sentiments, vide d'évènements, vide de mouvement. Une journée ennuyeuse, une journée longue, une journée chiante. Même le facteur n'a pas mis les pieds devant le manoir aujourd'hui. Manoir qui se fait poussiéreux, il serait temps de faire un brin de ménage avant que je n'ai d'invités indésirables. Quoique, si des rats se pointaient les journées seraient moins monotones, ça ferait un passe-temps, de quoi s'amuser un peu. Effectivement, les animaux ne demandent rien, ne font que passer, mais il en est de même pour les moldus non? Pourtant les mangemorts adorent les torturer, les martyriser, les mutiler. Quelque part c'est compréhensible, ça passe le temps, et quand on est un psychopathe, ça peut même rendre heureux, très heureux. J'en connais plus d'un qui se battrait pour pouvoir tétaniser une bande de moldus. J'ai vu à plusieurs reprises des vacanciers se faire dégommer par une bande de croquecadavres. Ils sont toujours très aléatoires ceux-là, on ne sait jamais quand ils vont attaquer, ni qui seront leurs victimes. Mais la plupart du temps, quand ils agissent, ils sont efficaces... Il n'y a qu'à voir le nombre de moldus qui meurent de façon "inexplicables" selon la presse moldue. J'ai aperçu un jour un grand titre dans le quotidien moldu "Drame mystérieux". Une famille avait été retrouvée dans sa maison, aucun signe d'infraction, il semblait que chacun d'entre eux c'était suicidé. Ils avaient tous un couteau planté dans leur coeur, et leur main droite sur le couteau. Même le bébé de cinq mois... Il y avait aussi des messages écrits au sang sur les murs : "Le nettoyage n'est pas terminé". Bien sûr que c'était le travail de mangemorts, ils veulent nettoyer le monde et tuer tout ce qui est impur...

    Enfin bon, entre temps je m'ennuie toujours autant dans le manoir que m'ont légué mes parents.. Je devrais peut-être sortir, aller prendre l'air, me changer les idées, faire quelque chose. Puisque j'ai passé mon temps à roder, à tourner en rond, habillée comme un sac. Je monte donc les marches quatre à quatre pour retrouver ma salle de bains. Une bonne douche me raffraîchit, je suis prête à repartir. Une fois celle-ci terminée, j'enfile mon jean noir, des chaussures et un débardeur blanc. En descendant, j'attrape mon sac à main et mon manteau en cuir. Il me tiendra certainement plus chaud que mes autres manteaux. Je m'engage alors dans ma rue principale, puis fini par transplaner dans une des rues à la périphérie de Londres. Je ne sais pas pourquoi j'ai choisi ce quartier, peut-être parce que la dernière fois que j'y ai mis les pieds, j'ai failli me retrouver dans une énorme bagarre... Je ne sais pas trop. Je recherche le danger j'ai bien l'impression... Ma baguette est calée dans ma ceinture, et j'ai encore mon couteau papillon dans la poche de mon jean il me semble, j'avais oublié de le sortir de là... Je marche dans la sombre rue, sans savoir où je vais. Ma seule amie ce soir est la lune qui m'éclaire.

    « Tiens tiens tiens, si ce n'est pas notre vieille amie... »
    « La bonne vieille Lindsay Andrews... »
    « On s'aventure sur notre terrain? »

    Je me retourne aussitôt que le premier a prononcé ces quelques paroles... Je remarque alors trois hommes encapuchonnés et reconnais l'un d'eux... Je ne me souviens pas de son nom, mais je me souviens de son regard sans expression. Le deuxième a avoir parlé est très froid et semble avoir soif de sang... Sa tête me dit quelque chose, mais je ne parviens pas à savoir d'où me vient cette familarité... Je m'apprête à prendre ma baguette quand l'un d'entre eux m'attrape par le bras et transplane. Dès ce moment, je réalise que je suis fichue, et que j'aurais mieux fait de rester m'ennuyer chez moi.. Je n'ai pas encore eu le temps d'en placer une, surprise par le transplanage soudain, ma respiration s'est bloquée... Je ne sais pas ce que me veulent ces hommes, mais je sais ce qu'ils sont... Ce sont des partisans du mal, mes ennemis jurés, ceux qui veulent ma mort sans trop savoir pourquoi... Effectivement, les mangemorts ne sont pas tous intelligents comme l'est ma soeur, ou comme l'est Lara... Ces femmes là sont plus puissantes, plus impressionnantes et plus respectables que n'importe quel homme que je ne connaisse. Elles ont une force mentale effrayante et savent ce qu'elle veulent... Aussitôt qu'on atterrit, je me souviens de celui dont le visage me semblait familier... J'ai tué son jumeau quand on était à la pâtisserie avec Lara...

    « Qu'est-ce que vous me voulez? »
    « Une occupation... »
    « Une vengance. »
    « Un règlement de comptes. »

    Lorsque le dernier, Mark, prononce ces mots... Je déglutis... Le petit roux réclammant une vengeance me paraît extrêmement stupide, puisque je ne le connais pas... A quoi bon se venger d'une personne ne vous ayant rien fait. Il a sûrement voulu faire le caïd à côté de ses copains. Mark est un sorcier assez expérimenté, le gros, Nicholas, est un imbécile... Mais très imposant. Bizarrement, le seul à m'impressionner, c'est Mark... Je sais à quel point il veut me régler mon compte... Après tout, j'ai tué son frère... En un temps et trois mouvements, j'attrappe ma baguette. Mais celle-ci ne fait pas long feu, puisque Mark me l'ôte des mains aussi vite que je l'ai attrapée... Il me regarde intensément, et se met à ricaner.. Il a l'air fier de lui, terriblement fier... Il lève sa baguette sur moi et me jette l'un des sortilèges interdits : l'endoloris... Une douleur atroce s'empare de mon corps tout entier, et je tombe sur le sol, me tordant de douleur. Dans ma souffrance, je vois toujours ce rictus sur son visage, cette satisfaction qu'il a de lui même. Une fois qu'il redescend sa baguette, il me dit :

    « Que comptais-tu faire Andrews? »

    Le roux s'approche de moi et pose une de ses mains sur mon entre-jambe, et l'autre sur ma poitrine tout en prononçant les mots suivants :

    « Je peux m'amuser avant qu'on ne l'abîme..? »

    Il me répugne. Ce mec est horrible... Aussitôt qu'il prononce ces paroles et pose ses mains sur mon corps, j'attrappe le couteau que j'avais dans ma poche, le déplie d'un geste et le plante droit dans son coeur. PERSONNE ne touche à Lindsay Andrews. PERSONNE ne me fait du mal ainsi. Quelle que soit la personne se trouvant face à moi, jamais, JAMAIS je ne laisserais quelqu'un poser ses mains sur mon corps. Je regarde alors Mark avant de lui dire :

    « Pas si rapide cette fois hein? Tu aurais pu choisir une meilleure équipe... »

    Le grand et gros Nicholas s'approche alors du corps du roux et en sort le couteau... Je ne peux plus rien contre lui, je ne fais pas le poids... Et ce dans tous les sens du terme... Je me mets à reculer, jusqu'à me retrouver dos à la fenêtre... C'est ma seule chance, je dois fuir. Impossible de transplaner, Mark a sécurisé les lieux pour ça, sinon je l'aurais fait depuis longtemps... Je me retourne et frappe dans le carreau pour que la fenêtre (n'ayant pas de poignée) se brise et que j'aie le temps de courir... Mais ça n'est pas sans douleur, le verre provoque des blessures sur ma main, et je n'ai pas le temps de me relever dehors que l'énorme Nicholas m'attrappe par les jambes et me fait revenir... Le gros me tient par la taille, j'essaie de mettre des coups, mais ça ne marche pas... C'est sans résultat. Mark s'approche de moi, toujours de marbre. Il lève sa baguette vers la fenêtre et fait apparaître la marque des ténèbres dans le ciel... Il me regarde alors avant de me dire :

    « Tu veux jouer ma petite? Le couteau, c'est lâche... »

    Il prend alors le couteau qu'avait ramassé son ami qui me tient encore, et me l'enfonce dans la jambe. Je ne peux empêcher un hurlement de douleur... Je ne sais pas ce qui est pire, ça ou l'endoloris... La douleur que j'ai dans la jambe monte jusque mes yeux qui se remplissent spontanément de larmes... Je ne peux rien contre lui, je ne peux rien face à lui... Nicholas a trop de force, je n'arriverais jamais à me défaire de son étreinte... Soudainement, un elfe de maison apparaît à côté de nous et tend un pot de sel et un citron à Mark. Celui-ci les prend dans sa main, chasse l'elfe d'un coup de pied et me regarde toujours souriant... J'ouvre alors grands les yeux et me mets à secouer la tête... J'agite mes jambes de plus en plus intensément, jusqu'à ce que le gros qui me tient décide de serrer son etreinte d'un bras, et de tenir ma jambe blessée... Mark approche alors le sel, et en fait tomber lentement les grains sur ma jambe... La douleur qui était déjà intenable le devient encore plus... Je me mords la lèvre inférieure et une larme coule le long de ma joue... Mais ce n'est pas fini, il fait alors couler du jus de citron sur la plaie qui se met alors à brûler.. Il veut me faire souffrir, lentement, très lentement...

    « Tu te souviens de mon frère? »
    « Oui, je me souviens de ton frère. J'ai d'ailleurs pris un énorme plaisir à le TUER. »

    Je suis en colère, et ça se sent dans ma voix... Tout ce que je veux là maintenant, c'est lui infliger la même chose qu'à son frère. Et apparemment, lui, il veut me faire la même chose... Il fait un geste à son grand copain qui m'arrache le manteau du corps, et Mark reprend le couteau.. Mon couteau. Honteux, se faire attaquer avec sa propre arme... C'est une leçon qu'il faut retenir d'ailleurs...

    « Tu dois donc te rappeler ce que tu as fait à son bras... »

    Le gros tas qui me tient me met alors un vieux chiffon dans la bouche et sert son étreinte. Mark lui se rapproche, et attrape un de mes bras qu'il parcourt avec le dos de la lame... Puis, en haut de l'épaule, il appuie un peu et descend lentement, très lentement le long de mon bras... Une traînée de sang suit la lame, et les gouttes ruissellent sur le sol avec mes larmes qui se mettent à couler. Je ne peux pas hurler, ça m'est impossible avec ce chiffon ignoble dans la bouche...

    « Tu ressens cette douleur? Tu la mérites... »

    Il est près de moi, très près de moi... Je parviens à libérer une de mes jambes et l'envoie de toute mes forces entre ses jambes. Ce qui est efficace apparemment, puisqu'il tombe sur le sol... Sauf que ça ne l'a pas été assez, puisque lorsqu'il se relève, il balance son poing dans ma figure puis commence à m'étrangler...

    « Crève espèce de Sa***e! Crève pour ce que tu lui as fait. Crève pour ce que tu m'as fait. Mais d'abord, d'abord je veux que tu souffres. »

    Le sol est trempé de mon sang, mon bras et ma jambe brûlent de douleur, je n'ai plus d'air, il va vraiment me tuer... Après quelques secondes semblant durer des heures, il relâche sa prise, et l'arrivée soudaine d'oxygène et de sang dans mon organisme provoque une multiplication de la douleur. Mais pourtant, pourtant je n'ai pas peur de la mort. Mon heure arriverait-elle?



[hrp : pensais faire mieux.. mais j'voulais pas exagérer xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonio Salieri



Masculin
Nombre de messages : 12
Age : 21
Maison : Gryffondor ^w^
Emploi : ///
Humeur : Plutôt Bonne même si j'ai un foutu rhume de cheval. >.<&quot;

Feuille de personnage
Côté coeur: Pas encore.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Why don't you just die? -Libre : Jade??-   Mer 7 Déc - 23:58

{ Je ne sais pas qui est cette "Jade" mais je sais que ce n'est pas moi. xD Bref, voici ma réponse What a Face }

Antonio se leva à l'aube. Le temps au dehors était semblable à son humeur, maussade. Il soupira et prit un mouchoir, à côté de son lit la poubelle débordée, il était enrhumé et pas qu'un peu vraisemblablement. C'était hallucinant, il n'était presque jamais malade mais lorsqu'il attrapé quelque chose c'était à croire que c'était un cheval qui le lui avait refilé. De plus il haïssait être enrhumé...Il poussa un énorme soupir, se moucha bruyamment. Oh ! Qu'il détestait ce sons de trompette qui son nez emplit de morve produisait ! Ses camarades qui, eux voulaient faire la grasse-matinée grommelèrent. Il n'était pas très discret. Et ils étaient tout à fait d'accord avec lui. Ce n'était pas du tout top quand il avait la crève. Antonio a bout se leva et alla à la salle de bain. Il prit une douche bien chaude au début puis froide vers la fin. Pas super quand on a le nez bouché mais dieu que c'était bon ! Il se lava entièrement, cheveux y comprit. Quand il sortit une nuée de vapeur le suivit et c'est le torse luisant qu'il se regarda dans la glace devenu trouble à cause du « brouillard ». Il n'y avait pas à dire, il était plutôt pas mal comme mec. Beau peut-être si ce nez rouge ne tranchait pas avec cette peau blanche. Il se retourna pour scruter sa vieille cicatrice qui barrait son dos. Elle était toujours aussi vilaine. Elle avait dû être très douloureuse mais pourtant il ne se souvenait pas le moins du monde d'où il en avait hérité et dès qu'il essayait d'en parler avec son tuteur : Éric Natçelick évite le sujet où répond à côté. Il ignorait donc d'où elle venait et cela l'énervé passablement. Puis, haussant ses larges épaules il l'ignora pour entamer son séchage. Rapidement il fut sec et et il mit un jean d'un bleu légèrement délavé, un tee-shirt blanc, un gilet, son blouson en cuir sombre par dessus et une écharpe pour ne pas attraper plus la mort qu'il ne l'avait déjà. Antonio mit une casquette également en cuir noir et pris sa guitare. Celle-ci était soigneusement emballée dans son étui, il la mit en bandoulière et partit, tout simplement. C'était le week-end et il rentrait chez lui. Ses bagages suivraient plus tard. Il rejoignait donc son tuteur. L'Ensorceleuse sur l'épaule il prit le train pour la capital. Il s'endormit en route et ce fut sa jolie chatte noire qui le réveilla d'un coup de museau. Il ouvrit des yeux ensommeillés et se releva. Il sortit et pris la route de sa maison. Il contempla avec ravissement sa London bien aimée. La ville, elle, était en pleine effervescence. On venait et on courait de partout. Il sourit quand on le dévisagea. Manifestement voir un chat sur son épaule en surprenait plus d'un. Toujours est-il qu'Antonio était presque arrivé à destination lorsqu'une voix lui parvient, elle était pleine de colère et de haine :

« -Crève espèce de sal*pe : Crève pour ce que tu lui as fait. Crève pour ce que tu m'as fait. Mais d'abord, d'abord je veux que tu souffres. »

La ruelle d'où provenait le cri était malfamée et il la connaissait pour le nombre de cadavres retrouvés là. Pourtant, il ne mit que quelques secondes à se décider. Il s'aventura donc dans l'obscurité de ce coupe-gorge. Il vit une jeune fille étendue sur le sol, celui-ci était trempé de sang, tout comme elle d'ailleurs. La rage enfla en lui comme une vague dévastatrice et elle emporta avec elle toute retenue. Il s'approcha silencieusement de sa futur victime et surgit devant lui se plaçant devant l'inconnue. Son poing partit, une droite bien sentit. Elle cueillit l'autre au menton et il tomba en arrière. KO. Un de moins. Celui qui reste lui jeta un regard noir et ne réagit pas lorsque le jeune homme sourit en voyant quelque chose derrière son épaule. Aussi fut-il totalement prit au dépourvut quand une masse sombre et lourde lui tomba dessus. Il ne réagit à temps et ne put donc pas empêcher l'Ensorceleuse de lui lacérer le visage. Il hurla et s'enfuit en courant le visage en sang. La féline noire sauta allègrement sur le sol et alla se frotter contre les jambes de son maitre celui-ci la caressa distraitement, tendu comme un arc il guettait un éventuel attaquant. Personne ne vint alors il s'accroupit au côté de la jeune fille. Elle était évanouit. Il lui fit un garrot à la jambe, remarqua un étui accroché à sa cheville et il récupéra donc le couteau qui devait aller avec. Il la contempla. Elle était plutôt jolie même avec l'hémoglobine qui la recouvrait. Elle avait une longue chevelure blonde qui entourait un visage fin. De taille moyenne elle n'était pas grosse. C'était même tout le contraire et Antonio n'eut donc aucun mal à la soulever et à la porter dans ses bras. Il prit des chemins détournés pour éviter de faire des rencontres malvenues et se servit pour cela de l'Ensorceleuse. Celle-ci le prévenait dès que quelqu'un s'approchait et cela lui permettait de se cacher. Il arriva chez lui sans trop de problème sauf une ou deux fois où il avait failli se faire repérer. Il ouvrit la porte et entra au pas de charge. Éric n'était pas là. Et c'était tant mieux pour Antonio. Ainsi il évitait les questions. Le jeune chanteur étendit la jeune inconnue sur son lit et il partit dans la salle de bain chercher des bandages, du désinfectant ainsi que de quoi la ra mimer. En lui-même il se félicita d'avoir rangé sa chambre avant de partir. Avec dégout il repensa à tous les slips et autre qu'il y avait disséminé dans cette chambre maintenant si propre. Quand il revint avec tout ce qu'il fallait plus un verre d'eau il vit que la jeune fille était réveillée et qu'elle le regardait avec de grands yeux d'un bleu liquide. Il lui dit d'un ton hésitant :

« - Salut. Moi c'est Antonio, Antonio Salieri mais tu peux m'appeler Tony. C'est moi avec l'Ensorceleuse qui t'ai sortit de ce traquenard. Ça t'arrive souvent ce genre d'histoire ? Bref, laisse toi faire je sais comme m'y prendre pour te soigner. Enfin...si tu veux bien me faire confiance. Sinon je t'emmène à l'hôpital. »


Il ne voulait pas l'effrayer et c'est un visage rassurant et doux qu'il lui présenta. Il avait joué franc-jeux. Il espérait qu'elle ne hurlerait pas. Il ne voulait pas effrayé ses voisins qui étaient de vieilles personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay Andrews
Sensless Bitch.


Féminin
Nombre de messages : 1559
Age : 22
Maison : Ex-Serpentard
Emploi : Ombre à plein temps.
Humeur : Machiavélique, dévastatrice.

Feuille de personnage
Côté coeur: Encore une question du genre et je t'arraches le coeur de mes propres dents, compris?
Camp: Les deux
Niveau magique:
78/100  (78/100)

MessageSujet: Re: Why don't you just die? -Libre : Jade??-   Dim 14 Oct - 23:40

    Trop d'évènements se sont bousculés, une douleur énorme s'est envahie de mon corps, je ne sais plus où je suis, je me sens partir... Je sens mon esprit se détacher de mon corps, je n'ai plus aucune sensation dans le corps en dehors de cette douleur insupportable qui s'est emparée de l'intégralité de mon corps.
    Je suis en train de perdre connaissance. Du moins, je crois que c'est ça, à l'heure qu'il est je ne sais plus trop où j'en suis. En tout cas, je suis au moins sûre de ne pas être en train de m'endormir. J'ai beau être fatiguée, je ne pourrai jamais oh grand jamais m'endormir en souffrant d'une telle douleur. Personne ne pourrait. J'ai l'impression que chaque muscle de mon corps crie souffrance et ne demande qu'à être soulagé. J'ai l'impression que tous mes nerfs sont à vif. Sauf que tout à coup, tout devient noir et je ne ressens plus rien.
    Ai-je vraiment perdu connaissance ou suis-je tout simplement morte là ? J'espère que ce n'est pas ça la mort... Je ne veux pas être enfermée une éternité dans une pièce où on ne voit rien, enfin... Est-ce bien une pièce ? Ou suis-je ? Je ne sens plus mon corps, je ne sens plus rien. J'ai l'impression d'être en train de flotter sans but précis, sans destination. Je ne vois rien et je ne suis pas maître de mes mouvements. Qu'est-ce que c'est que ça ? J'ai peur, très peur...
    Au fur et à mesure que le temps passe, je pense à ma vie... A tout ce que j'ai vécu... Je repense à ce beau jour où Jordan m'a invitée au bal... Ce beau jour où j'ai eu la chance de sentir ses lèvres contre les miennes... Je repense aussi à cette nuit qu'on a passé ensemble.. Je dirai même que c'était la plus belle nuit de ma vie... Rien ni personne n'égalera jamais ce degré de bonheur... Même Sand, aussi doué qu'il pouvait être à l'époque, n'aurait jamais su provoquer cette chaleur, ce bonheur.. En parlant de lui, je repense aussi à cette période sombre de ma vie.. Cette période que j'aimerais oublier, cette période à laquelle je ne pensais déjà plus... Je repense aussi à Elisa que je n'ai pas vue depuis un bon moment.. Elisa qui aimait tellement martyriser les petits jeunes avec moi, Elisa qui aimait tellement martyriser les autres avec moi, c'est sûrement la fille avec laquelle je me suis le plus amusée... Et Elynn, une fille pleine d'énergie et tellement amusante... Mon dieu mais suis-je vraiment morte ? Je commence à penser au passé... Je ne veux pas revivre le passer, je n'aime pas ressasser le passé, il faut que je sorte d'ici...
    Tout à coup, tout redevient noir, je sens de nouveau la douleur m'envahir.. J'ai mal, très mal. Je sens également le sang qui a séché sur ma peau par endroits, ce qui fait que ça tire d'un peu partout... J'entrouvre un oeil, je ne sais plus ce qui s'est passé.. J'ouvre le deuxième oeil, et essaie de distinguer l'endroit où je me trouve, mais rien n'y fait, je ne reconnais absolument rien...

    « Salut. Moi c'est Antonio, Antonio Salieri mais tu peux m'appeler Tony. C'est moi avec l'Ensorceleuse qui t'ai sortit de ce traquenard. Ça t'arrive souvent ce genre d'histoire ? Bref, laisse toi faire je sais comme m'y prendre pour te soigner. Enfin...si tu veux bien me faire confiance. Sinon je t'emmène à l'hôpital. »

    Lorsque ces paroles retentissent, je sursaute. Je n'avais vu personne arriver, tout à coup je commence tout de même à avoir un peu peur.. Je ne sais pas qui est cette personne, ni ce qu'est cette ensorceleuse dont il parle, je n'ai rien compris, je n'étais pas vraiment là, enfin, plus vraiment là au moment où il a du arriver.
    J'aimerai bien me lever là, me lever et m'en aller, me débrouiller seule, je ne veux pas le déranger, je ne veux embêter personne. Seulement je crois que si je me lève, une de mes jambes ne suivra sûrement pas. Je pense aussi que si j'essaie de transplaner, il va y avoir un terrible accident, parce que je ne pense pas être capable de me concentrer suffisamment. Mais qui est cet Antonio ? Je ne l'ai jamais vu... Est-ce qu'il me connaît lui ? Il ne m'a pas demandé mon prénom en tout cas... Enfin il ne peut pas savoir qui je suis, je n'ai pas de papier d'identité sur moi, je n'ai rien hormis ma baguette magique. Enfin.. Est-ce qu'il a pensé à la récupérer ?!
    J'ai trop mal aux bras pour vérifier mes poches et la trouver, j'ai trop mal pour bouger, j'ai trop mal pour faire quoi que ce soit. Je sens alors une larme de douleur couler sur ma joue. Je n'ai même plus la force de lever le bras pour essuyer cette larme solitaire. J'en suis arrivé à un point légèrement effrayant là...

    « Moi, c'est Lindsay. Et ce genre de situations.. *soupir* ... c'est mon quotidien. »

    C'est vrai qu'il n'a pas idée de qui il a en face de lui cet Antonio... Après tout, je suis Lindsay Andrews, ou devrais-je dire Lindsay Patterson. Celle qui a perdu ses parents adoptifs ainsi que ses parents biologiques à cause d'une prophétie et d'une stupide vengeance. Je suis celle qui a eu une affaire avec le directeur de son établissement... Poudlard. Je suis aussi celle qui est liée au fils de l'ancien seigneur des ténèbres à cause d'une fichue prophétie.. Je suis celle qui a tellement souvent des problèmes...
    Erès aussi m'avait sauvée une fois.. J'étais tellement chanceuse qu'il ait été là, sinon ces gros loubards de moldus m'auraient violée dans une ruelle. C'est dangereux d'être une vélane, très dangereux... Ce pouvoir me pourrit la vie, je n'ai jamais autant rêvé d'être normale que là tout de suite. Je pense que si je n'avais pas été dans ce merdier au départ, je n'aurais jamais eu toutes ces emmerdes maintenant. Depuis ma naissance je suis maudite... J'ai envie de shooter dans un mur là. Enfin, j'ai surtout envie de pouvoir bouger mon corps de ce lit et aller tuer l'enfoiré qui m'a fait ça.

    « Je pense qu'il est plus sage de rester ici. Je ne crois pas que tu m'aurais sauvée pour ensuite me faire du mal chez toi, dans un endroit "caché". Enfin, si c'est bien chez toi, je ne sais même pas... Où est-on ? »

    Je regarde une fois de plus autour de moi.. Cette pièce semble propre, rangée, entretenue... Bizarrement, ça fait étrange pour une chambre de mec. Il m'a peut-être déposée dans la chambre de sa soeur pour faire plus discret...
    J'entends alors un bruit venir de mon ventre. Mon estomac qui gargouille... C'est vrai que ça fait un moment que je n'ai pas mangé, et après une journée pareille, j'ai juste envie de manger... Et de boire aussi, ma gorge est extrêmement sèche. Enfin toujours est-il que la priorité, c'est mes blessures... Je me demande combien de temps ça va mettre à cicatriser, l'autre enfoiré à quand même bien enfoncé la lame pour me faire souffrir comme il faut...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Why don't you just die? -Libre : Jade??-   Aujourd'hui à 11:30

Revenir en haut Aller en bas
 

Why don't you just die? -Libre : Jade??-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
19 ans après :: Hors Poudlard * :: Autres lieux * -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit