AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 La conférence ( passage obligatoire )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Maitre Du Jeu

avatar

Masculin
Nombre de messages : 8
Age : 76

MessageSujet: La conférence ( passage obligatoire )    Dim 28 Aoû - 20:20

L’événement était exceptionnel, mais malgré tout il n’avait entraîné que peu d’engouement. Lorsque l’annonce de cette conférence un peu étrange avait été faite elle était devenue le sujet de conversation principal... le temps d’un repas.
Le thème ne semblait pas des plus passionnants, le conférencier était inconnu au bataillon, et l’horaire empiétait sur un des rares temps libres des étudiants, et pour décourager les derniers motivés la météo invitait franchement à se prélasser dans le parc ou se baigner plutôt que de passer une morne heure dans une salle obscure et peu avenante.

Afin d’attirer plus de monde le directeur de Poudlard avait fait annoncer cette conférence dans la Gazette du sorcier, mais il semblait que bien peu nombreux fussent ceux qui trouvaient un intérêt dans
« Les théories et avancées relatives aux voyages spirituels temporels de longues durées » du professeur Azazaël Archibald DOUGHERTY.
Etonnant.

Le professeur se trouvait déjà sur place lorsque le directeur de Poudlard le rejoignit quelques minutes avant le début officiel de la conférence. La salle se trouvait dans une partie peu fréquentée du château, au premier étage, situé au nord. Il n’y avait pas eu de fiche d’inscriptions à remplir, personne ne savait qui viendrait et pourquoi.
Les raisons pouvaient être des plus variées.
Petit à petit certaine silhouettes apparurent pour s’installer sur un des sièges peu confortable.
Un élève maussade dont la punition consistait à faire acte de présence ici.
Un vieillard nostalgique qui avait enfin trouvé l’occasion de se balader une nouvelle fois dans l’école qui avait accueillit les années les plus folles de sa vie.
Un jeune journaliste qui couvrait les évènements dont personne ne voulait s’occuper.
Et j’en passe.


Avec un sourire avenant Azazaël Dougherty souhaita la bienvenue à tous ceux qui avaient trouvé la force de venir jusqu’ici et il leur assura qu’ils ne seraient pas déçus. La promesse semblait difficile à tenir mais personne n’intervint.
Et la conférence débuta.

L’introduction fût académique, rien d’original ni de passionnant. A vrai dire les plupart des théories que l’étrange sorcier exposait étaient dépassée.
Vint le moment où il parla de ses travaux et plus particulièrement de sa création. De la taille d’une pensine, il tenait celle-ci fermement entre ses deux mains.
Sans demander si toute les personnes présentent étaient d’avis de tester l’étrange machine qu’il présenta alors il affirma qu’ils allaient faire l’expérience tous ensemble.
Inutile de se tenir la main ou de psalmodier des heures, Azazaël n’eu qu’une phrase en hébreux à prononcer et un écran de lumière blanche emplit la salle.

Personne n’eu l’occasion de fuir, la machine venait de les englober dans son champ d’action qui se limitait aux êtres vivant dans la salle. La sensation était la même que lorsqu’on transplane mais de manière plus forte, plus profonde, sans douleurs corporelle mais seulement mentale et aussi, si la notion du temps à encore une signification ici, plus longue.
Tous les protagoniste traversèrent les années brutalement, remontèrent le temps vers une époque qui leur était inconnue. Ils se retrouvèrent éparpillés dans le Londres de la belle époque mais le corps qu’ils habitaient n’était pas le leur, ils se ressemblaient certes, et pourtant ils savaient être quelqu’un d’autre.

Ceux qui avaient écouté l’introduction de la conférence sauraient qu’ils se trouvaient certainement dans les années 1900 et qu’ils venaient de prendre la place de leur ancêtre le plus proche génétiquement. Par ce biais ils venaient donc d’hériter de la réputation, des fonctions et des relations dudit ancêtre.
Tout ceci était bien amusant mais … comment revenir en arrière ? Ou plutôt, en avant .. ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard Drack
I'm not really bad... Or good
avatar

Masculin
Nombre de messages : 838
Age : 25
Maison : Better than yours... Slythrin.
Emploi : Arf étudiant ^^
Humeur : Méfiez vous de l'eau qui dort car les eaux calmes sont parfois les plus profondes...

Feuille de personnage
Côté coeur: Anna Fields alias Anna'chou allias Annouille (mais elle aime pas que je l'appelle comme ça alors j'ai rien dit ^^) dis Anna'pashka pour les intimes.
Camp: Les deux
Niveau magique:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: La conférence ( passage obligatoire )    Ven 2 Sep - 15:28

Richard Drack comme la plupart des sorciers lambda était abonné à la gazette du sorcier et au Chicaneur. Il aimait bien décortiquer les articles méthodiquement pour découvrir les non-dit. Ce qui pouvait parfois s'avérait profitable quand il trouvait des informations intéressantes en creusant un peu plus profondément. C'était un de ses passes temps favoris, une sorte de jeu qu'il appelait familièrement sa tombola. Le seul gros problème avec ce jeu était qu'il fallait savoir trier la masse d'information, car la gazette avait cette détestable tendance à noyer le poisson. Mais bon notre jeune sorcier prenait cela avec philosophie en se disant que si c'était trop facile tout le monde aurait accès à ces informations.

Pour en revenir à ce vendredi matin où il lisait tranquillement son journal avec pour seul compagnie son serpent et une tasse de café avec un nuage de lait. Ce fut à ce moment là qu'il tomba sur un article particulièrement intéressant. Son attention remonta d'une flèche quand il vit le nom de Nathan Unless et lieu de cette fameuse exposition/conférence. Le sombre sorcier ne prit même pas la peine de finir son café avant de prendre la poudre de cheminette et d'enfiler sa cape vert forêt. On entendit distinctement « Chaudron baveur ». Encore une fois le jeune homme était partis à la chasse aux informations flairant ici une importante information.

La soirée était bien avancé quand notre sorcier rentra chez lui avec un paquet coincé sous son bras. Prenant à peine le temps de mettre l'eau à bouillir et de se verser un peu de thé avec une pointe de potion tonus qu'il étudiait déjà profondément les théories de ce Dougherty. Le bon vieux Doug (comme l'appelait à présent Richard) avait fait de remarquables hypothèses et si ses recherches s'avéraient justifiées, il pourrait peut être faire de grande (re)découverte ! Ce fut donc avec impatience qu'il attendait de retourner à Poudlard pour vérifier de ses propres yeux la viabilité de ce qu'avançait le sorcier Dougherty.


Le jour J, notre ancien Serpentard prit le temps de bien s'habiller et se présenter. C'était toujours le même rituel, une douche puis vint le moment où il se devait de se raser pour se rendre présentable, avant de s'habiller d'un pantalon sombre, d'une légère chemise blanche et d'un gilet gris rayé. Il commençait à apprécier de plus en plus les costumes moldus de coupe italienne. En sortant pour tranplaner à Pré-au-lard ou les calèches attendaient les visiteurs extérieurs, Richard se surprit à bénir les sorts de rafraichissement, la journée allait s'annoncer particulièrement chaude.

Richard arriva enfin dans la salle où il allait, il l'espérait, agréablement surpris par les fameuses découvertes du vieux Doug. Le jeune homme choisit soigneusement sa place pour avoir une envie d'ensemble de la salle tout en étant le moins remarquable. L'ancien Serpentard n'avait pas beaucoup changé depuis sa sortie de Poudlard. Toujours cette attitude indifférente pleine d'assurance, ce même léger sourire narquois et ses yeux bleu-vert brillant d'un éclat peu commun. Notre étrange Serpentard n'avait pas beaucoup changé si ce n'est la coupe de ses habits plus moldue que sorcière. Peut être le tissu était-il de meilleur facture que ses habituels robes d'école noir mais rien d'extravagant.

Ce Serpentard atypique semblait attendre une personne en particulière, une certaine Serdaigle pour être plus précis. Cette même Serdaigle qui ne laissait pas indifférent notre jeune homme, bien au contraire. Une Serdaigle qui le rendait plus humain pour le meilleur et pour le pire. Un léger sourire illumina brièvement le regard de Richard en s'imaginant la tête d'Hanna s'il s'était finalement décidé de mettre ce chapeau, un accessoire qu'il trouvait particulièrement classe soi dit en passant. Connaissant Hanna comme il la connaissait, il était sûr qu'elle aurait éclaté de rire face à cette nouvelle lubie de son petit ami. Haussant les sourcils d'un air pensif, il sortit sa baguette d'un mouvement du poignet avant de métamorphosé une chaise qui ne manquerait à personne il en était sûr en ce fameux chapeau de feutre d'une couleur gris sombre.
Qui avait dit que Richard était sérieux ?

_________________
RPGiste erratique



Quand les hommes suivent la vérité aveuglément, rappelle-toi que rien n'est vrai...Quand la morale ou la loi bâillonne l'esprit des hommes rappelle toi que tout est permis.


The man of genius or madness ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebastien Ledder
Monsieur FREEDENT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 320
Age : 24
Maison : Bonjour l'UNIVERSITE ou ce qui devrait y ressembler
Humeur : Heureux... toujours

Feuille de personnage
Côté coeur: Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue... (ayeh vous avez la chanson dans la tête ?)
Camp:
Niveau magique:
72/100  (72/100)

MessageSujet: Re: La conférence ( passage obligatoire )    Lun 5 Sep - 0:45

Spoiler:
 

Le parc de Poudlard m'avait manqué. Tout ça m'avait manqué.
Je jette un coup d'oeil autour de moi, les élèves ont l'air heureux, ils profitent des derniers rayons de soleil avant un long automne, les plus jeunes sont dans le coin des bizuts tandis que les habitués ont investi les meilleurs arbres, les endroits stratégiques.
Tout semble parfait mais je ne suis pas là pour l'éclate. Je suis investi d'une mission et pas d'une mission de pacotille, Glenn MacCrosby m’envoie vendre un balais à chiotte au directeur de Poudlard. Je sourit largement en grimpant le long du sentier. Je suis le meilleur vendeur de Grande Bretagne, ceci sera un jeu d'enfant et ce sera drôle en plus.
Et puis peut-être que je verrai du monde ? Je pourrai voir Khloé par exemple.
Oh je sens que ce cher Woodrow va m'apprécier. Je ne peux pas quitter Poudlard sans avoir vendu ce balais à chiotte. Non, j'ai ma fierté, celui qui inventera un objet que je ne peut pas vendre n'est pas encore né, je vous le dit. Surtout qu'il a pas l'air bien méchant Woodrow. J'aurais peut-être du étudier sa biographie avant de venir, il est toujours utile d'en savoir un maximum sur ses clients. C'est moi qui vous le dit. Parole de pro.
Mon air béat a à présent remplacé mon air optimiste, je me sens comme un de ces gosses. Ils ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont. Je ne comprend pas comment Silice faisait pour ne pas aimer Poudlard. C'est juste insensé.

"Conférence blaaaaablaaaablaaa Dougherty"

Dougherty ? Alastrann, ton père est conférencier ? Fallait pas me le dire... Soit, tu peux pas blairer tes parents mais bon. Je hausse les épaules et regarde autour de moi pour chercher les Gryffondor, il pourrait être là,pour me souhaiter la bienvenue, ce serait la moindre des choses... soit, je ne l'ai pas prévenu mais depuis quand c'est une raison, on étudie la divination ici.
La conférence semble sur le point de commencer. En général, j'évitais ce genre de conférence lorsque j'étais à Poudlard, j'avais toujours mieux à faire vous comprenez. Entre le quidditch, les amis, les cours, le violon, les cours... Hum. Les sortis aussi.
Aujourd'hui, c'est différent, je dois voir du gratin et pour voir les gens sérieux autant aller à ce qui semble à peu près sérieux... Oui. Et comme ça, je vais avoir l'air plus crédible en tant que vendeur de brosse à chiotte au yeux du directeur de Poudlard. Oui.
Une longue respiration, on enlève les lunette de soleil, on les colle dans le col de sa chemise et on rentre avec discrétion, bien sur. Discret, moi, toujours. Vous me connaissez. Je n'ai pas le temps de dire bonjour aux personnes debout derrière les chaises que le sorciers se met à causer en hébreux. Fais toi plaisir, vas-y mon gars.

Le sol bouge. Il semble moins... palpable. Je regarde autour de moi mais étrangement, plus personne ne bouge, tous les autres élèves et enseignants semblent figer et ils disparaissent, se volatilisent sous mes yeux. C'est quoi ce bins ? La sensation est étrange, différente du transplanage ou du portauloin ou de la poudre de cheminette. Le vertige me prend doucement puis plus fort, comme une douleur lancinante dans les tempes et je me sens partir en arrière à la renverse.
Je retrouve le sol avec bonheur, mes mains touchent la tourbe. Celle de ma région. Celle de mon enfance.
J'entendis un rire, un rire chaleureux.

- Qu'est-ce tu fiches par terre Mazoé ? Les moutons vont pas aller se chercher et revenir tout seul !

Mazoé ? Qu'est-ce qu'il raconte l'autre ? C'est un nom de fille ! Mais qu'est-ce que je fous en robe ? J'ouvre des yeux ronds.

- Woho ?

Je porte des sabots, je suis en Irlande, mes cheveux sont roux, un homme qui semble me connaitre m’appelle Mazoé, il a l'air rude et a des yeux qui me rappelle quelques choses. Je regarde rapidement autour de moi, je connais cette terre, c'est celle de ma famille, de mes ancêtres. Mais que s'est-il passé ?
Sans réellement réfléchir plus loin, je suis cet homme qui semble comprendre plus que moi et je monte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elynn Lone
La Fée verte ♠ 6ème année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2550
Age : 24
Maison : Slytherin .. What else ?
Emploi : Créer le plus beau bruit après le silence..
Humeur : Joueuse

Feuille de personnage
Côté coeur: N'essaye même pas, tu n'as pas la moindre chance de l'y détrôner.
Camp: Le mal
Niveau magique:
53/100  (53/100)

MessageSujet: Re: La conférence ( passage obligatoire )    Mar 6 Sep - 23:25

    Elynn s’installa confortablement sur l’une des chaises qui n’avait rien de confortable. Bah, ce n’était pas pire que ce à quoi ils avaient droit en cours, par conséquent l’heure ne serait pas plus douloureuse pour son postérieur qu’une heure d’histoire de la magie par exemple.

    La jeune fille ramena ses genoux sous son menton à la manière d’une enfant un peu autiste et laisse son regard se perdre sur le mur qui lui faisait face.
    Elle se demandait toujours pourquoi personne n’avait voulu l’accompagner. Cette conférence avait l’air tellement génial ! Les autres élèves ne savaient pas ce qu’ils loupaient à se prélasser bêtement au soleil alors qu’un sorcier avait peut-être fait la découverte du siècle !
    Vraiment ces jeunes n’avaient aucun sens des priorités.
    En réalité la jeune fille ne savait pas pourquoi cette conférence exerçait un tel attrait sur elle mais elle avait ressentit cette irrépressible envie d’y aller. Ce qui, admetons le, n’arrivait pas souvent.
    Elle se prit à sourire vaguement lorsque quelqu’un vint troubler ses pensées.

    - Lynn … ?

    La jeune fille lança un regard noir au jeune garçon qui venait de prendre place à côté d’elle.

    - Kestuveux microcrétin ?

    Le gamin accueillit ses paroles en rougissant mais il ne partit pas pour autant. Sans demander si la place était libre, car il savait pertinemment que la Serpentarde sauterait sur l’occasion pour l’envoyer sur les roses, il s’assit à côté d’elle.
    Elynn lui jeta un regard en coin avant de se désintéresser de lui. Pour une raison qu’il lui était inconnu le petit poufsouffle lui parlait plus que nécessaire et elle le trouvait même plutôt collant.
    Or elle n’aimait pas les Poufsouffle.
    Sauf Erès.
    Or Erès n’était plus à Poufsouffle.
    Donc elle n’aimait pas les Poufsouffle, y compris celui là.
    Elle regarda toujours devant elle d’un air renfrogné. Avec un telle compagnie, la conférence passerait plus lentement que prévu.

    - Ca t’intéresse vraiment ?


    Inutile de prétendre pas comprendre, cela ne ferrait qu’éterniser une conversation inutile.

    - Quelle question… nan nan j’suis là pour compter les briques dans le mur. Stupide. Tu vas m’dire que t’es là parce que ça t’intéresse pas ?
    - Je suis venu parce que toi aussi.

    Sérieux … Et il disait ça comme ça.
    Elynn voulu rétorquer une comparaison peu poétique sur les chances qu’il avait à essayer de la draguer mais elle se fit interrompre par le professeur Dougherty.
    En même temps ravie et déçu de finir la déplaisante conversation avec son voisin, elle se concentra sur la conférence.
    Nathan quand à lui resta inexpressif jusqu’au moment où la conférence prit une tournure différente.
    Le voyage dans le temps les dispersa tous.


****

Elynn tomba de sa chaise.
En ouvrant les yeux un décor parfaitement inconnu frappa sa rétine. Elle se trouvait dans une chambre meublé de trois lits simples, d’une armoire et d’un bureau devant lequelle le corps qu'elle habitait devait très probablement être assit juste avant qu’elle ne l’intègre et ne le fasse chuter.
Elle avait écouté les explications du professeur avant le voyage et savait par conséquent qu’elle se trouvait dans la peau d’un de ses ancêtres.
Waaaah.

Et donc … qui était elle ?
Elynn regarda ses mains, fortement rajeunit, elle les passa dans ses cheveux en bataille. Puis une pensée traversa son esprit et instinctivement elle descendit ses mains au niveau de son entre-jambe.
Elle n’était plus elle.
Elle était il.

****

Lorsque Nathan prit conscience de ce qui se passait autour de lui une femme claquait des doigts à quelques centimètres de son nez.
Sur le coup de la surprise, il cligna des yeux et recula légèrement, heureusement il était assis sur un muret de briques large à côté d’un sentier et ne chuta pas.
Voyant qu’il sortait de sa rêverie, la femme secoua ses boucles brunes et soupira :

- Ah enfin ! Finis de paresser Flynn. Vient m’aider à préparer le repas, ta sœur et ton père ne vont plus tarder. William, Neal, Lonàn et Kathleen sont déjà à la maison.

Nathan regarda la femme sans comprendre mais celle-ci partait déjà en direction d’un village plus loin. Plus par instinct de survit qu’autre chose il quitta son perchoir et suivit les boucles brunes.

_________________
~ There was a crooked girl & a crooked man and they walked on a crooked mile..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanna Fields
7ème année Serdaigle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1351
Age : 25
Maison : Ravenclaw of course
Emploi : Ombre & Animagi ça prend du temps :p
Humeur : Bonne mais Nostalgique

Feuille de personnage
Côté coeur: Toi, toi, toi ... R.D =)
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
62/100  (62/100)

MessageSujet: Re: La conférence ( passage obligatoire )    Lun 12 Sep - 23:07

Hanna venait de passer la porte quand elle aperçut une masse de cheveux noirs qui ne lui étaient pas inconnus. Richard était entrain de trifouiller quelque chose qu’Hanna ne pouvait qu’entrevoir. Au bout de quelques secondes il posa un chapeau en feutre gris sur sa tête. Un sourire perça sur les lèvres de la jeune serdaigle. Elle n’avait pas vu Rich’ depuis longtemps. Maintenant qu’il était parti de Poudlard, elle se sentait extrêmement seule. Elisa, Linds, Rich. Tous avaient fini leurs études à Poudlard. Il ne restait plus qu’elle. En dernière année.

Hanna avait en partie décider d’assister à la conférence d’Azazael Dougherty en partie pour voir Richard. Le titre de la conférence attisait cependant sa curiosité. « Les théories et avancées relatives aux voyages spirituels temporels de longues durées ». Voyage dans le temps ? Intéressant. Il n’en fallait pas plus à Hanna pour se lancer dans des recherches approfondies sur le sujet et son initiateur. Comme toute serdaigle qui se respecte, Hanna se plongea dans de nombreux ouvrages jusque tard dans la nuit. Le professeur Dougherty était relativement inconnu du domaine scientifique. Seules quelques lignes dans un bouquin étrange. Date de naissance, vagues informations sur ses recherches. Le voyage dans le temps. Il occupait toujours l’esprit d’Hanna quand elle s’endormit.

Le lendemain, elle se prépara pour la conférence. Robe bleue et chaussures à talons. Un peu de maquillage et la voilà partie. Ses découvertes (ou plutôt son absence de découvertes) la rendaient perplexe. Une conférence comme celle-ci au sein de Poudlard ? Quel lien avec les cours ? Le directeur avait été très vague. Blabla … Conférence… Bref. Une conférence sur la voyage dans le temps. Oui. Mais pour faire quoi ?

Cette question occupait toujours les pensées d’Hanna quand elle passa la porte de la salle du 1er étage qui accueillait la conférence. Elle s’approcha en silence de Richard et l’embrassa sur la joue avant de lui sourire. C’était la première fois qu’il revenait à Poudlard depuis la fin de ses études. Hanna s’assit à ses côtés et l’embrassa avant de lui demander des explications concernant le chapeau qu’il portait sur la tête.

Peu de temps après, la conférence commença. Le professeur Dougherty commença par se présenter et souhaiter la bienvenue aux rares élèves qui avaient fait le déplacement. La majorité de l’assistance buvait maintenant les paroles d’Azazaël Dougherty. Il leur présenta une sorte de grosse casserole (excusez la comparaison) qu’il décrivait comme sa création. Hanna ouvrit des yeux ronds. Comment diable une si petite chose pouvait elle faire voyager quelqu’un dans le temps ?

Elle n’eut même pas le temps de penser à la fin de sa question qu’un éclair blanc surgit de la machine. L’espace d’un instant, elle se sentit soulevée du sol. Sa tête semblait prête à exploser. Après quelques minutes interminables, la lumière blanche s’estompa.

Hanna ouvrit les yeux. Son corps était tout engourdi. Un métal glacé entrait en contact avec sa joue. En observant son environnement, elle remarqua qu’elle se tenait dans une … CAGE SUSPENDUE? Mais la jeune fille n’était pas au bout de ses surprises. Elle portait une coiffe d’un bleu électrique entouré d’or, pleine de plumes et un costume assorti (une petite jupe et une sorte corset). Mieux encore. Des dizaines et des dizaines d’yeux la fixait. Comme s’ils attendaient quelque chose. Et soudain un hurlement :

- SAPHIR !!

Puis 2 puis 3. Hum. Saphir, saphir ? Qu’estcequec’estqueça ? Hanna n’osait pas se relever et affronter les centaines d’yeux pointés sur elle. La clameur emplissait maintenant le chapiteau.

- FAITES LA DESCENDRE ! cria quelqu’un.

La jeune fille sentit alors la cage descendre vers le sol. Hanna ferma les yeux, préférant paraitre inconsciente plutôt que d’avoir à affronter tous ces gens. De plus, elle n’était pas vraiment vêtue correctement.
Une fois au sol la même personne qui avait demandé qu’on la descende s’adressa à elle.

- Gabriele ! GABRIELE ?

Hanna restait pourtant immobile. Gabriele ? Mmmmmh. Qui était donc Gabriele ? Visiblement l’ancêtre dans le corps de laquelle elle venait d’être téléportée. Et cet ancêtre était apparemment une moldue, une sorte de danseuse de cabaret.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebastien Ledder
Monsieur FREEDENT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 320
Age : 24
Maison : Bonjour l'UNIVERSITE ou ce qui devrait y ressembler
Humeur : Heureux... toujours

Feuille de personnage
Côté coeur: Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue... (ayeh vous avez la chanson dans la tête ?)
Camp:
Niveau magique:
72/100  (72/100)

MessageSujet: Re: La conférence ( passage obligatoire )    Dim 8 Avr - 23:34

Mazoé. Mazoé. Je suis Mazoé.
Je suis Mazoé. Je passe ma main rugueuse sur mon visage, regarde l'homme qui est devant mon et continue à bougonner. Son regard essayent d'être colérique mais me donne juste envie de sourire ou de rire. L'homme ridé qui est devant moi est de ces paysans pas méchant mais la plupart du temps bougons. Pourtant ils me regardent avec compassions et amour. Aucun doute, c'est mon père.
Un père qui m'aime voilà qui me change. Sans réfléchir, mes pieds ensabottés se mettent à remuer et je continues à monter en direction des moutons tachés de rouge, mon corps connait le chemin, c'est une habitude. C'est normal.
Je sais ou je suis. A proxiùativement qui je suis. Et je ne suis pas dans le présent. Quelle phrase étrange, « je ne suis pas dans le présent », bourrée de contradictions.

- Arrête de rire toute seule et accélère. Va y avoir un grain ce soir.

L'homme balance son visage rugueux vers sa droite et je regarde dans cette direction. Mes yeux ce pose sur l'océan agité. Baaa. Baaa. Baaa. Les moutons, la tête dans tous les sens nous regardent avec leur yeux carrés et je me met à courir de l'autre coté pour essayer de les coincés comme j'avais vu faire dans les films quand j'étais petit. Malheureusement « Babe » n'apprend pas à être fermier. Ni fermière. Et la technique ne semble pas efficace. Ma course ne fait qu'éveiller la peur chez les mouton.
Baaa.
Baaa.
Baaa. Baaa. Baaa. Blah Blah Blah.
Ces stupides mammifères se répandent dans tous le pré et mon père se met à gueuler.

15 minutes plus tard. Les bêtes (enfin rassemblées) redescendent dans la vallée et alors que de grosses gouttes commencent à tomber de nuages que je ne connais que trop bien, nous avons presque finis.
Baaa. Baaa. Baaa.
J'imite les moutons. Mon père rit. J'aime cet endroit. Mon rire se mêle au sien alors que nous rentrons dans notre petite maison. Une femme s’adresse à mon compagnon de route.

- Connor ! Regarde ta fille, elle est trempée.
- Elle n'a fait que rire et dispersé les moutons, nous aurions évité la pluie si elle n'avait pas...
- Tut Tut.

Un sourire s'étendit sur mon visage et sans que je n'ai le temps de réfléchir ou d'esquisser un mouvement, un masse m’attrapa par le flanc et me renversa sur le sol. Je levai les yeux et vis un jeune homme. Un frère ?
En fait. Non. Un frère et une sœur. Et ils ne sont pas seuls. Nous sommes une fratrie de 3...4...5...6.
Cool.

- Mazoé, va te sécher les cheveux.

Je hoche la tête sans savoir ou je vais bien pouvoir me sécher les cheveux. Et d'un coup, la vérité me tombe dessus. Je ne suis pas une fille. Je ne suis pas Mazoé. Je ne sais absolument pas ce que je fiche ici. Ni « quand » je suis. Je suis Sébastien Ledder et je suis paumé comme dans un rêve mais pour l'instant le tout m'a l'air fun.
Je vais juste essayer de me taire pour ne pas trop dire de truc qui ne pourraient pas sortir de la bouche de … Mazoé.
Me taire.
Comme si c'était mon fort.
A TAAAAAABLE.
Repas de famille. Je balance mes sabot dans un coin de la pièce et sotille jusqu'à la table sous le regard de ma mère. Bon, il faut que je sache en quelle année nous sommes et au moins dans quel siècle nous sommes.

- C'est quand qu'on fait la fête d'anniversaire du coup ?


Nous sommes 8... un anniversaire doit bien être bientôt... J'y crois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sye Dayma



Masculin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Maison : Serdaigle
Emploi : Directeur de la maison de Serdaigle. C'est déjà suffisamment fatiguant comme ça, sérieusement.
Humeur : Réveillé après un long sommeil. Car n'est pas mort ce qui a jamais dort...

Feuille de personnage
Côté coeur:
Camp: Aucun des deux
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La conférence ( passage obligatoire )    Mer 12 Fév - 3:29

Le voyage dans le temps est un sujet qui m'a toujours fasciné. Énormément même. Je trouve la théorie de ce sujet passionnante, et j'ai lu quelque bouquin dessus. Je ne m'y suis pas réellement plus intéressé que cela au final, mais j'ai essayé pendant quelques années de mettre la main sur un retourneur de temps. Je n'ai jamais réussis, malheureusement. Que ce que ça aurait pu m'être utile pour dormir et aller en cours en même temps quand j'étais encore élève. Mais non, fini ce temps là. Maintenant je suis prof'... Ouais, en fait, ça me serait toujours utile, faut que je demande au directeur s'il n'en aurait pas un qui traine, par hasard, uhuh. Ce serait pratique quand même. Très. Je pourrais dormir en allant en cours. Les rêves ne changent pas, on les adapte juste à son âge.
Bon... La conférence... J'ai reconnu Elynn installé là bas. Étonnant de la voir là, mais pourquoi pas. Même elle peut avoir envie de suivre une conférence sur le voyage dans le temps. J'ai vu Nathan, du coin de l’œil, aussi. Je ne l'ai pas trop approché, et je suis resté assis dans un coin de la salle, prêtant plus attention au discours de ce cher intervenant qu'autre chose. Il parle de théories... Euh.... Dépassées. Depuis 118 ans. Environ.  Mon dieu, même moi je suis plus à jours que lui sur les théories du voyage dans le temps, comment on a pu le laisser faire une conférence sur le sujet ? Il a 118 ans de retard, je peux même vous citer les articles du London Journal of Time Travel qu'il cite, revu très sérieuse sur le sujet... QUI A CESSE D'EXISTER EN 1960 ! … Oui, j'ai ces numéros et je les ai lu. Ce sont les numéros six, huit, et neuf. Datant de... Mhmm... dix-neuf-cent... Dix-neuf-cent-un, au pire, je dirais. Il est carrément à la masse... C'est bizarre. Et le voilà qui se met à parler de machine qu'il aurait créé. Et qu'il la tient dans ses mains. Et qu'il voudrait nous en faire une démonstration sans demander l'avis de personne dans cette salle. Et qu'il va vraiment le faire... Et... Je me lève aussi vite que je peux, tend le bras vers lui, et crie.


« NAAAAAAAAAAAAAA... »


Flash blanc. Douleur mentale. Étirement. J'ai l'impression d'être écartelé entre deux réalités différente. Que cela dure. Une éternité même, quasiment. Et c'est long l'éternité, surtout vers la fin. Et d'un coup, je reprends contact avec la réalité. Durement.


« AAAAAAAAAAAN... »

Et je tombe de ma chaise. Par terre, sur le cul, bras tendu en l'air, vers quelqu'un qui me regarde de l'autre côté d'un bureau. Qui me regarde comme si elle avait vu le diable en personne. C'est qui cette nana ?
D'ailleurs... C'EST QUOI CETTE MAIN ? Mon dieu, mais j'ai JAMAIS eu de bague sur la main ! ENCORE MOINS D'ALLIANCE?!... Mais... MAIS... C'EST UNE MAIN DE FEMME ! ARGH, MON DIEU, C'EST QUOI CE BORDEL ? JE SUIS OÙ ?
Reprenons notre calme. Y avait pas de bureau dans la salle de conférence. Juste des bancs et chaises.


« Docteure Dayma... Vous allez bien... ? Nous étions en train de parler et... Vous vous êtes mise à hurler... Euh... Le patient de la... Nan, mais, vraiment, vous allez bien ? On dirait que vous vous réveillez d'un cauchemar. Je sais que mes transmissions vous ennuient parfois, mais tout de même Hëthiel Lydwin Dayma, vous pourriez me faire le plaisir de ne pas vous endormir pendant... »

Attendez. Attendez, attendez, attendez... Elle m'a appelé comment l'aut' grognasse en blouse blanche qui ressemble à une infirmière de St-Mangouste avec une tenue d'il y a un siècle ? Hëthiel Lydwin Dayma ? Mais... Hëthiel Dayma... C'EST LA MERE DE LA MERE DE MA MERE ?! Oh bon dieu.
Sa machine à voyager dans le temps marche. Mais pas dans le sens qui m'intéressait personnellement. Oh bordel. J'me suis réincarné dans la seule ancêtre de ma famille à cette époque qui me ressemblait à peu près. La seule à avoir la même caractéristique que moi. Ses cheveux. Et sa métamorphose. Bon dieu. Nan... Bon, vous me direz, les autres choix sont pas fameux en 1900.
Y a même pas encore ma grand mère. Elle ne naitra qu'en... Mhmm... Dix-neuf-cent-cinq. Son mari, je ne connais que son nom. Et en fait, je connais aucun autre membre des autres branches de ma famille.
Du côté de mon père, la famille a toujours été très discrète. Et les branches absorbé par les familles Dayma et Génésis, j'en ai jamais entendu parler. Mais... Attendez... Hëthiel n'était pas seulement médecin... Elle avait une autre occupation, elle était... Elle était... Rah... Je ne m'en rappelle plus.


« Euh, non, non, excusez moi, euh... »

Rapide coup d’œil sur son badge pour capter son nom, Elénore, bien, okay, d'accord. J'suis vraiment plus à mon époque moi, qui appellerait son gosse comme ça ? Je vous le demande moi ? Tss... Parent indigne. Franchement. Jamais j'oserais, c'est... Roh...

« Oui, donc non, excusez moi Elénore, vous pouvez reprendre ou vous en étiez ? »

« Le patient de la 18, il est fiévreux docteur, nous avons essayé les compresses et gant de toilette, mais... »

« Oh, bah, administrez lui une dose de pénicilline, ça... »

Regard interrogateur, voir carrément interrogatif de l'infirmière en face de moi. Quoi ? Que ce que j'ai dit encore ? Oh... Oh merde. Pénicilline, découverte en 1928, après la première guerre mondiale. Utilisé qu'à partir de 41/43. Oh. Merde. Bon dieu, mais je connais rien de la médecine du début du 20ème siècle moi. Merde. Hé puis... OU SONT LES AUTRES ?

« … Écoutez, je sais que vous savez comment le traiter, vous avez l'habitude, ne vous sentez pas obligé de venir me demander mon avis quand vous êtes sur de votre traitement. Enfin, à part si ça risque de tuer le patient. Allez y maintenant, je viendrais constater cela plus tard par moi même! »

Ouais, sort, c'est cela, sort. Elénore Pomfresh. Tient. Pomfresh... Y avait une infirmière de Poudlard qui se nommait comme ça pendant la crise Voldemort, seconde du nom... Oh. Les joies de la découverte historique. Que ce qu'on s'amuse dites donc.
Bon. Se relever. Fait. Bien. Se regarder dans la glace. Okay. Cheveux long, mais attaché en queue de cheval haute, bleu, comme moi. Pas mal. Cool. Tailleurs, relativement chic, blouse de médecin début du siècle, un pantalon noir dans une matière inconnu, progressiste mamie, un pantalon... Une... Montre à gousset ? Trop cool, j'adore ça. Une veste, jeté sur la chaise derrière moi. Bien, bien, bien. Ah, une baguette, dans une poche.
Okay. J'la prends, je teste un sort de lumos, tout simple. La baguette grogne un peu, mais agit. Okay. Bon. Elle m'est pas totalement adapté. Tant pis, faudra faire avec.


« Bon... Hëthiel... Si on allait voir dans quoi on s'est fourré toi et moi ? Hein ? Ouais, faisons ça ! »

Et je me dirige vers la sortie après avoir passé ma veste, souriant, j'ai laissé trainé un mot disant que je devais m'absenter. De toute façon, s'moi la doctoresse, non ? Ça devrait inciter les gens à pas trop me chercher d’ennuis. C'était sacrément respectable à l'époque, docteur. Allez, en route, allons nous balader ! Et tâchons de retrouver nos camarades. Elynn, Sand... Et les aut' même si j'les connais pas. Doit y avoir un moyen de les trouver, j'suis sûr. Et p'tet... D'aut' trucs.
_________________

« N'est pas mort ce qui à jamais dort, Et au cours des siècles peut mourir même la Mort. »

Le Necronomicon, petit livre de référence pour tout bon petit sorcier un peu fou.
(A ne pas mettre entre toutes les mains.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La conférence ( passage obligatoire )    

Revenir en haut Aller en bas
 

La conférence ( passage obligatoire )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
19 ans après :: Intrigues :: Retour vers le futur -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit