AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

 

 On peut toujours rêver (Etienne mais au fond si quelqu'un veut répondre qu'il se sente libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Elynn Lone
La Fée verte ♠ 6ème année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2551
Age : 25
Maison : Slytherin .. What else ?
Emploi : Créer le plus beau bruit après le silence..
Humeur : Joueuse

Feuille de personnage
Côté coeur: N'essaye même pas, tu n'as pas la moindre chance de l'y détrôner.
Camp: Le mal
Niveau magique:
53/100  (53/100)

MessageSujet: On peut toujours rêver (Etienne mais au fond si quelqu'un veut répondre qu'il se sente libre)   Mer 4 Mai - 12:19

( HRP : Elan d'inspiration parce que c'est plus drôle que d'écrire un mémoire, Sye *pas taper* je sais que j'aurai dû répondre a ton rp avant mais au pire si tu veux squatter ce sujet, viens !)
( HRP 2 : et comme j'ai récupérer la mobilité de mon pouce droit ce matin j'vais ptetre même faire un fanart de la scène héhéhé .. tout est bon pour pas travailler hein)

Cela faisait trois fois qu’Elynn relisait la même ligne, et ce n’était même pas une ligne intéressante. C’était tellement dur de se concentrer. Elle jeta un vague coup d’œil vers sa plume qui avait dessiné des formes concaves sur son parchemin sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte. Le professeur d’histoire de la magie les avait prévenu qu’incessamment sous peu ils auraient un cours où ils pourraient enfin prouver leur valeur, leur intelligence, leur logique et leur mémoire. Pour résumer ils devaient s’attendre à un contrôle bien vicelard dans les prochaines semaines.
De fait une grande partie des étudiants en sixième année se retrouvaient maintenant à la bibliothèque en essayant de se convaincre eux même qu’ils étaient des gens studieux. La plupart des amis d’Elynn étaient dans les années supérieures ou avaient quitté l’école. Elle se prit à penser à Jordan et Lindsay dont elle n’avait pas eu de nouvelles depuis un petit moment et cela la rendit morose. Son regard erra un instant vers la haute fenêtre de laquelle on percevait des nuages aux couleurs du crépuscule puis elle essaya de se concentrer à nouveau sur le chapitre sur la guerre des Mandragores nom donné en raison de la similitude entre … entre quoi déjà ?
Littéralement dix minutes plus tard sa concentration ternie de fatigue elle laissa à nouveau son regard vaquer avec la vague excuse de se répéter une date qu’elle devait retenir.
Elle regardait sans vraiment le voir le profil d’un garçon qui travaillait a quelques tables de la sienne. Elle dessinait du regard le contour de son visage, le front, l’arrête du nez, les plissures de la bouche, le menton, le cou, son oreille, les cheveux vaguement en bataille. Elynn le regardait parler à sa voisine, elle avait les yeux perdus dans la contemplation de sa bouche en mouvement et elle commença à penser à Léo.
Cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas vraiment vu, il pensait toujours a mille choses et même s’il semblait dire qu’il ne la délaisserait jamais c’était parfois l’impression qu’elle avait. Léonard Jédusor, digne descendant de la maison a laquelle ils appartenait tous les deux. Léonard qui était froid et cynique avec tout le monde. Un peu moins avec elle c’était vrai, mais il ne pouvait jamais vraiment nier sa nature profonde.
En observant le garçon au physique sans tâche elle se prit à penser qu’il dégageait quelque chose de complètement différent de tous ses amis dans sa manière de parler à sa voisine.
Scorpius transpirait l’assurance et l’estime de soi dans un jeu de séduction permanant qui refusait l’échec, Jordan abusait d’un humour idiot ou l’on sentait tout de même la fierté pour ce qu’il était et le mépris pour les petites gens, Richard avait un côté beaucoup trop calculateur, et Léo … n’était pas très avenant de manière générale. Alors qu’au contraire de tout ça, le garçon qu’elle observait dégageait une gentillesse et une candeur qui commençait à faire naître un nouveau sentiment dans son intestin (ouais pas dans sa poitrine, ça lui venait des tripes parce qu’on a un cerveau dans les intestins, si si je vous assure c’est une émission sur arte… bref).
Tout en jouant avec sa plume, la joue posé sur sa main droit Elynn se dit qu’elle voulait de l’affection d’une personne comme ça, simple, douce, agréable. Son esprit commençait à élaborer des sénarios improbables où elle trouvait un moyen d’entraîner le mâle en question dans un coin sombre avant de l’attirer à elle jusqu’à sentir l’odeur de son cou, de ses cheveux, poser ses lèvres sur les siennes et une main sur ses fesses…

Elynn ferma brusquement les yeux et secoua la tête pour chasser de sa tête les images qui venaient de s’y former. N’importe quoi.
Ayant récupérer sa conscience du moment elle lança un regard furtif sur l’origine de ses désirs et remarqua avec horreur qu’elle le connaissait. Son pouls s’accéléra mais elle ne su pas vraiment en interpréter la raison. Elle fit une demi grimace de dégoût en se disant qu’elle venait de fantasmer pendant un quart d’heure sur Etienne Léonhard insipide Griffondor de son état.
Pourquoi ? Mais pourquoi !!!?

Complètement déboussolé elle essaya de faire le tri dans ses émotions qui commençaient à basculer lentement vers la colère, elle avait envie de se lever et de lui mettre une claque juste pour le plaisir. Mais le plaisir de quoi ? De pouvoir le toucher ? Eurk … voilà qu’elle devenait sado-maso sur le marché.
D’un côté elle sentait que le désir physique (d’amour ou de haine ça elle savait pas) était présent, et d’un autre côté il était impensable ne fusse qu’elle envisage une relation qui ne soit pas basé sur la haine avec un Griffondor… pas après Jagg’, seule Silice avait droit à une trêve de vieille amitié.
Complètement incapable de réfléchir elle ferma son bouquin d’un coup sec, persuadée de passer pour une psychopathe vu qu’elle était seule à sa table et les sourcils froncés elle alla se perdre dans un rayon chercher un autre livre un peu au hasard.
Marcher la calma un peu, même si elle ne pouvait complètement réprimer le désir sexuel qui grandissait en elle. Léo était le seul partenaire qu’elle n’ait jamais connu et ses absences répétitives la frustrait sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte. En plus en cette période de révision intensive, le stress aidant elle ruminait sa situation et n’arrivait pas a trouver de moyen de se défouler. Tirer son coup serait une excellente manière de …
* mais non, non, non ! Pas avec Etienne fucking Léonhard !!! *

Elynn soupira, passa une main dans ses cheveux et regagna sa place avec un livre qu’elle avait prit un peu au hasard mais une fois assise elle ne l’ouvrit même pas. Le menton posé sur ses mains jointes, les coudes sur la table elle observait le Griffondor qui n’avait pas bougé. Sa voisine en revanche était partie. Il ne restait que très peu d’élèves dans la bibliothèque en raison de l’heure tardive.

_________________
~ There was a crooked girl & a crooked man and they walked on a crooked mile..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etienne C. Leonhard
6ème année Gryffondor
6ème année Gryffondor
avatar

Féminin
Nombre de messages : 168
Age : 25
Maison : Gryffondor 8)
Emploi : Elève ça suffit
Humeur : Pensive =)

Feuille de personnage
Côté coeur: Reste à voir
Camp: Le bien
Niveau magique:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: On peut toujours rêver (Etienne mais au fond si quelqu'un veut répondre qu'il se sente libre)   Jeu 5 Mai - 19:00

(Jamais été aussi rouillée de ma vie :p)

La jeune fille était en extase devant le jeune homme, ce qui le rendait légèrement mal à l’aise.  Il n’avait jamais réellement su quoi faire dans ce genre de situation.  Son physique avantageux lui jouait des tours. Les filles s’amusaient à l’observer dans ses déplacements, ce qui créait une certaine gène. Sérieusement, est ce qu’il y a vraiment un gars qui aime se faire suivre partout (mais VRAIMENT PARTOUT) ? Question idiote : Teavy est bien le genre de type à rouler des mécaniques, qui aime qu’on le suive partout et qu’on fasse toute sorte de choses plus ou moins déplacées … ANYWAYS !

Etienne secoua légèrement la tête pour récupérer ses esprits. Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui même s’il se trouvait dans cette situation. Vous connaissez certainement une personne toujours prête à aider, trop gentille pour dire non même si ce qu’on lui demande la soule suprêmement. Malheureusement pour lui, Etienne était une de ces personnes. Alors quand cette 6ème année est venue lui demander un cours particulier en histoire de la magie, il n’avait pas pu dire non.

- Bon voilà je crois que c’est tout. Emprunte ce livre et normalement tout devrait bien se passer.

La jeune fille lui jeta un regard en coin, espérant visiblement prolonger leur « cours particulier ». Il savait très bien que la jeune fille attendait plus de lui mais, ne sachant pas comment réagir, il détourna le regard. Ce n’est qu’à ce moment qu’il remarqua une paire d’yeux fixés sur lui. Il ne pu retenir un léger rictus. Les dits yeux étaient ceux d’Elynn Lone, serpentard de 6ème année, qui lui vouait une haine sans précédent. Une petite serpy (qui plus est petite amie de Jédusor) qui faisait pourtant son maximum pour ne pas « polluer » sa vision de gryffondors sans intérêt. Quelle ne fut donc pas sa surprise quand Etienne remarqua qu’Elynn était entrain de l’observer. Et la surprise fut d’autant plus grande quand il remarqua (pendant un quart de seconde) que le regard de la serpy ne contenait pas l’animosité qui l’habitait d’habitude. Il ne savait que penser : il avait cru capter autre chose que de la haine pendant un court laps de temps, mais n’était pas réellement sûr d’avoir bien vu.

La jeune fille ayant comprit qu’elle n’obtiendrait rien de plus de lui, elle tourna les talons visiblement offusquée du manque de considération d’Etienne. Il n’y porta pas plus d’attention que ça : les examens d’histoire de la magie approchaient et il avait grandement besoin de travailler. Il remarqua alors que la fille n’avait même pas prit la peine de prendre le bouquin qu’il lui avait recommandé. Bon … Encore une qui espérait passer plus qu’un moment à la bibliothèque avec lui. Dommage pour elle, mais il préférait les filles avec plus de … panache. Etienne poursuivit sa lecture du livre tout en n’arrivant pas à se sortir le regard d’Elynn de la tête. Une grande quantité de réflexions lui tournaient dans la tête. « t’as vu un unless en string ?» lui semblait une bonne option. Etienne entendit Elynn fermer son livre violemment, avant de la voir s’en aller plus loin dans la bibliothèque et revenir, un livre à la main. Les révisions seraient-elles à l’origine de cette mauvaise humeur ? Si elle lui demandait, Etienne l’aurait aidée (bien sûr) mais il savait qu’elle était trop fière pour cela.

Sans aucune hésitation, il se dirigea vers la serpy … puis passa à côté d’elle, un sourire aux lèvres. Il se dirigea vers l’allée dédiée à l’histoire de la magie. Ce simple regard avait aiguisé sa curiosité. Son année à Durmstrang lui avait apprit bien des choses, mais avait surtout déclenché en lui le goût du danger. A la recherche d’un bouquin sur la révolte des Gobelins (Oh passionnante période que les années 1600), il se demandait bien sur quoi allait tomber l’exam... et la signification de ce regard furtif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

On peut toujours rêver (Etienne mais au fond si quelqu'un veut répondre qu'il se sente libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
19 ans après :: Le château * :: Les étages :: Bibliothéque -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit