AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Lun 24 Sep - 0:42

Un tour de la maison, en soi, ça ne devait pas poser de soucis… C’était sans compter ce qui se tramait dans mon ventre et dans mon cerveau. Tous mes sens étaient en éveil constant, tout semblait plus fort, plus grand: surdimensionné. Je franchis la porte en courant et derrière moi le russe me suivait en criant des trucs vraiment bizarres que je ne cherchais pas à comprendre: je restais focalisé sur mon objectif, le tour de la maison… Et j’avais pas envie de perdre 10 gaillons. Je pris un bon rythme et commençais à courir assez vite pour voir les gens en flou, mais ça ne me semblait pas assez, j’avais l’impression d’être au minimum de mes capacités… J’accélérais donc et les gens devinrent des traits lumineux sur mon passage, comme des feux d’artifices… Les lumières me criaient des « ouaaaaaais » quand je passais, ou d’autres trucs bizarres. Je relevais la tête vers le ciel, continuant de courir quand une lumière filla au dessus de moi avant de disparaître. Je revis cette même lumière quelques secondes plus tard, et la lumière se transforma en Riri. Tout surpris je lui demandais avec un grand sourire

« Wahhhh Ririiii! Comment t’es arrivé là?
-Ben... j’suis sur un balai donc je vole, mais on s’en fout, qu’est ce que tu fabriques?
-Waaah tu voles! Moi je cours, c’est génial mec, ya plein de lumières partout! On se croirait à l’anniversaire de la mort de Voldemort!
-Il a parrrrié avec moi qu’il ferrrrait le tourrrr de la maison aprrrès avoirrr prrrris trrrrois verrrres du cocktail blanc et une pilule verrrrte »

Je tournais la tête vers la voix qui était sortie de nulle part, je compris que c’était le Russe avec qui j’avais parié. Il était encore là? C’était fou.

« Okaaaaay, Matt, t’as conscience quand même que la maison elle s’agrandit là?
-Ah bon? Bah faut que je courre plus vite alors! A toute Riri! »

Sur ce j’accélérais encore, je ne voyais plus que les murs de la maison, mes seuls repères, mes phares pour me guider vers le chemin de la victoire. J’avais toujours adoré les paris, celui là était trop simple pour que je le perde. J’accélérais toujours plus, je vis d’un coup quelque chose se mettre en travers de ma route. Je ralentis un peu, me rendant compte que j’étais quand même relativement essoufflé, et plissais les yeux pour voir ce sur quoi j’étais en train de foncer… Hmm c’était un être vivant puisqu’il bougeait, un être humain… Ohhh Siliiiice! Ca faisait trop longtemps que je ne l’avais pas vue elle! Tout content de la voir je continuais à bonne allure jusqu’à arriver à son niveau et d’entendre le russe me dire que j’avais gagné.
Arrivé devant Silice, elle s’approcha doucement de moi et posa sa main sur mon épaule. Ce geste eut l’effet d’une décharge électrique. Je restais bêtement à la regarder, à la contempler, tout en récupérant mon souffle…

« Matt, ça va? 
-Sérieusement? Je me suis jamais senti aussi bien depuis…. Depuiis euh… Enfin voilà. Ehhhh lui! Il me doit 10 gaillons! Tu pourras me dire demain qui c’est qui me doit 10 gaillons? Parce que jsuis pas sûr de m’en rappeler, j'ai du mal à reconnaître les russes, c'est comme les chinois... Trop blonds. »

Je réfléchis un moment… Et si Silice ne s’en rappelait plus? Bah au pire 10 gaillons, ça me tuerait pas non plus.
Mon regard était toujours rivé sur Silice. Jamais elle n’avait été aussi belle qu’en cet instant. C’était peut être à cause de l’alcool et de la pilule, mais je le pensais vraiment… Je posais une main sur sa hanche tout en la fixant droit dans les yeux. Et là, je n’avais plus aucun doute sur ce que je sentais, sur ce que je voulais. J'avais l'impression que plus rien n'existait autour de nous, qu'il n'y avait que Silice, la nuit, et moi.

« Eh, tu sais quoi? J’ai pas envie d’être ton ami, ton frère ou une autre connerie du genre. »

Je lui adressais un grand sourire, l’attirais vers moi et l’embrassai longuement. Puis je me détachais d’elle au bout d’un moment

« J’espère que tu m’en voudras pas demain, je saaais que j’t’avais promis hein mais ya des trucs que je promets et que je devrais pas parce que je sais d’avance que ce sera pas possible… J’ai essayé hein, mais… mais merde, voilà. »

Et puis au pire, je me prendrai une claque dans la tronche, comme les 80 autres claques que je me suis déjà prises. Une claque n'a jamais tué personne, j'en suis la preuve vivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Lun 24 Sep - 9:44

Je n'avais toujours pas vraiment compris ce qu'il se passait, de plus mon esprit devenaient flou... rien ne semblait plus cohérent et pourtant tout semblait si logique. Très logique. Matthew était là la respiration légèrement coupée mais ne semblait pas s'en rendre compte, il devait sans doute avoir l'impression d'être un surhomme. Il avait pris une pilule verte donc pour l'instant rien d'anormal. Je ne comprenais toujours pas ce qui l'avait autant fait courir mais lorsqu'il me sourit, je lui souris.
Dans un coin de mon esprit, j'étais persuadée que des dizaines de personnes dont une douzaine de connaissances devaient nous voir et même nous regarder mais mes yeux ne les voyaient pas. La nature est bien faite. Lorsque je demandais à Matthew s'il allait bien, il sembla surpris.

- Sérieusement? Je me suis jamais senti aussi bien depuis…. Depuiis euh… Enfin voilà. Ehhhh lui! Il me doit 10 gaillons! Tu pourras me dire demain qui c’est qui me doit 10 gaillons? Parce que jsuis pas sûr de m’en rappeler, j'ai du mal à reconnaître les russes, c'est comme les chinois... Trop blonds.

J'explosai de rire et cherchai l'homme en question, les yeux du russe se posèrent sur moi et il me sembla le reconnaître... russe... sans doute un ami d'Alexey ou l'une des personne avec qui j'avais fait des concours de vodka il y a... des années. Peu importe, je m'en fichais un peu même si je mettais cette information dans un coin de mon cerveau, ce n'était pas l'essentiel. L'essentiel était devant moi pas vrai. L'essentiel était cet homme qui devait se sentir invincible et heureux.
L'image du russe s'effaça peu à peu de mon esprit alors que je fixais mes yeux sur Matthew.

- Eh, tu sais quoi? J’ai pas envie d’être ton ami, ton frère ou une autre connerie du genre.

Je hochai la tête vigoureusement, totalement d'accord. J'avais été stupide en prononçant une telle requête il y a deux mois même si ça me semblait la meilleure chose à faire à ce moment-là. Matthew m'attira vers lui et je ne fis rien pour l'en empêcher. Il m'embrassa longuement, je lui rendis son baiser, j'en avais eu envie toute la soirée, depuis la fin du match sans doute même avant que je ne l'aperçoive dans le stade. Rien d'autre ne semblait exister. Il n'y avait que cette avalanche de sensation, lui et moi. Un cliché. L'amour ? Je relativisai comme je le pouvais : l'alcool et la drogue devaient avoir jouer un rôle dans l'affaire.

- J’espère que tu m’en voudras pas demain, je saaais que j’t’avais promis hein mais ya des trucs que je promets et que je devrais pas parce que je sais d’avance que ce sera pas possible… J’ai essayé hein, mais… mais merde, voilà.

Je le regardais sans réellement comprendre. Promesse. Impossible. Essayer. Whaaat ? Hein ok d'accord. Je voulus répondre par une remarque juste et intelligente, drôle même... si possible, soyons fou mais je savais pertinemment que les mots n'allaient pas sortir dans le bon sens. Je préférais donc hocher la tête, poser une main sur sa nuque l'autre sur son dos sous son t-shirt et l'embrasser.
Baaam, j'avais trouvé une nouvelle drogue.
Je me détachai de Matthew presque contre mon gré et lui souris.
Presque aussitôt, le grand blond dont je n'avais toujours pas retrouvé le nom tapota sur l'épaule de Matthew. Nous n'étions pas tous seul. D'ailleurs le rire de Riri était toujours présent.

- Je te dois 10, tiens... si j'avais su que t'étais le copain de Young, j'aurrrrrais su que tu tenais l'alcool.

Il avait l'air dépité mais tout de même bon joueur et donna les dix gallions à Matthew et me lança un sourire. Goodbye Vladimir ou Dimitri ou... jenesaisplus qui. Riri pris sa place, toujours sur son balais.

- Doooonc vous êtes ensemble, bon c'est ce que j'avais cru comprendre mais bon maintenant c'est plus du tout secret... je crois même qu'il y a une journaliste dans le coin, c'est un coup à ce que ça se retrouve dans le journal... quoique, ta chute fera sans doute bien plus vendre. Enfin, je dis ça... bien joué Matthew, tu sais que tu vas être mort demain Non vraaaiment mais c'est pas grâve, là tu dosi et sentir invincible et carpe diem mec. On boit ? On danse ? On...

Riri continua à parler mais je ne l'écoutais plus malgré le sourire que je lui lançai. Je regardais Matthew, essayais de savoir ce qu'il voulait faire mais lorsque Riri fit voler quelques verres devant moi, je ne tiquais pas et les bus tous d'un trait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Lun 24 Sep - 18:27

Silice n'avait rien fait d'autre que de rire et d'hocher la tête jusqu'ici... Peut être qu'elle était devenue muette? Mais est ce que les muets rient? Naaan, ils sont muets, c'est pas que pour les mots, si? Ou alors p'tetre qu'elle attendait que je m'explique encore... J'essayais de réfléchir mais bien vite cette tâche me sembla impossible... En fait j'avais l'impression de penser sans savoir ce que je pensais. Au final, Silice m'embrassa de nouveau et toutes mes soi-disant pensées s'en allèrent ailleurs. Le langage universel, comme on dit. Quand je rouvris les yeux, j'eus une sorte d'état second où l'impression d'être en dehors de mon corps me saisit. Je voyais tout comme si je regardais dans des jumelles à l'envers. Je me sentais le maître du monde, comme si je pouvais faire tomber des murs à moi tout seul, comme si personne ne pouvait m’empêcher de vivre. Je me sentis cligner des yeux, comme au ralenti et une apparition soudaine me fit sursauter. C'était un grand type blond qui avait remplacé Silice... Oh well.
D'un coup j'eus un doute. Dieu sait que sous l'emprise de stupéfiants je fais des choses bizarres. Pendant une demi seconde je me sentis complètement lucide, sobre, clean, et j'en profitais pour chercher Silice des yeux autour de moi… juste à côté, tout va bien, j'ai pas embrassé le russe.

« Je te dois 10, tiens... si j'avais su que t'étais le copain de Young, j'aurrrrrais su que tu tenais l'alcool. »

Je souris au type, fourrais les pièces dans ma poche et lui tapais sur l’épaule en signe de remerciement. Une chose de moins à penser. Un rire se fit entendre quelque part et ce fut comme un déclic, je retombais dans mon état d’errance… Riri était sur son balais, toujours mort de rire, il semblait avoir la meilleure mine du monde.

« Doooonc vous êtes ensemble, bon c'est ce que j'avais cru comprendre mais bon maintenant c'est plus du tout secret... je crois même qu'il y a une journaliste dans le coin, c'est un coup à ce que ça se retrouve dans le journal... quoique, ta chute fera sans doute bien plus vendre. Enfin, je dis ça... bien joué Matthew, tu sais que tu vas être mort demain? Non vraaaiment mais c'est pas graave, là tu dois et sentir invincible et carpe diem mec. On boit ? On danse ? On... »

Comment ça c’est plus du tout secret? Ya du monde autour? Je jetais un coup d’œil furtif derrière moi et les découvris, tous ces gens… Wahh, ils sont là depuis quand? Je me retournais vers Riri en pensant que je finirai probablement la soirée dans un état lamentable et que le lendemain serait rude. Juste après, quand il évoqua la journaliste je fronçais les sourcils… Pourquoi une journaliste s’intéresserait-elle à ma vie? Ahh mais oui, Silice… J’avais du mal à me faire à l’idée qu’elle soit une espèce de star… Ca collait pas bien avec l’image que je me faisais d’elle. Et je ne la voyais absolument pas faire comme toutes les icônes du monde sorcier, à poser en couverture de Sorcière Hebdo, ou même à côté de son balais à faire des petits clins d’œil à l’objectif… Nan. C’était pas Silice ça… Peu importe. La journaliste n’avait pas sorti son appareil et elle devait être aussi déchirée que moi avec tous ces grands fous. A vrai dire, je doutais même d’être le plus clean de tous, en soi je n'avais pas énormément bu, c'était surtout la pilule verte qui me faisait délirer. En parlant de boire, Silice descendit trois verres d’un coup, et je réalisais qu’un verre ou même deux ou trois seraient les bienvenus. Riri, que je n’écoutais plus depuis un moment, s’arrêta de parler et son regard passa successivement de Silice à moi.

« Wouhouuu vous m’écoutez?
-Hein?
-J’ai diiiit, qu’est ce qu’on fait?
-On va dedans, et… Ohhh! C’est quoi ça? »

Un verre flottait à côté de moi, il avait une couleur… indéterminée. C’était le mot. C’était même pas franchement engageant mais je me dis sur le coup que ce devait être les effets de l’alcool et surtout de la pilule qui me faisaient voir trouble. Ma curiosité était piquée au vif, je n’avais jamais rien vu de tel, même en tenant un stand de potions depuis deux mois. Sans réfléchir j’attrapais le verre et en avalais la moitié….Qui repartit par terre. Heureusement, j’eus assez de réflexes pour tourner la tête avant de tout recracher. Le pauvre Riri avait évité de peu une douche de trucs indigestes non identifiés.

« Ahhhh mais c’est dégueulasse ce truc! »

Je lâchais le verre avec la seule envie de faire passer le sale goût qui me restait sur la langue. Je fronçais les sourcils quand je sentis que des trucs pas très nets se tramaient dans mon ventre... Puis je fus pris d'une crise de hoquet phénoménale. Riri était reparti dans un de ses accès de fou rire pendant que je sortais ma baguette et lançais un accio à un verre à l'aspect plus ragoutant, à défaut d'eau. Je l'avalais en entier, le hoquet sembla se calmer un peu. C'est au bout de cinq verres que tout s'arrêta... Mais forcément, j'y voyais encore un peu moins net.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Lun 24 Sep - 19:07

Je me sentais heureuse, joyeuse. J'étais au stade ultime de la boisson, au moment où l'on ne sait plus réellement ce que l'on fait mais où 'on s'en fiche comme de notre première chaussette. A ce moment où l'on est pas malade et où l'on sait que au pire... on sera mal plus tard mais au fond, on s'en fout, non ? La musique résonnait dans mon esprit et mes yeux passaient sur chaque visage présent à moins de trente mètres. Mon cerveau semblait reconnaitre de nombreux visage sans arriver à mettre un nom dessus. La musique commençait à me prendre au corps comme à la grande époque des bals de Poudlard où le directeur s'était fait frappé par un élève qui s'avérait être mon meilleur ami. J'avais envie de danser comme lorsque Ziv faisait des concerts dans des salles underground ou lorsque je me retrouvais défoncée dans une soirée. Un peu comme maintenant d'ailleurs.
Riri semblait légèrement frustré, ni Matt' ni moi ne l'écoutions. A vrai dire Matthew semblait bien plus fasciné par un verre donc il vida le contenu avant de le recracher et de faire passer le goût grâce à une petite centaine de verre. Elegant. Je souris, pas réellement surprise, ce genre de chose arrivait tout le temps. La mixture qu'il avait tenté d'ingérer devait sans doute être un essai de potion raté... le genre de truc qu'on déconseille aux petits étudiants de boire ou de sentir... Bien sûr Matthew ne devait plus être à une ou deux règles de sécurité près.

Soudain une envie de clope me prit. J'en avais envie à chaque soirée. Je fouillais rapidement mon perfecto de cuir et y trouvait un vieux paquet de clope roulée... était-ce vraiment des clopes ? J'en proposais à Matthew et Riri puis les allumais. Je tirais une taffe et sourit, je n'avais aucune idée de ce que je fumais mais ça me faisait du bien. Je pris la main de Matthew puis rapidement quelques doutes surgirent en moi, me tromperait-il ? Pensait-il que nous étions vraiment ensemble ? en couple ? Je repoussais ses questions dans un coin de mon cerveau, espérant qu'elles ne surgissent pas de si tôt. Pour l'instant nous n'étions que deux êtres que l'alcool avaient rapprochée. Oui. Sans doute. Vraiment ?
Je tirais à nouveau sur mon joint-clope-calumet-jenesais quoi et mes interrogations s'évanouirent, partirent en fumée... doucement.
D'un coup, je lâchai la main de Matthew, un poid énorme venait de s'écraser sur mon dos.

- Heeey, donc vous êtes ensemble vous deux, c'est officiel. Tain Sil'... t'aurais pu me le laisser. Je plaisaaaante vous êtes parfaits ensemble. Booon passons aux choses sééérieuses.

Sarah sauta à nouveau par terre et se posta devant moi et me sourit de son sourire franc, celui que j'adorais. Elle avait envie de me demander quelques chose, je le voyais aisément à son regard.

- Oui, j'ai envie de te demander quelque chose... non mais Silice, t'entends cette musique ? C'est noootre musique ! L'autre soir au puub, woooockn'woooooll ! Vieeeens on va danser. Ah oui t'as raison : shooter avant.

J'explosais de rire et comptais jusqu'à trois dans ma tête avant de prendre trois nouveaux shooter. C'était la Sarah que j'appréciais par dessus tout, drôle, attachante, fêtarde et des plus sympathiques. Elle attrapa mes deux mains et commença à me tirer. Je résistai le temps de poser un baiser sur la joue de Matthew puis me laissai aller et fonçai vers la piste de danse en compagnie de Sarah. Tout me semblait flou et coloré, le temps passait tantôt au ralenti, tantôt en accéléré. La musique était entraînante et nous permettait de sauter, tournoyer, rire, courrir, à nouveau danser et tourner, changer de partenaires etc.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Mar 25 Sep - 8:32

Silice sourit alors que j'enchainais les verres pour faire passer le gout de la mixture affreuse... Au bout d'une dizaine de verres, si le hoquet était définitivement éradiqué, j'avais encore cette sensation affreuse dans la bouche... Je m'arrêtais finalement et entrepris de jeter un aguamenti dans mon verre. Peut être qu'avec de l'eau ça irait mieux... Mais je me ravisais, ou plutôt j'oubliais complètement cette idée en voyant la clope que Silice me proposait...
En soi, j'avais arrêté de fumer, et depuis longtemps. J'avais même décidé de ne plus jamais toucher à une clope de ma vie du jour au lendemain, suite à un accident tragique dont j'avais été le témoin. Mais ces prétextes me semblèrent idiots à ce moment précis. Peut être que je commençais à être légèrement imbibé... Néanmoins, j'attrapais la clope que m'offrit Silice sans hésitations et une fois allumée, je tirais dessus longuement. La fumée descendit dans mes poumons, je l’y laissais un instant avant de tout laisser s’échapper doucement… J’eus un doute soudain sur la nature de ce que j’étais en train de fumer… Ca ressemblait au tabac mais il y avait un autre gout un peu bizarre… Tout ce que je sus dès la première bouffée, c’est que c’était bien chargé en nicotine et que mon cerveau y faisait toujours la même réaction: toute la tension se relâcha, même si c’était peut être aussi dû à l’effet placebo, mais toujours était-il que je me sentais encore mieux.
Silice attrapa ma main. Ce geste tout simple me fit oublier que j’avais un goût ignoble dans la bouche, que je ne savais même pas ce qu’il y avait dans ma clope, que j’avais aimé Angela, qu’elle m’avait plaqué lamentablement la semaine dernière, que j’avais toujours pas trouvé d’appart à Manchester, que dans deux jours le boulot reprendrait, que demain je ne savais pas ce que nous allions devenir. Vraiment, en cet instant précis, j’avais l’impression que rien ne pourrait jamais aller mal, mais pensais-je, c’était surement l’un des nombreux effets des stupéfiants divers que j’avais eu l’occasion d’ingurgiter.
Silice lâcha ma main et fit un pas en avant, d’un coup. Riri et moi nous retournâmes, surpris par l’arrivée soudaine de Sarah. Elle semblait avoir repris ses esprits -ou empiré mais dans le bon sens, du moins- par rapport à toute à l’heure. Je tirais sur ma clope en l’écoutant parler.

« Heeey, donc vous êtes ensemble vous deux, c'est officiel. Tain Sil'... t'aurais pu me le laisser. Je plaisaaaante vous êtes parfaits ensemble. Booon passons aux choses sééérieuses. »

Elle retourna par terre et vint se planter devant Silice, toute enjouée, avec un immense sourire.

« Oui, j'ai envie de te demander quelque chose... non mais Silice, t'entends cette musique ? C'est noootre musique ! L'autre soir au puub, woooockn'woooooll ! Vieeeens on va danser. Ah oui t'as raison : shooter avant. »

Je ne compris pas très bien de quoi elle parlait mais Silice explosa de rire. J’adorais son rire. Il s’élevait dans les airs comme une musique fraiche et joyeuse… Oh my god, voilà qu’avec leur trucs je me découvrirai presque une âme poète. Si il y avait un truc pour lequel je n’avais jamais été doué, c’était bien la poésie et les belles phrases tout ça… En même temps c’est pas comme si j’en avais eu trop besoin. Bref.
Sarah me kidnappa ma copine que je regardais partir avec un petit sourire. Je me tournais vers Riri qui bizarrement n’avait pas ouvert la bouche pendant tout le temps où Sarah avait été là… Je fronçais les sourcils après avoir relâché la fumée et lui demandai

« Heeey, ça va toi?
-Heiin? Ah oui oui ça va super, j’étais un peu paumé dans mes pensées là, je crois que j’ai des visions bizarres, enfin bon ça doit pas être super important après tout, on s’en fiche! Au fait tu sais ce que c’est qu’elle nous a refilé Sil? Parce qu’on dirait du tabac à pipe avec un extra de marie-jeanne dans une clope en fait… Et d’ailleurs… »

Il continua de parler et je fus rassuré de voir qu’il n’était pas parti en bad, il n’y a rien de pire que de s’occuper de ceux qui dépriment sous l’emprise de l’alcool, en soirée. Une arrivée interrompit Riri, lequel s’exclama

« Heeeeey Briaaan! T’étais passé où? Ah au fait, Brian, c’est Matt, le copain de Sil’ et Matt, c’est notre batteur, Brian!
-Ahhhh ouaiiis alors c’est toi que j’ai envoyé dans le buisson au début de la soirée! Mec j’suis désolé j’ai pas fait gaffe
-Ohh t’inquiètes, c’était une expérience très enrichissante »

Riri repartit dans un fou rire en expliquant à Brian la tête que je faisais quand je suis sorti du buisson avec toutes les épines. Après le récit de mes aventures, je proposais de se mettre en quête de quelque chose à manger… je mourrais de faim. Brian me suivit mais Riri nous quitta en chemin pour aller voir un des faucons qui l’appelait.

« Et toi tu fais quoi alors dans la vie?
-J’vends des potions à Manchester
-Ah ok… Ohhh des p’tits fours! J’adore ces machins… Prends pas le truc avec l’espèce de fromage bleu, c’est pas top par contre. »

Nous étions à l’intérieur et des tonnes de gens riaient courraient, dansaient… Nous, avec Brian, on était juste plantés devant le plateau de petits fours. Je cherchais Silice des yeux dans la foule grouillante quand je reconnus sa robe. Elle sautillait comme une puce, sa jambe n’avait pas l’air de trop la déranger. Je souris, attrapai un verre et fit signe à Brian de venir mais il secoua la tête… Tant pis!
En chemin, j’avançais sur le rythme de la musique et descendis mon verre d’un trait. Je laissais mon verre repartir tout seul en bénissant la magie. Puis j’arrivais derrière Silice, je lui attrapai la main et la fit tourner. A côté d’elle, Sarah était au top de sa forme et une troisième fille semblait être avec elles, morte de rire. La musique s’adoucit un bref instant puis repartit d’un coup. Je commençai à danser à côté de Silice et je vis Riri arriver de je ne sais trop où accompagné d’un autre type que je n’identifiai pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Mar 25 Sep - 20:00

Je n'étais plus consciente de mes mouvements. Mes actions ne laissaient plus aucune traces dans mon esprit. Je n'avais plus de repère, je dansais avec Sarah, Maria et aussi avec ce type étrange... FIsherman ? Mes jambes ne me faisaient plus souffrir mais me tiraient et semblaient fatiguées. Je n'écoutais pas ses signaux faibles et continuaient. A chaque fois qu'un verre passait devant mon nez, je le prenais comme une invitation à boire et le vidais d'une traite, espérant ne pas être aussi déchirée que Sarah à la fin de la soirée. J'espérais ne jamais retomber dans cette petite existence... ce moment où je ne bois pas, j'espérais ne pas redescendre et danser ainsi pendant des heures avec quelqu'un, avec Matthew peut-être. Puis ma conscience s'effaça au profit de l'alcool et de la musique, je ne pensais plus ni au lendemain, ni au conséquences, ni même à ce qui allaient se passer dans les prochaines minutes et les prochaines heures. Je me concentrai sur ses sensations fortes qui m'encerclaient qui étaient moi.
Je n'étais plus que sensation. Plus de passé ni de futur, juste l'instant. Instantanéité.
Je riais, dansais le rock avec Sarah et ce type à la peau foncée puis dansais en solo quand la musique changea. Chaque parcelle de mon corps ressentais quelque chose et quelque chose d'agréable. J'étais... bien.
Le temps me paressait une valeur abstraite que je ne comprenais plus, est-ce que cela faisait deux heures que je dansais ou seulement dix minutes, je n'aurais pu le dire et je m'en fichais. Que ce plaisir dure 1 minutes ou 3 jours entiers, je ne voyais pas la différence et ne voulais sans doute pas la voir.

On me prit à nouveau la main, je tournai sans me soucier de rien et tombais rien Matthew. Mon sourire s'élargit lorsque je le vis. Il est fou comme une vision peut faire du bien. Je me laissais aller sur le rythme lorsque j'entendis Riri me hurler à l'oreille... Il passa son bras sur mes épaules et repris comme s'il me faisait la discussion. Rien d'étonnant avec lui... les monologues sont sa spécialité mais je me sentais presque mal de faire comme si je comprenais ce qu'il racontait... non pas qu'il y ait une chance que ce fut en quoique ce soit intéressant mais parce qu'il semblait presque attendre une réponse de ma part. Je lui lançai un regard interrogateur ayant simplement envie de d'être avec Matthew lorsqu'il me tira vers le bar. Ok, ça semblait important. J'attrapai la main de Matthew et le tirais à mon tour. J'avais la nette impression que nous jouions à la chenille et que bientot tout le monde nous suivrait.
Ce ne fut pas le cas mais cette idée me fit rire un petit moment puis mon regard s'arrêta sur un plateau rempli de choses à manger à l'air très ragoutant. Je ne me méfiai pas et commençai à manger avant de reporter mon attention sur Riri qui avait, naturellement, recommencer à parler.

-... idée de Ludo ici présent... faire un iiiiimmense match de quidditch dont les règles seraient paaas très claires. On ensorcelerait peut-être les cognard pour qu'ils aillent moins vite ooou qu'ils fassent moins mal parce que personne a trop de reflex là... Oh Briiiiiaaaaaan, reeee, alors j'ai une super idée...

Je n'écoutais plus Riri et regardais Matthew tout en mangeant. L'idée me semblait absolument géniale. J'oubliais toute notion de peur, de blessure ou de danger liée à l'altitude et l'alcool. Je savais qu'il y avait énormément de chances que nous nous amisiooons.

- Wouhou Silice, aaaah Sil. T'es partante ? Franchemnt ça peut être géniale, y a un chinois qui m'a dit qu'on pourrait faire une sooorte d'énoooooorme coussin d'air pour pas se faire en tombant, non mais imagine... trooop envie de tomber moi. Haaa je me sens plus là ooouh, mes mains sont verts. Diiiis est-ce que mes mains sont vertes ? Matthew. MATT, tu joues bien sûr... t'as huuuum la carrure pur être uuun grand batteur, on te l'a déjà dit hein ? Non ? Siii, t'es un peu comme... comme Fisherman mais en mieux enfiiiin... OOOOh mais Silice t'es en robe. Pas pratique. Hey on a qu'à tous se mettre en sus-vêtement comme ça... hooop equaaaality important ça... wichtiiiig je sais plus quoi. NIhaooo what.

Riri partit à nouveau dans un délire et s'éloigna avant de revenir en sautant à pied joints.

- on se retrouve tooous dehors, en calbute ! On pourrait jouer au quidditch avec équipes ou un truc dans le genre si y avait même qu'un tiers d'entre nous qui jouaient. NOoon ? Ah vous trois vous venez en tout cas, obligatoire.

Il repartit et je me mise à rire tout en faisant passer passer les gateaux salé grâce à du porto ou quelque chose qui y ressemblait avant de me tourner vers Brian.

- Comment tu vas toi ? T'es bien tombé aussi !

Il explosa de rire et me désigna les calmants multicolor qui trainait un peu partout et je hochai la tête comprenant parfaitement puis il se mit à parler, s'excuser à moitié de ne pas m'avoir protégé de tous les cognards, puis il rit à nouveau, trinqua avec nous et me demanda enfin si je comptais remonter sur mon balais dans la soirée pour jouer la match du siècle.
J'avais envie de répondre "oui" mais posais d'abord mon regard sur le visage de Matthew et posait ma main sur son épaule.

- Tu veux jouer toi ?
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Mar 25 Sep - 22:35

Un match de Quidditch? Ohh ce serait drôle… à voir, bien entendu. Il était impensable que je vole avec eux… L’idée qu’ils me proposent de jouer me tétanisait. J’essayais de me faire tout petit pendant que Riri parlait… Non, non, non, moi pas jouer, moi pas joueeer… J’étais pas encore assez déchiré pour oublier qu’ils étaient tous des pros et que moi j’étais un peu une sorte d’intrus ici. En plus, vu toutes les saloperies que j’avais ingurgité, mes réflexes étaient réduits à néant…

« … Diiiis est-ce que mes mains sont vertes ? Matthew. »

Je tournais la tête vers Riri avec un sourire et la secouais en signe de négation… Elles avaient l’air plutôt violettes… Ou marron… Mais ça n’avait aucune importance parce que Riri venait d’avoir une sorte de révélation soudaine…

« MATT, tu joues bien sûr... t'as huuuum la carrure pur être uuun grand batteur, on te l'a déjà dit hein ? Non ? Siii, t'es un peu comme... comme Fisherman mais en mieux enfiiiin... »

J’ouvris grand les yeux… mais bien suuuur, moi, batteur au milieu de tous ces fous du Quidditch, déjà que j’étais pas très clean… Fisherman mais en mieux? Heiiiiin? Cette brute de Fisherman? Moi mieux? Blague. Je restais sceptique… En plus si des faucons jouaient j’allais me prendre la honte de ma vie. Les batteurs des faucons sont probablement les meilleurs du monde… Et moi, ex batteur de Serpentard j’allais visiblement m’y confronter… Ou plutôt me faire exploser la tronche sans réserve.

« OOOOh mais Silice t'es en robe. Pas pratique. Hey on a qu'à tous se mettre en sous-vêtement comme ça... hooop equaaaality important ça... wichtiiiig je sais plus quoi. NIhaooo what. »

J’explosais de rire alors qu’il semblait bien parti pour raconter ses délires à d’autres. Ce type en plus d'être génial était vraiment cinglé jusqu'à la moelle. Il revint en sautillant presque aussitôt et nous précisa qu’il nous attendait dehors et que c’était « obligatoire ». Erf… Bon. Je devais me faire une raison. J’attrapai un verre qui flottait par là et une pilule violette et avalai ma « raison » d’un coup en suivant à moitié la conversation entre Silice et Brian. Finalement, elle se tourna vers moi en posant une main sur mon épaule.

«  Tu veux jouer toi ?
-Euhhhh pourquoi pas? Sinoooon… j’peux aussi faire les commentaires? »

Oh la magnifique idée. Brillant, Winslow, brillant! … du moins jusqu’à ce qu’une voix ne s’élève derrière moi

« Oh nooooooooooooon c’est moi qui fais les commentaires! »

VDM.
La personne qui avait dit ça eut l’air d’une longue trainée de couleur jaune quand elle passa devant moi. Je n’avais pas la moindre idée de son identité mais elle venait de me condamner. Mon bourreau était une trainée jaune amorphe. En plus c’était du moche jaune. Bref. J’attrapais un petit four et un shot, j’engloutis le premier et je descendis le second et je décidais finalement que c’était une bonne idée. Je ne sais pas si c’était ma « raison » ou ma vraie raison qui me faisait penser ça, mais l’idée de jouer contre des gens aussi qualifiés m’apparut moins pénible… Peut être parce que j’y étais contraint. C’est en se soumettant aux contraintes qu’on est vraiment libre, après tout… Ouhh la pensée philosphique du jour… Je voulus me la remémorer parce que sur le coup elle me parut classe, genre grand intellectuel mais en essayant de me dire ce que je m’étais dit, je ne sus pas dire ce que je voulais me redire… Hmm compliqué compliqué. Je haussais les épaules finalement avec un sourire

« Boooon bah va falloir me trouver un balai alors?
-Et une batte, aussi, accessoirement…
-Ahh ouais c’est vrai… »

Intelligeeent... Voilà qui commençait bien. Stupid man.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Mar 25 Sep - 23:08

Je le regardais sans doute les yeux brillants puis regardaient Brian en souriant. Brian était bien plus discret que Riri ce qui... pour un batteur est assez notable mais il est aussi le genre de personne sur lequel j'aime compter ce qui est vraiment primordial pour un batteur. Si l'on a pas confiance en ses batteurs, autant rester les deux pieds à terre à siffloter car c'est un coup à ne servir à rien pour l'équipe si l'on se met à voler.

- Euhhhh pourquoi pas? Sinoooon… j’peux aussi faire les commentaires?

Je me mis à rire et lui fit signe que non, j'avais envie de le voir sur un balais d'autant plus s'il fallait jouer en sous-vêtements ! Heureusement, une voix étrange survint de nul part et trancha la question, le poste de commentateur était dejà squatter. Doooommage hein. Je souris plus largement et trépignai, l'idée de remonter sur un balais me ravissait comme d'habitude. J'imaginais mal l'idée de ne pas monter sur mon balais, m'élancer dans les airs ne serait-ce que pour une journée, surtout depuis que j'avais déménagé, quitté Londres pour la campagne où je pouvais m'adonner à la haute voltige autant que je le voulais à l'insu des moldus et sans que personne ne puisse me faire remarquer qu'à chaque seconde je manquai de me briser la nuque. L'adrénaline est une drogue plus forte que tout autre, on s'y accroche de toutes ses forces et si l'on ne peut plus se filer un shot tous les jours, on fait des choses stupides pour ressentir à nouveau cette tension.

- Boooon bah va falloir me trouver un balai alors?

Je hochai la tête. Balais, battes, souaffles, cognards, vifs... j'étais presque sûre que Riri trouverait le moyen de fournir dix équipes en tout sans le moindre soucis. Je pris un nouveau verre et attrapai les mains de Matthew et de Brian pour les mener vers l'extérieur. Riri avait la tchatche j'étais donc persuadée que l'on ne serait sans doute pas les seuls à se laisser embobiner par cette idée (qui... soit dit en passant- me ravissait au plus haut point).
Une fois dehors mon gardien favoris fonça dans ma direction et me demanda si je ne pouvait pas transplaner pour apporter le matos que j'avais chez moi. L'équivalent de trois équipes était déjà d'accord pour participer et essayeraient de jouer ensemble, ainsi, un terrain étrange se mettait en place avec trois fois trois cerceaux dans lesquels marquer. Je souris largement à cette idée qui allait faire tourner la tête de tout le monde, même du plus sobre d'entre nous. Je réfléchis à tous les balais qui traînaient un peu partout chez moi, à Sarah qui m'avait souffler qu'il commençait à y avoir une pénurie d'alcool et d'herbe et je me dis que j'aurais bien besoin d'aide.

- Matt', je vais chez moi pour récupérer du matériel et de l'alcool et de l'herbe... tu peux m'aider...
- Voooous deeeeux... si je vous revois pas dans la demi-heure, j'aurai compris ce qui s'est passé hein chez toi... Sil' alors eeeeuh revenez vite... faites pas les... les quoi ? Non sans dec rev'nez vite, le match risque de durer tooooute la nuit, les attrapeurs ont tellement bu que ça m'étonnerait qu'ils voient les vif surtout dans le noir...

Riri se mit à rire à nouveau, content de lui visiblement. Moi je regardai Matthew, attendant qu'il me dise oui ou qu'il me dise de me démerder toute seule.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Mer 26 Sep - 0:56

Silice, toute contente, attrapa ma main et nous entraina, Brian et moi de façon énergique dehors. Riri vola à notre rencontre et demanda à Silice comme s’il en dépendait de sa survie de bien vouloir ramener du matériel. Pendant qu’il monologuait, je jetais un coup d’œil d’ensemble à la foule… Il devait y avoir une bonne vingtaine de personnes… Peut être un peu moins? En tous cas, le terrain était super bizarre… Il y avait trois anneaux en trop naan? Je faillis poser la question mais d’un côté -même si je ne compris pas très bien pourquoi sur le coup- ça me sembla logique. A la place de poser ma question, j'attrapai un verre qui traînait Dieu sait pourquoi dans les parages et le vidais sans vraiment ressentir l'alcool... J'avais dépassé ce stade.
Silice me demanda finalement de l’aide mais avant que je n’aie pu répondre par l’affirmative, papa-Riri nous demanda d’être bien sages. Je manquais de lever les yeux au ciel. Ca vaaaa, je saaaais… Et de toute façon, je n’aimais pas avoir une contrainte de temps derrière la tête pour ces choses là… Non que je n’en ressentais pas l’envie, mais si je me laissais aller à de telles pensées, il était clair que Silice n’aurait pas l’occasion de me voir jouer ce soir. Bref. Je me tournais vers l’intéressée et ayant gardé sa main dans la mienne, je resserrai mon emprise.

« Yeeep, quand tu veux Sil… »

Je la sentis transplaner et d’un coup nous nous retrouvâmes dans un calme si total qu’il en devenait presque insupportable. Il semblait faire plus froid, ici, ou alors c’était surement dû au fait qu’il faisait tout noir et que même avec la lune je n’y voyais rien du tout. En fait seul mon sens du touché semblait fonctionner… Ptetre un effet secondaire du transplanage… Mouais.
Silice avança, je ne sais trop vers où jusqu’à ce que je distingue les contours de la maison, un peu plus loin. Je me repérais rapidement et quand tout sembla rentrer en ordre dans ma tête je dis finalement à Silice:

« Siliiiice, tu sais que je suis pas -enfin… pas vraiment monté sur un balai depuis au moins six mois? »

Ou comment traduire mon angoisse qui malgré l’alcool, la drogue et le reste n’était pas partie… En fait, je réalisais que ce n’était pas tant les faucons, les chinois ou les russes qui m’inquiétaient, non, c’était ce qu’elle allait penser de moi. Juste elle. Les autres, au pire, c’était pas grave, j’avais l’impression qu’ils auraient systématiquement tous oublié le lendemain, mais elle je sentais -non, je savais- qu’elle garderait cette image de moi et l’idée que cette image ne soit pas à la hauteur me perturbait… Voilà que je me mettais à me prendre la tête pour une histoire de Quidditch, ça m’était encore jamais arrivé. C'était vraiment...

« ...complètement fou… »

Dis-je sans vraiment me rendre compte que j’avais dit cette dernière phrase à voix haute… Je percutais après coup. Wait… Si j’avais vraiment dit ça… Qu’avais-je vraiment dit d’autre? Je fronçais les sourcils, en gros doute… Naaan j'avais rien dit… Si? Ohhh well Matthew, tu commences à être bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Mer 26 Sep - 18:46

Je lâchai la main de mon collègue pour prendre Matthew des deux mains et me concentrer. Croyez-le ou on mais transplaner en état d'ébriété est beaucoup moins évident qu'à d'autre moment. Il est beaucoup plus facile de se tromper de lieu en pensant d'un coup à quelque chose d'autres. Il est aussi assez facile d'y laisser une partie de son corps... Je fis donc tout mon possible pour me retrouver entière à l'arrivée. Ce fut le cas.
Les lumières devinrent rapidement flou puis laissèrent place à une obscurité dense, profonde et je fronçais les sourcils, pas certaine à 100% d'être au bon endroit. Bon, il n'y avait qu'une façon de s'en rendre compte et je me mis à marcher dans la direction qui me semblait la plus judicieuse.

Siliiiice, tu sais que je suis pas -enfin… pas vraiment monté sur un balai depuis au moins six mois?

Je le regardai. Vraiment était-ce possible de ne pas éprouver l'envie de voler pendant six loongs mois. Cette durée me sembla une éternité, comme mes vacances d'été lorsque je n'avais aucun endroit pour m’entraîner en dehors de Poudlard mais ce qui me fit le plus tiquer ou sourire fut sa voix et je compris que Sarah n'était peut-être pas la seule à avoir bien bu ce soir. Étrangement, Matthew ne perdait en rien de sa charme. Même lorsqu'il se mit à chuchoter comme pour lui même des pensées dans un désordre incroyable. J'entendais des mots, des morceaux de phrases hachés.
Je compris qu'il avait presque peur ne pas être à la hauteur... pour moi ? Non, je devais délirer... je devenais totalement égocentrique et c'était sans doute mauvais signe. Je commençai presque à me haïr lorsque Matthew s'interrompit pour dire un peu plus fort "...complètement fou..." j’acquiesçais totalement d'accord avec cette dernière remarque puis arrêtai de marcher.
La maison était à présent bien en vue mais j'avais l'impression que Matthew m'avait posé une question, je ne savais plus vraiment laquelle... AH SI Quidditch. Quidditch. Quidditch.

- Matthew tu sais... on oublie jamais comment on vole... je veux dire une fois qu'on sait voler, on sait voler et puis franchement...

D'un coup je me mis à rire, régissant une seconde trop tard à la stupidité de mes propos.

- T'en fais pas, tu... seras très bien et puis pour être honnête je ne suis pas vraiment sûre que je m'en souviendrais demain.

J'eus envie de le serrer comme un un nounours que l'on adore, j'eus envie qu'il me serre en retour avec toute la monstrueuse force qu'il devait avoir dans mes bras mais je repensais aux bouteilles, aux balais et à tous le reste, à Riri qui nous attendait surement. Je lâchai les mains de Matthew et me dirigeai plus rapidement vers la maison.

- Il... faut chercher les balais etcetera.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Dim 30 Sep - 19:12

Mes pensées partaient dans tous les sens, je m’attardais sur des petits détails sans voir les choses dans leur ensemble… Un arbuste se balançait tranquillement dans la nuit, comme s’il dansait sur place sans rien faire… Persuadé de la pertinence de ma comparaison, je tournais la tête vers Silice qui s’était arrêtée d’avancer. Mon regard se posa sur son visage. Je le contemplais alors qu’elle me parlait.

« Matthew tu sais... on oublie jamais comment on vole... je veux dire une fois qu'on sait voler, on sait voler et puis franchement... »

Son rire sonna dans l’air frais de la nuit. J’eus l’impression d’entendre du piano, un truc mélodieux et tout doux… Le buisson devait danser sur cet air là. Je souris en la regardant sans trop savoir pourquoi, mais j‘étais sur que c‘était justifié. Elle se remit à parler, ses lèvres semblaient bouger au ralenti. Je les regardai s‘étirer et se rapprocher, fasciné tout en l’entendant me parler sans l’écouter totalement.

« T'en fais pas, tu... seras très bien et puis pour être honnête je ne suis pas vraiment sûre que je m'en souviendrais demain. »

Je hochais la tête avec un sourire. Une envie brutale de poser mes lèvres sur les siennes me saisit. Je fis mine de m’approcher et voulus serrer sa main toujours dans la mienne mais elle m’échappa d’un coup. J’eus l’impression d’être perdu, Silice avait accéléré et m’avait abandonné… Ehhh! Je fronçais les sourcils quand elle me donna un semblant d’explication quant à son attitude. Sur le coup, ça me sembla totalement logique.

« Il... faut chercher les balais etcaetera. 
-C’est vrai que c’est indispensable à la survie de Riri. »

Je hochais la tête vigoureusement comme pour m’ancrer bien cette idée au fond du crâne et la rattrapai en accélérant le pas à mon tour. J’arrivai derrière elle, et lui emboitai le pas tout en me concentrant sur le mot balai. Elle entra dans la maison. La lumière s’alluma brusquement et je plissais les yeux sous l’effet du changement violent de luminosité. Je grognais en me frottant les yeux.

« Wahh bah j’espère que je me serais pas cramé la rétine pour rien… »

J’ouvris péniblement les yeux et rejoignis Silice. J’attrapai sa main et la suivis dans la maison.

HRP: hey désolée du retard, semaine chargée :/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Dim 30 Sep - 20:46

J'avais un coup de chaud. Était-ce l'alcool ou la faute de Matthew ? Ou de la fièvre... Ca devait être de la fièvre, j'avais sans doute pris froid quelque part. Je devais être malade aussi improbable que celà puisse sembler. L'alcool pouvait difficilement me faire tourner la tête même mélangé avec des médicaments quant à Matthew... non. L'hypothèse de la fièvre me semblait bien plus possible... quoique.
Une seule façon de le savoir, ne plus penser à Matthew et voir si mes légers vertiges et cette sensation plutôt troublante s'en va. Je marchai donc rapidement en direction de la maison. Matthew sur mes talons.
A quelques mètres de la porte, je tirai ma baguette plaquée sur ma cuisse pour l'ouvrir et allumai presque aussitôt la lumière. Je plissai des yeux mais ne m'arrêtai pas. Des bruits attirèrent mon attention alors que Matt' parlait de ses rétines ou de je ne sais quoi. Je repérai rapidement des hiboux vers lesquels je me dirigeai. Plusieurs lettres et la gazette. Je jetai le journal plus loin et inspectai les lettres. Je reconnus presque aussitôt la plume de Woodrow, ça devait être important, trop important sans doute pour que je puisse l'ouvrir devant Matthew aussi alcoolisé qu'il pouvait être à cette heure, de plus que pouvais-je faire avec autant de shots de vodka et d'autres alcool forts derrière moi ? Rien. Nada. Je laissai la lettre en évidence sur la table et posai les yeux sur Matthew.

J'eus envie de courir dans sa direction et de l'embrasser... mais non, je ne participerai pas à ses clichés. Ma raison est plus forte que ces instincts triviales. Je baissai donc les yeux, essayant de réfléchir à ce qui nous avait amené là tous seuls dans cette maison vide... Vraiment pas une bonne idée en tout cas. J'aurais du demandé à quelqu'un d'autres de m'accompagner, je n'aurais pas été tentée de la même façon.
Je levai le bras en direction des balais et des équipements de quidditch pour la plupart entassés négligemment dans un coin de la pièce.

- Euh... essaye de voir ce que l'on peut prendre et porter sans trop de difficultés... Je vais chercher des bouteilles.

Je tournai aussitôt es talons. Cette fièvre n'avait sans doute rien à voir avec une quelconque maladie, elle était l'effet d'envies, de désirs mélangés à de l'alcool fort et à des pilules (qui ne faisaient d'ailleurs plus trop effet). J'allais dans la salle de bain et m'enfilai deux pastilles violettes qui eurent du mal à passer à passer sans eau avant de filer dans la cave ou je pris des bouteilles sans valeur mais contenant une bonne dose d'alcool hallucinatoire.
Dans la cave sombre je respirai profondément, pratiquant l'auto persuasion. Oui j'aimais bien Matthew. Oui j'étais heureuse d'être avec lui si nous étions ensemble. Oui il y avait de fortes chances qu'il n'ait oublié à son réveil. Passons juste une bonne soirée. Comme prévu, je l'avais bien dit auparavant "ne couchons pas ensemble, soyons amis". On y est presque.
Je soufflai avant de monter deux à deux les marches de l'escalier et d'arriver vers Matthew. Là, toutes mes résolutions eurent l'air de s'envoler. Je posai les bouteilles sur la table à coté de la lettre de Woodrow, mes yeux lisèrent à nouveau mon adresse en encre violette mais je n'avait pas envie de penser à l'ordre du phoenix, je n'avais pas envie de penser à vrai dire.
Je marchai vers Matthew et lui souris. S'il vit mon sourire, je ne sais pas mais j'attrapai son épaule et me dressai sur la pointe des pieds pour l'embrasser. J'étais faible. J'étais faible et je n'osais même pas y penser. La fête de Sarah me semblait bien loin.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Lun 1 Oct - 0:43

Elle m’entraina dans un coin du salon où je vis entasser des tonnes de balais différents et d’autres trucs, dont certaines choses dont j’ignorais la nature mais que je devinais être en relation avec le Quidditch.

« Euh... essaye de voir ce que l'on peut prendre et porter sans trop de difficultés... Je vais chercher des bouteilles. »

Je hochais la tête et restais les bras ballants à fixer les escaliers où elle avait disparu. Balai, balai, balai. C'était la seule chose à laquelle il fallait que je pense. Je m'efforçais donc de ne penser qu'à balai... Mais pourquoi déjà? Pourquoi balai? Ah oui. La soirée. Riri. Le match... Balai. Je me détournais finalement vers les balais et fixais tout ce matériel neuf entassé juste devant moi. J'en attrapai un en me donnant une gifle mentale à chaque fois que mon esprit divaguait. Balai.
Si je commençais à prendre en considération que 1. Silice et moi étions seuls que 2. Je me faisais violence depuis cinq minutes qui me paraissaient des heures pour ne penser qu'au mot balai et que 3. La robe de Silice était très courte, je n'arriverais plus jamais à me concentrer sur l'objectif final. C'était comme mission impossible: Votre mission si vous l'acceptez est de ramener le plus de matériel de Quidditch possible dans le quart d'heure qui vient. Ce message s'auto détruira dans 5, 4, 3, 2, 1... Silice apparut en haut des escaliers. Il se passa un truc louche dans mon ventre, une sensation que je connaissais et qui n'avait rien à voir avec l'alcool. Elle posa les bouteilles sur la table et s’avança vers moi. Balai. Je jetais vite fait un regard d’ensemble à la pièce… Première gifle mentale. Balai. Le canapé n’était pas très loin. Deuxième gifle mentale. Balai… Ah mais oui, évidemment, elle sourit pour les balais. Evidemment. Pour quoi d’autre?
Elle posa sa main sur mon épaule et se hissa pour poser ses lèvres sur les miennes. Ne pensant plus à rien, je lâchais les deux balais que j’avais dans la main gauche et entourais la taille de Silice avec mon bras. Je répondis à son baiser sans plus me poser de questions et me détachais d’elle une seconde pour lui sourire

« Riri va pas être content. »

Sur ce je fermais les yeux et l’attirais vers moi. Mes lèvres se posèrent encore sur les siennes, moins délicatement cette fois, avec plus de précipitation. Je crois que tout ce que j’avais réussi à gérer pendant la soirée s’envola d’un coup. Toutes les contraintes que je m’étais imposées s’en étaient allées. Il n’y avait plus que Silice, ses lèvres, son corps qui comptaient à mes yeux. Je me demandais alors comment j’avais pu être si stupide au début de la soirée, quand j’avais pensé ne pas savoir ce que je voulais… Je m’étais menti depuis le début. Au fond, je le savais depuis longtemps, je la voulais elle, et rien n’aurait pu remplacer ce désir. Et maintenant qu’elle était là, comme ça, avec moi, je me demandais d’un coup si elle serait différente des autres. Si demain je lui dirais que je lui écrirai un jour en sachant très bien que je ne le ferai pas. Si demain je me souviendrais de ce que j’étais en train d’éprouver à cet instant ou si je me dirais juste que c’était un coup d’un soir et que tout ce que je ressentais était issus de l’alcool et de la drogue.
Je chassais ces pensées maussades en baladant ma main sur l’étoffe de sa robe et en la glissant sous sa veste en cuir. Avec mon autre main je poussais la veste jusqu’à l’angle de son épaule et une fois l’épaule passée, j’écartais le blouson en caressant sa peau le long de son bras au passage. Sa peau était douce et chaude. Si j'avais vraiment été dans mission impossible, la mission aurait échouée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Lun 1 Oct - 1:47

Il se détacha de moi un instant pour me parler de Riri, je secouai la tête... je m'en fichais, le match de quidditch du siècle ne comptait plus à mes yeux. Je dirais à Riri que nous nous étions perdus en chemin ou une autre excuse encore plus improbable pour ne pas dire explicitement "bon, j'ai couché avec lui, c'est un super coup"... d'ailleurs, il fallait que je vérifie ça justement.
A nouveau il m'embrassa. A cet instant précis je ne pensais plus rien d'autre qu'à son visage, à son corps et même plus à son esprit. mes plus bas instincts s'était réveillée et si tout au fond de moi je savais que je n'aurais pas pu désirer autant un être s'il ne m'avait pas plus psychiquement et mentalement, à cette heure, je m'en fichais comme de la sorcière babiche dans la guerre sorciers-moldus du 6ème millénaire.
Je l'embrassais, il m'embrassait. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes ou quelque chose de se genre. Je le sentis me retirer ma veste avec des gestes experts. Il était habitué, je m'en fichais, c'était plutôt un avantage qu'un inconvénient dans ce genre de situation. Mon souffle devenait saccadé alors que je marchais à tout petit pas à reculons pour aller vers le canapé. J'avais l'impression de ne faire qu'un avec le désir. Tout mon être était bouillant de désir. Je glissais mes mains sous son t-shirt, son corps me semblait parfait.
J'entendis ma veste tomber au sol et je compris que j'avais toujours mes bottes. Ok pas de précipitations. Mes lèvres avaient du mal à se détacher de celles de Matthew. Je l'embrassais longuement avant de m'écarter et de soulever son T-shirt. J'étais trop petite pour lui enlever et il me mettre debout sur le canapé pour le dépasser. La situation me fit énormément rire mais ne m'enlevait pas mon idée initiale de la tête. J'avais envie de rire, de m'amuser et être intime avec Matthew faisait partie des choses qui me plairaient. J'étais toujours camper sur la canapé, les deux pieds enfoncé dans les coussins en velours côtelé bordeaux. Je passais ma main dans les cheveux de Matthew.

- Reste ici.

Je sautais du canapé et fonçai vers la table sur laquelle j'avais laissé les bouteilles. Là-bas j'en ouvris pour revenir lentement vers Matthew en me déshabillant. Une botte de moins. La deuxième botte qui vole et enfin... la robe, je l'enlevais sans réel problème sans renverser la bouteille et fonçai vers Matthew. J'avais l'impression que les dernières pastilles que j'avais prises, m'avaient fait bien plus d'effets que tout ce que j'avais ingurgité auparavant, mais c'était une impression.
Je me dirigeai donc en sous-vêtements vers Matthew une bouteille rempli d'un liquide transparent dans la main. Well, essayons de ne pas tout renverser.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Mar 2 Oct - 0:06

Je la sentis m’attirer vers elle, ou plutôt vers le canapé. Son corps était tout contre le mien, et je sentais son souffle sur mon visage, de plus en plus vite, de plus en plus fort. La température monta d’un coup et sans me défaire de ses lèvres je posais ma main sur sa hanche et remontais jusqu’à sa poitrine. Elle avait passé une main sous mon t-shirt et tenta de l’enlever… Sans y parvenir. Elle se mit à rire et monta sur le canapé pour me l’enlever définitivement. Ma vision se brouilla et le t-shirt coinça au niveau de ma tête. Silice riait toujours et je ne pus m’empêcher de l’imiter en tirant sur l’étoffe noire et de balancer mon t-shirt dans un coin de la pièce. Silice était rayonnante, fièrement campée avec ses bottes et sa robe bleue sur le canapé. Je lui souris, elle passa sa main dans mes cheveux et je voulus la serrer contre moi mais elle sauta du canapé en m’ordonnant de ne pas bouger.
Je la regardais partir avec l’appréhension du fameux coup du « je vais prendre une douche je reviens », même si au fond je me doutais que ce n’était pas son idée… Ou plutôt je ne voulais pas que ce soit son idée. Et heureusement, ce n’était pas du tout ça. Je la vis attraper une des bouteilles qu’elle avait rapporté de la cave et je ne pus m’empêcher de sourire.
Je m’appuyais contre le canapé et la regardais avancer vers moi en se déshabillant progressivement… Je ne pus m’empêcher de mordiller ma lèvre inférieure quand sa robe tomba. Un frisson me parcourut l’échine alors qu’elle avançait vers moi. Je me débarrassai de mes chaussures et de mes chaussettes avec mes pieds et donnait un coup de pied dans le tout pour lui dégager le passage. Elle arriva vers moi, je souris, posai une main sur sa hanche, l’autre contre son dos, puis je l’attirai presque brusquement vers moi et déposais un baiser dans son cou.
Il faisait de plus en plus chaud, je savais très bien que c’était une impression intérieure mais à cet instant précis, j’avais l’impression que mon sang était feu et que chaque parcelle de mon corps suffoquait. Les drogues que j’avais absorbées me faisaient-elles tant d’effet que ça? Ou était-ce Silice? Je n’aurais pas su dire. Je m’en fichais. Elle était là, c’était tout ce qui comptait.
Mes lèvres effleurèrent son cou pour remonter jusqu’aux siennes. Là je restais un moment à frôler ses lèvres sans vraiment l’embrasser, puis je m’écartais avec un sourire, me rappelant de la bouteille. C’est qu’une petite goutte de ce truc ne me déplairait pas…
Mais il se passa un truc bizarre. Je me sentis partir en arrière et je lâchais une expression de surprise alors que je tombais sur le canapé. Même en y réfléchissant bien, je ne parvins pas à comprendre comment je m’étais débrouillé pour tomber sur le canapé. Comme j’étais appuyé contre l’accoudoir j’avais dû passer par-dessus le canapé et me retrouver étalé là… Mais ça me semblait encore louche… Et puis comment se faisait-il que Silice n’ait pas été entrainée par ma chute? Je plissais les yeux et lui jetais un regard suspicieux. Mmmh… Pas très net tout ça.

«Ehhh! Pas juste! Viens par là toi! »

Je me redressais, attrapai sa main libre et la tirai vers moi en riant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Mar 2 Oct - 18:53

Mon esprit ne contrôlait plus rien. Il s'était comme volontairement mis en "OFF", seuls mes instincts me guidaient. Seules mes envies, mes désirs et rien d'autre peu importe les conséquences ou l'aspect étrange de ce moment, je ne m'en préoccupais pas. Mes yeux étaient inévitablement attiré par le torse de Matthew puis ses yeux et ses lèvres et enfin, ce furent mes lèvres qui s'approchèrent de celles de Matthew pour les trouver.
Toutes les lumières qui avaient plongé auparavant la pièce dans un bain de soleil avaient disparu. Il n'y avait que la pénombre, la bouteille de jenesaisquoi qui devait être mauvais, Matthew, moi et nos rires. Matthew semblait s'amuser avec moi, éveiller mes plus bas appétits en caressant mes lèvres de son souffle avant de s'écarter. Allumer les gens devrait être interdit et même s'il s'agissait de ma spécialité, je me vengeai et tirais doucement le tapis, assez pour déséquilibrer Matthew et le laisser s'étaler sur le canapé.
Je levai alors la bouteille pour en goûter le liquide. Il me brûla la gorge comme n'importe quel alcool. Je souris largement, j'avais sans doute déjà trop bu mais quitte à ne plus être réellement responsable de ses actes, autant y aller jusqu'au bout et profiter de chaque instant... même si l'on ne s'en souviendra certainement pas le lendemain.
Je posais mes yeux sur Matthew qui me fixai avec un air accusateur... yeeep Sherlock, je t'ai fait tombé et alors ?
Son rire me donna envie de rire à mon tour et je me laissais tomber à ses cotés sans la moindre résistance.

Je repris une gorgée du liquide transparent et faillit recracher de surprise... il avait totalement changer de goût et s'était transformé en délicieux Tokai. Je me tournais vers la bouteille mais le liquide n'était pas devenu ambré, il était toujours aussi transparent mais tellement bon. Je lus rapidement l'étiquette "Hallucinatory potus"... Ok...
Je me remis à rire et me tournais vers Matthew. Je le poussai pour l'allonger à moitié et ainsi me coller à lui.

- Tu devrais goûter ça... J'ai jamais rien goûter d'aussi bon.

Je lui donnais la bouteille pour mes dégager les mains et les balader le long de son corps.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Mar 2 Oct - 23:38

Elle se laissa tomber à côté de moi après avoir avalé une gorgée du liquide transparent dans la bouteille. Je voulus regarder l’étiquette pour savoir ce que c’était mais mes yeux refusaient d’écouter mon cerveau. Il faut dire qu’entre Silice et une étiquette de bouteille, le choix était vite fait. C’était comme si tout mon « moi » rationnel était parti en congé payé à l’autre bout du monde.
Elle reprit encore une gorgée de sa bouteille et éclata de rire. Je ne compris pas vraiment la raison de cet accès jovial soudain, mais malgré cela je ne pus retenir un sourire en la voyant là, contre moi, à moitié nue, une bouteille à la main et en train de rire. Que demande le peuple?
Elle me tendit la bouteille en me vantant les mérites de la boisson… Sans plus réfléchir j’avalais une longue gorgée de… ce truc bizarre. L’alcool me dévasta la gorge. Jamais rien gouté d’aussi bon? Je fronçais les sourcils et éloignais la bouteille que je tenais trop près de mes yeux pour lire l’étiquette… Même dans ces conditions, le manque de lumière nuisait à ma vue… Tant pis. Je repris une gorgée de ce truc super fort, limite indigeste et soit disant trop bon sauf que… Le liquide que je sentis couler dans ma gorge n’avait pas du tout le même gout. C’était un truc complètement différent, mais je n’aurais pas su dire quoi… Je regardais la bouteille, surpris, mais elle avait toujours la même tête… Sauf si on se référait au niveau du liquide mais en soi, elle n’avait pas changé d’un poil… It’s a kind of magic!
Après s’être concentré sur l’alcool, mon cerveau sembla se rappeler que Silice était collée à moi, que ses mains parcourraient tout mon corps, que sa peau brûlante contre la mienne faisait battre mon cœur fort contre ma poitrine. L’alcool bizarre devait avoir un drôle d’effet sur moi parce qu’il me semblait tout voir au ralenti. J’avais l’impression que tous les gestes étaient lents, fluides, que mon cœur cognait dans ma tempe et qu’une éternité séparaient deux battements.
Puis un déclic me fit réaliser que j’avais toujours mon jean. Mais qu’est ce qu’il foutait encore là? Je me le demandais sincèrement, et je fis le nécessaire pour ne plus avoir à me poser cette question. Malgré l’abandon du jean, je mourrais encore de chaud, mais à vrai dire je n’y pensais même plus. Même le seul mot « penser » sortait du contexte de mon état d’esprit. Je ne pensais plus, je sentais, j’étais et c’était tout.
Je tâchais ensuite de poser la bouteille sur le sol sans faire de dégâts, mais je ne fis pas trop attention si j’y étais parvenu ou non. Les lèvres de Silice en cet instant précis me paraissaient beaucoup plus importantes que l’état de la bouteille -et ne parlons pas du parquet.
Mes mains, enfin libres, parcoururent distraitement le corps de Silice alors que mes lèvres se décollèrent des siennes pour frôler l’angle de sa mâchoire, dessiner la courbe de son cou, longer sa clavicule et descendre encore jusqu’à sa poitrine… Comme son soutien-gorge me dérangeait, je passais une main dans son dos et trouvais l’attache… J’avais fait ça un million de fois, je connaissais par cœur la configuration de ces stratagèmes machiavélique; celui-ci me céda bien assez tôt. Comme quoi, l’expérience, ça peut aussi servir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Mer 3 Oct - 19:52

Je bouillonnai et ne savais pas exactement si je me sentais entièrement et complètement heureuse ou au contraire pire que tout. Ma conscience semblait me dire que j'avais le droit d'être misérable, cette petite voix s'insinua dans mon esprit et commença à parler plus fort que tout autre voix. Rapidement je compris où elle voulait en venir... Je revoyais la grande blonde, magnifique, comme sortie de la page "allure" de sorcière hebdo... elle avait cette beauté ravageuse dont un homme ne pourra jamais se lasser... elle semblait intelligente ou en tout cas pas totalement dénué de bon sens quoique son attachement à un homme qui l'avait trompé 5 fois me semble totalement incohérent... 5 fois.
Bam, ma conscience était bien loin à présent alors que je sentais le souffle du Matthew descendre doucement jusqu'à ma poitrine. Ok, il savait s'y faire. Un Casanova, un Dom Juan... qu'est-ce qu'une fille n'aurait pas fait pour passer une nuit avec eux ? Eeeet si Matthew était l'un d'eux ? Alors je serais mal car la seule femme à qui il accordera jamais de l'importance sera celle qui lui résistera.
Bam, je fis à nouveau un immense effort sur moi-même pour faire taire cette conscience. Je sentis les mains de Matthew dans mon dos décrocher mon soutien-gorge. J'étais cuite, je ne pourrais plus rien faire. Je souris presque contente d'avoir vaincu mon bon sens pour me ruiner dans l'instant présent et respirais lentement... Matthew sentait l'alcool mais pas seulement, il sentais aussi l'air marin, l'herbe fraîchement coupée, l'abricot... Il sentait tout ce que je préférais au monde. Comment ça ? Mon esprit s'égara du coté de la bouteille et je l'accusais un instant de tous mes maux avant d'oublier de l'accuser et d'oublier de penser tout court.
Maladroitement et précipitamment, j'enlevais ma culotte et le caleçon de Matthew. J'étais nue, il était nu. Nous étions nus, dans la pénombre, seuls... Et si on se faisait une partie de scrabble ?
Je passai es jambes de part et d'autre de son corps. Tout me semblait si étrange, la pénombre avait comme laisser la place à un endroit irréel et coloré. Je sentais toujours le corps de Matt contre moi et je ne pouvais rêver mieux. Je fourrageais dans ses cheveux avant de passer mes main derrière sa nuque puis son dos et enfin de le serrer fort.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Jeu 4 Oct - 10:01

Dans ma tête, il n’y avait plus que du vide, parfois une pensée perdue qui passait, qui jaillissait du néant intellectuel, peut être pour me rappeler que j’avais encore des neurones. Mais en dépit de ce gouffre, j’avais comme une impression d’ordre, comme si tout était maintenant clair entre Silice et moi… Sauf quand j’essayais d’y penser.
Je compris après coup que ce n’était justement qu’une impression. Je savais ce que je voulais. Je savais ce qu’elle voulait à cet instant précis… Mais est-ce que demain nos attentes seraient les mêmes? M’avait-elle embrassé comme on embrasse un coup d’un soir? Était-elle là contre moi juste pour vivre une nuit folle et me laisser en plan au levé du soleil?
S’il n’y avait pas eu l’alcool, ces pensées m’auraient torturées. Là, elles émergeaient de nulle part d’un coup et s’évanouissaient presque aussitôt. Je n’en avais foutrement rien à faire, j’avais son corps comme s’il faisait partie du mien, j'étais en elle, c’était largement assez pour m’empêcher de réfléchir. Mes angoisses étaient loin, et elles s’éloignaient toujours plus alors que je sentais Silice contre moi, sa peau chaude collée à la mienne, alors que nous montions toujours plus haut.
Je ne sais pas combien de temps nos ébats durèrent encore, ni combien de temps je dormis, et non plus quelle heure il était quand j’ouvris les yeux, mais il faisait jour, visiblement depuis longtemps.
J’étais sur le canapé, nu sous une couverture et je mis quelques secondes à me re situer dans le temps et l’espace. Surtout l’espace. Je regardais la pièce en plissant les yeux et surprise! Dans ton lit ça bouge… je redescendis sur terre d’un coup. Silice. Je souris et me rendis compte à cette occasion que ma tête semblait être sur le point d’exploser.
Je passais une main sur mon front, comme si elle pouvait faire passer la gueule de bois… Malheureusement, ça ne fonctionna pas. Je savais ce qu’il me restait à faire en rentrant: aller au magasin et m’enfiler trois fioles de potion pour être un peu plus clean et faire passer le mal de tête.
Je me tournais vers Silice qui semblait somnoler à moitié... Je la regardais dormir un instant. Elle semblait paisible, sereine, comme si rien n'aurait pu la perturber... Pourtant quelque chose sembla la déranger. Elle se retourna en prenant une grande inspiration. Bien dormi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Jeu 4 Oct - 21:16

Je respirais tranquillement. J'entendais le bruit des rares oiseaux qui n'avaient pas encore totalement déserté la campagne cornouaillaise. J'étais bien , tranquillement... je profitais de la chaleur autour de moi sans m'en préoccuper. Je pensais à me réveiller et à ouvrir les yeux sans réellement le vouloir, en prenant mon temps comme lors de ces matins où l'on soit que rien ne presse et que... de plus... il doit être bien tôt. Je m'éveillai doucement, reprenais peu à peu conscience de ma propre identité, de l'endroit où je me trouvais...
Je souris en réfléchissant à la nuit dernière mais à vrai dire tout était flou et tout se confondait entre rêve et réalité. J'étais dans un canapé, dans mon canapé tranquillement, qu'est-ce que je fichais ici ? Mon rêve s'était-il vraiment produit ? Matthew avait-il vraiment passé la nuit ici ? Je souris sans vraiment y croire.

... Puis je sentis son souffle... doux.
Je sentis sa peau près de moi dans l'étroitesse du canapé.

Je me retournais tranquillement et, avec un effort considérable, ouvrit les yeux. Il était bien là... flou puis net lorsque mes yeux se furent habitués à la lumière. Je souris naïvement et sans doute avec un air totalement crétin... J'étais persuadée qu'il aurait fui pendant la nuit. Il était éveillé lui aussi. Ok c'était un rêve mais de tel rêve ne se présente pas souvent alors autant l'optimiser et en profiter.
Je posais ma main sur son torse, tout me revenait à présent, la nuit avec lui, les hallucinations, la fête, Riri, le match de Quidditch, mes jambes broyées... tout...
Je passais ma main droite derrière sa nuque pour l'embrasser.

- Bonjour...

Je m'écartais à présent de lui comme gêner d'être nue... ce qui ne me dérangeait absolument pas quelques heures auparavant.

- Tu veux du café ?
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Sam 6 Oct - 15:30

Silice se retourna complètement et ouvrit difficilement les yeux avant de m’adresser un de ces fameux sourires du matin, ceux qui vous donnent l’impression d’être un chat paresseux se réveillant négligemment après une longue nuit de repos. Elle posa une main sur mon torse, l’autre derrière ma nuque, m’embrassa et après un « bonjour » elle s’écarta. Mon cerveau avait analysé son comportement de suite, j’aurais presque pu dire ce qu’elle pensait à cet instant. Ok, valait mieux que je sois debout et habillé le plus vite possible.

« Tu veux du café? »

Je plissais le nez et hochais la tête

« Je veux bien st’plait… Dans un grand bol, si possible. »

Je m’étirais en baillant. Vraiment, le café s’imposait. Je passai une nouvelle fois ma main sur mon visage, regardai Silice un instant, m’approchais d’elle et déposais un baiser sur sa joue, puis j’entrepris de me relever. Je n’étais surement pas encore assez réveillé pour penser à tout ce qu’il fallait mettre au clair, entre Silice et moi. Et je redoutais le moment où les masques devraient tomber, où les vraies questions devraient arriver. Pour l’heure, j’étais debout, je récupérais mon caleçon, l’enfilais et cherchais mon jean des yeux.

« Je vais passer à la boutique pour chercher des potions anti-gueule de bois. Je t’en prends une? »

Je trouvais mon jean un peu plus loin, l’enfilais d’un geste et cherchais mon t-shirt… Plus compliqué le t-shirt. J’embrassais la pièce d’un regard mais ne le trouvais pas…

« Mmh t’aurais pas vu mon t-shirt? Au pire, c’est l’arrière boutique, j’y vais comme ça. Ouais tant pis j’y vais comme ça. »

Je vérifiais que ma baguette était encore dans ma poche, parce qu'avec le nouveau système de filtre des transplanages, elle était nécessaire pour transplaner directement dans l'arrière boutique. Comme elle était bien dans mon jean, je relevai la tête et après avoir adressé un sourire à Silice je transplanais dans l’arrière boutique de mon magasin de potions.
Je tombais nez-à-nez avec mon nouvel employé, celui que j’avais engagé pour remplacer l’autre idiot de Gordon et dont je n’arrivais jamais à me souvenir le nom… Il me regarda de haut en bas. Oui j’étais pieds-nus. Oui je n’avais pas de t-shirt. Mais en attendant, le patron, c’était moi.

« Vous cherchiez quelque chose?
-Euhhh… En fait c’est-à-dire que… Euh...
- Un problème?
- Non, non, pas du tout. Enfin…
- Tant mieux. Si McGoy me cherche, dites lui que je viendrais p’tetre un peu plus tard ou carrément demain. S’il y a un problème urgent, envoyez un hibou avec le hibou du magasin, il me trouve toujours. D’accord?
- Oui mais en fait… Eh bien justement il se trouve qu’il y a un petit ennui -enfin pas très grave mais… »

Je soupirais, lassé. Il suffisait que je m’absente une journée pour que tout aille de travers. Je fis signe au type de continuer à parler sans l’écouter et en me dirigeant vers le stock de potions anti-gueule de bois. J’en attrapais deux, puis je repensais à Silice, à sa chute en balais. L’autre gus me racontait une histoire de client pas content, de chaudron troué et je ne sais quoi encore, j’attrapai une potion pour réparer les os et une dernière fiole pour faire passer la douleur. Mon employé s’était arrêté de parler. Je me retournais vers lui.

« C’est tout?
- Euh oui…
- Parfait. Puisque je vous ai engagé, c’est que je peux vous faire confiance, par conséquent que vous avez les aptitudes nécessaires pour régler des situations qui ne sont qualifiées, je cite, que d’un « petit ennui pas très grave ». Je me trompe?
- Non mais… »

J’eus un geste de la main pour lui intimer le silence. Il me regarda les yeux ronds, dans l’espoir que je l’aide… Je lui adressais un sourire. Tu rêves mon gars.

« Prenez confiance en vous, je suis sûr que vous y arriverez très bien tout seul. Aurevoir! »

Je transplanai sans plus de cérémonies dans la pièce que j’avais quitté quelques minutes plus tôt, quatre fioles à la main. Je posais les trois destinées à Silice sur la table, à côté d’une bouteille d’alcool et d’une lettre à l’adresse de Silice. J’ouvris ma fiole, et l’avalais d’un trait. Silice ne semblait pas être dans les parages, je l’appelai.

« Silice? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Dim 7 Oct - 0:35

J'aurais sans doute voulu attendre plus longtemps au lit, ou plutot sur le canapé, traînée et être serrée contre son torse... oui mais non. Trop de plaisirs tue le plaisir... quelle phrase stupide, est-elle vraie ? Je doutais mais Matthew se leva bien rapidement, trop rapidement à mon gout après m'avoir dit qu'il aimait le café servi dans un grand bol... Ok café américain, j'ai rien de problème avec le mauvais... en revanche je ne me prononcerai pas sur les mecs qui fuient la fille avec qui ils viennent de coucher à peine réveillé.
Je le regardais donc se lever comme si de rien n'était, ses faits et gestes à peine ralenti par une grosse gueule de bois. Il était beau nu... il l'était aussi lorsqu'il était habillé mais ça donnait tout une autre perspective lorsqu'il ne portait plus aucun vêtement et comme ce serait sans doute la dernière fois que je le verrai ainsi, j'essayais désespérément de figer l'image dans ma tête... trop tard, il avait déjà enfilé caleçon et jean et... me posais une question. Mes yeux ensommeillés se tournèrent vers son visage sans vraiment comprendre.
Arrière-boutique... whaaat ? Tant pis t'y vas comme ça ?
Je hochai la tête et ouvris la bouche comme pour balancer une absurdité mais je n'en eu pas le temps... bam, prince charmant a disparu. Bien joué Silice, pas pu tenir une soirée... juste une...

Mon esprit s'embrouilla rapidement et je me levais sans conviction pour chercher ma baguette et une fois celle-ci trouvé lancer le café à distance... la magie avait ses avantages il fallait le reconnaître. Je croisai mon reflet qui sembla se moquer de moi, de mon corps cassé, mon moral à zéro et de ma façon inhabituellement saccadée de marcher. J'avais à nouveau mal, l'effet des médicaments s'étaient estompé ainsi que toute l'ivresse que peu apporter une telle nuit. Je me sentais seule et désespérée.
Puis je délaissai mon reflet imparfait pour balayer la pièce du regard. Mes yeux tombèrent sur le T-shirt de Matthew, sans réfléchir je le ramassai et l'enfilai me retrouvant ainsi habillée d'une robe trop courte et difforme. PARFAIT.
Je fonçai dans ma chambre attrapai un paquet de cigarettes que j'avais soi-disant "caché à moi même" et fonçai dehors. Le fraîcheur me saisit instantanément et me remit les idées en place... Peut-être que Matthew reviendrait pour venir chercher son t-shirt et "boire son graand bol de café"... non le t-shirt pouvait être un cadeau dans le genre "j'ai pas pu te payer de café doonc t'as le droit à un t-shirt qui sur toi ressemble à une robe difforme et trop courte"... non il m'avait payé ce café. Je tirais une clope de mon café et l'allumai rapidement en marchant dans l'herbe humide. Il avait l'air de m'apprécier, non... quand on couche avec quelqu'un, on a toujours l'air de l'apprécier à part lorsque l'on viole quelqu'un et cette nuit-là il ne m'avait vraiment pas violée... Je soufflai distrètement et essayais de sourire au soleil... c'était une belle journée et j'avais le devoir d'en profiter... ou pas.
Je prévoyais déjà de marcher les quelques kilomètres qui me séparais d'une falaise et de l'océan... les marcher, prendre le temps, ne pas les voler ni même transplaner... juste profiter. Le seul hic étant que ça me permettrait de trop réfléchir et que mes pensées me menaient toujours vers... Matthew.

- Silice ?

J'ouvris de grands yeux et crapotai la fumée qu'il me restait dans la bouche. Il était revenu... je n'avais rien compris à ce qu'il avait dit ou peut-être m'appréciait-il ? Ou alors il était revenu pour son t-shirt dans ce cas je devrais lui rendre et pour ce faire me déshab... Je m'empêchai de penser et rentrai à nouveau dans ma maison. J'étais comme une adolescente ne sachant pas comment réagir et pourtant j'avais le pouvoir... j'étais chez moi, il n'avait aucune raison de croire que j'étais désespéré à l'idée de le voir se barrer ainsi... Je tirais à nouveau sur ma cigarette avant d'arriver dans la salle.
Sois sexy, sois indifférente, sois belle... Aucune de ses trois qualificatifs ne me semblait atteignable. Je me contentais donc de ne pas avoir l'air d'une éclopée totale et de sourire.

- Matthew ! J'étais pas sûre que... tu reviendrais. C'est pour ton T-shirt ? Hum non, pour le café, c'est ça ? Bouge pas... il est presque prêt.

Je me serais volontiers fichue une bonne claque invisible en allant dans la cuisine où je retrouvais les bouteilles de vin de la veille. J'ouvris un placard et en sorti un bol que je remplis de café noir brûlant avant de reparaître devant lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Dim 7 Oct - 2:33

Silice apparut dans la pièce, comme surprise. La potion faisait déjà son effet, je me sentais déjà moins le mal de tête et la semi-nausée m’était complètement passée.

« Matthew ! J'étais pas sûre que... tu reviendrais. C'est pour ton T-shirt ? Hum non, pour le café, c'est ça ? Bouge pas... il est presque prêt. »

Je souris en la regardant repartir… Avant de saisir ce qu’elle avait derrière la tête. Elle avait pensé que je ne reviendrai pas. Que je ne reviendrai jamais. Que devais-je déduire de ceci? Qu’elle ne voulait me voir que pour me donner mon café? Ou au contraire qu’elle aurait été déçue de ne pas me revoir?
Les pensées se bousculaient à présent dans ma tête, au fur et à mesure le gouffre intellectuel qui m’avait envahi quelques heure plus tôt se comblait. Je redevenais un être pensant. Je pense donc je suis.
Elle réapparut avec un bol à la main. Je la contemplais un instant et reconnus mon t-shirt. Voilà donc où il était passé… Il lui allait à merveille. Je la regardais encore, les souvenirs de la nuit dernière me revenant successivement en flash-back. J’avais envie de la prendre dans mes bras, juste pour l’odeur de ses cheveux, la douceur de sa peau, juste pour l’avoir elle contre moi. Mais il y avait le bol de café... Ce qui constituait un problème. Parce que café chaud+ parquet + pieds nus au milieu = truc pas cool du tout. Elle arriva vers moi et me tendit le bol. Je le pris en la remerciant et regardais un instant le liquide noir. J’avalais une gorgée de café et m’ébouillantais la langue au passage. Je grimaçais, perdu dans mes pensées.
Il était évident que je tenais à Silice. Je tenais bien plus à elle que ce que je n’avais tenu à Angela ou même à n’importe quelle autre fille auparavant. Seulement, je ne pouvais pas lui dire comme ça, je n’y arriverai pas: Je n’y étais jamais arrivé, avec personne. Pas même avec ma mère. J’aurais pourtant voulu qu’elle comprenne, j’avais même besoin qu’elle comprenne pour que, une bonne fois pour toute, je n’aie plus à me torturer le cerveau à me demander ce que j’étais à ses yeux.
J’avalais une nouvelle gorgée de café pour me donner le courage de relever les yeux vers elle.

« Tu sais… J’en ai rien à foutre de mon t-shirt. Et le café ça se trouve partout. »

C’était mon maximum, je n’aurais rien pu dire de plus. Bizarrement, je me sentais presque mal, d’être dans l’attente comme ça sans avoir aucune idée de ce qu’elle allait répondre. Après l’avoir regardée un instant, je replongeais mon nez dans mon bol de café et avalais encore une gorgée, dans l’attente du verdict de Silice, d’un commentaire, d’un mot, d’un geste, ou de n’importe quoi d’autre qui puisse remplacer le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silice Young
Artiste Anti-conformiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2957
Age : 24
Maison : En plein Londres !
Emploi : artiste xD

Feuille de personnage
Côté coeur: Il bat
Camp: Le bien
Niveau magique:
75/100  (75/100)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Dim 7 Oct - 10:50

Je lui tendis le bol. Cette situation me dépassait un peu mais j'étais comme... heureuse ? le terme ne me semblait pas vraiment approprié mais c'était bien ça... une sensation douce et chaude et une envie de sourire. Matthew était revenu, j'avais presque toute la journée devant moi, il faisait beau... Yep. It's a wonderful life, isn't it ?
Ne nous emballons pas trop. J'attendais patiemment, examinant le visage de Matt' comme s'il s'agissait d'un juge qui allait prononcer le verdict... il grimaçait, le café était peut-être sans doute trop fort ou trop chaud ou peut-être essayait-il de trouver un moyen de me jarter en douceur...

Tu sais… J’en ai rien à foutre de mon t-shirt. Et le café ça se trouve partout.

Je souris. Était-ce une déclaration ? Je mélangeais tous les mots que venait de prononcer Matthew et les traduisit en un "Je t'aime bien"... peut-être était-ce prématuré... peut-être voulait-il dire qu'il se fichait de son T-shirt et du café mais... pas de ces chaussures ! Je hochai la tête et compris que j'avais toujours ma clope finie entre les doigts. Je la fis voler jusqu'à la poubelle et pris ma baguette pour lancer le tourne-disque. La musique est toujours la clé à une matinée réussi.

- Je pensais... marcher jusqu'à l'océan après le petit déjeuner. Si t'as rien de prévu...

Je le regardais dans les yeux puis compris que je n'avais toujours pas bu une goutte de café ni rien manger or j'avais fin depuis très longtemps... bien entendu certains évènements m'avait fait oublier cette faim mais elle était toujours présente et du pain ne me ferait pas de mal. Du bacon, aussi, pourquoi pas ? Et des oeufs !
Je n'attendis pas que Matthew répond pour reprendre.

- En tout cas, tu restes au moins pour le petit déjeuner... Tu veux quoi ? Bacon, oeufs ? Céréales ? Toasts ? Pain perdu...

Je me mis à marcher à reculons en direction de la cuisine.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entronsdanslimaginaire.blogspot.com/
Matthew Winslow

avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Maison : Mes baskets
Emploi : Garde-gosse-de-la-manitou-des-méchants bénévole sans le vouloir.
Humeur : Canard!

Feuille de personnage
Côté coeur: Le changement, c'est maintenant.
Camp: Le bien
Niveau magique:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   Dim 7 Oct - 16:08

Elle avait souri. On aurait pu croire que ce sourire m’aurait soulagé, mais non, loin de là. Ca me stressait plus qu’autre chose. En même temps, à quoi m’étais-je attendu? Qu’est ce que j’avais espéré en lui balançant ça, comme ça? En cet instant précis, mon anxiété s’était en partie transformée en exaspération. J’avais plus l’impression d’avoir fait une énorme connerie que de m’être libéré d’un poids. Désespérant. En y réfléchissant bien, je ne savais même plus pourquoi je m’étais senti obligé de lui dire, même si c’était vrai ou même si ça me semblait vrai, du moins. Stupid man.

« Je pensais... marcher jusqu'à l'océan après le petit déjeuner. Si t'as rien de prévu... »

Je relevais la tête vers elle, délaissant mon bol de café presque vide, et lui adressai un petit sourire. J’aurais voulu lui dire que je n’avais absolument rien de prévu. Seulement voilà… Je devais retourner au magasin au plus vite pour réparer les dégâts de mes employés incompétents. Je devais y retourner aussi pour éviter de perdre tout mon capital-client. Je devais m’occuper de la livraison qui devait arriver dans l’après-midi. Je devais voir cette histoire de chaudron troué et éventuellement aller en commander un nouveau. Je devais aussi demander à McGoy pourquoi il n’était pas venu pendant trois jours la semaine dernière. Je devais encore aller au Ministère pour leur montrer que j’avais déjà payé mes cotisations pour ce mois-ci et que je n’étais pas prêt à les payer deux fois pour le même mois. Je devais faire les fiches de paye de mes employés histoire de ne pas être témoin d’une grève sortie du néant dans la semaine. Je devais m’occuper de me trouver un appartement le plus vite possible. Et enfin je devais, accessoirement, dire à ma mère que j’étais encore en vie, et à mon père que ça avait été un beau match, même avec un score nul.
J’aurais voulu lui dire que j’étais prêt à la suivre pour la journée, et même le lendemain... mais non. Telle est la dure réalité. Je n’eus pourtant pas le temps de décliner son offre, elle avait déjà repris.

« En tous cas, tu restes au moins pour le petit déjeuner... Tu veux quoi ? Bacon, oeufs ? Céréales ? Toasts ? Pain perdu... 
- Oh la bonne idée, je veux bien des œufs au bacon. Aaaah! Au fait! »

J’avalais d’un trait ce qu’il me restait de café, posais le bol sur la table et attrapai les trois fioles que j’avais ramené. Je rejoignis Silice dans la cuisine et lui montrais les fioles successivement tout en lui expliquant.

« Alors! Ca, c’est pour le mal de tête et la nausée. Me dis pas que t’es clean avec tout ce que t’as ingurgité hier soir, je te croirais pas, et puis ce truc ça fait aussi pour les courbatures toute façon. Ensuite, ça c’est pour réparer les os. Bon comme je sais pas trop ce qui est cassé et que je suis pas infirmier non plus, j’ai pris un truc pas très fort donc pas d’effets secondaires. Et ça, c’est si jamais t’as mal dans la journée ou même plus tard, ça calme la douleur. Par contre avale pas les trois d’un coup, faut attendre au moins un quart d’heure entre chaque parce que sinon ça se mélange dans ton estomac et ça peut devenir toxique. »

Je souris et lui tendis les trois fioles. Je m'attardais sur les traits de son visage un instant et m'obligeais à me sortir de mon état passif / contemplatif en lui demandant

« T’as besoin d’aide pour le p’tit dej? »

Je réfléchis une seconde à ma propre question… Quand avais-je fait cuire un oeuf pour la dernière fois, déjà? Mmh…
Bah. Ca devait pas être pire que de préparer du polynectar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-   

Revenir en haut Aller en bas
 

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire -Matt-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3 Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
19 ans après :: Hors Poudlard * :: Autres lieux * -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com | Forums RPG | Harry Potter - Poudlard